« Pradeepan Raveendran, réalisateur exilé » par Berengere Ruet (youphil.com)

DSC_6121.jpeg

« Mon premier court-métrage est à propos de la guerre civile. Ca m’affecte, en tant que personne, depuis le début de ma vie. Je suis né en 1981, en 1983 c’est le début. Quand j’arrive dans ce monde, les problèmes commencent. »

Pradeepan Raveendran

 

Pradeepan est Sri Lankais, il est arrivé en France en 2004, sans papier jusqu’en 2007. Aujourd’hui il vit en banlieue parisienne, hébergé par une amie Sri Lankaise, et son fils de 25 ans. Comme beaucoup d’immigrés Sri Lankais vivant à Paris, il connaît les contrôles de police réguliers dans le métro et les cuisines des restaurants. Jusque là donc, rien de très surprenant. Sauf que Pradeepan a une particularité : il réalise des films, et ceux-ci sont acceptés dans les plus grands festivals internationaux.

Difficile d’imaginer, en parcourant les rues de Bécon-les-Bruyères, qu’un tel réalisateur se cache derrière les fenêtres d’un appartement modeste de dernier étage. Dans une pièce faiblement éclairée en ce soir d’hiver, les murs autour de nous sont couverts de livres, et un parfum épicé parvient de la cuisine. L’ambiance est chaleureuse et je ne me sens pas une étrangère au milieu de ces personnes qui s’échangent des paroles en tamoul, dont je ne peux qu’apprécier la sonorité. En les observant ainsi, je ne retrouve rien de la gravité qui imprègne les deux films de Pradeepan.

En 2009, le jeune réalisateur termine son premier court-métrage avec un budget minimaliste. Il l’envoie à Berlin et est sélectionné, nominé à l’Ours d’Or. En 2010, il réalise son second court-métrage. Il l’envoie au festival de Cannes, et ce second film est projeté à la Quinzaine des Réalisateurs, confirmant la compétence du réalisateur après ce premier coup de maître. Deux courts-métrages et deux succès inattendus dans la vie de cet exilé qui a dû quitter sa terre mais qui y reste attaché et tente de transmettre ce lien inéluctable à travers ses films. Le premier, tourné en Inde pour des questions de sécurité, raconte la guerre civile dans le quotidien d’un groupe d’enfants, mais sans jamais la nommer ni la donner à voir. Le second court-métrage nous plonge dans les tourments d’un exilé Sri Lankais en France, et nous donne à sentir, par une narration très suggestive de sa vie intérieure, l’aliénation et la douleur qui l’habitent. Pradeepan me dira au cours de notre échange qu’il n’était pas certain que les spectateurs américains ou européens puissent apprécier ses films, car il est difficile de comprendre la complexité de la question Sri Lankaise, que celle-ci se pose en termes de guerre civile ou bien d’exil. Pourtant le succès de ces courts-métrages prouve qu’il existe une force indéniable qui s’en dégage. Vient-elle de sa façon de narrer, exprimant l’oppression dans une épuration de l’évènement et une qualité du détail ? Ou est-ce la présence même du réalisateur dans ses films qui les rend si profondément réels ?

Jeunesse et exil

« Je suis né à Jaffna et j’y ai vécu jusqu’à mes 15 ans. C’est le début de la guerre civile. Ma mère est de Negambo, alors nous décidons de partir là-bas, et j’y fais mes études.

J’ai quitté le Sri Lanka pour deux raisons principales. D’abord la guerre civile. La guerre affecte tous les citoyens Sri Lankais, les jeunes surtout. Alors beaucoup décident de partir au Moyen-Orient avec un permis de travail de deux ou trois ans. Certains vont en Europe. Mais la guerre n’est pas la seule raison, il y a aussi beaucoup de raisons économiques.

Je ne voulais pas venir en France au début. J’essayais d’aller à Londres ou au Canada, mais il faut de l’argent. Pour passer au Canada c’était très cher, je ne pouvais pas payer. Quand j’ai quitté le Sri Lanka, je suis resté un peu en Malaisie, mais il a fallu que je parte assez vite, et j’ai finalement décidé de venir ici, en attendant de savoir où j’irais. Au final je suis resté. Je ne connaissais personne mais j’avais quelques contacts qui m’ont aidé. Je suis arrivé en France en septembre 2004, j’avais 23 ans. »

Premières amours

« Je crois que j’ai toujours aimé regarder des films, depuis que je suis jeune, vers 16 ans surtout j’ai commencé à en regarder plus. Mais il s’agissait surtout de films tamouls, parce que c’était difficile d’avoir accès à autre chose. Mais quand j’ai eu 18 ans environ, je me rappelle que j’ai commencé à me lasser de ce genre, je voulais voir autre chose. Il n’y avait pas internet alors ce n’était pas aussi facile. Il y avait une chaîne à la télévision qui passait des bons films très tard la nuit, après minuit, des films français par exemple, et c’est là que j’ai commencé à être influencé. Je louais aussi des DVD mais ça se limitait à du Steven Spielberg, des choses comme ça, il n’y avait pas beaucoup de choix. Mais dans chaque film, j’essayais de trouver quelque chose, et j’ai beaucoup aimé Il faut sauver le soldat Ryan par exemple. A cette époque j’ai compris que j’aimais regarder, et surtout que je voulais en faire. Mais au Sri Lanka il n’y a pas véritablement d’école de cinéma. C’est cher et ce n’est pas le genre de films que je voulais réaliser. Je voulais aller en Inde, pour travailler avec un réalisateur que j’aime beaucoup, mais ce n’est pas facile car beaucoup de jeunes y vont pour ça et très peu obtiennent cette chance, alors les autres se retrouvent à la rue. Moi j’avais 19 ans, pas d’argent, alors j’ai abandonné ce projet.

Je me suis dit que pour être d’abord assistant d’un réalisateur, il fallait avoir des compétences en photographie, car ils voient tes photos, et ont une idée si ton style leur plaît. J’ai emprunté l’appareil d’un ami, et j’ai pris des photos. Quand j’ai développé ma première pellicule, c’était horrible, j’ai rendu l’appareil ! Il fallait que j’apprenne. J’ai commencé à aller dans des bibliothèques et j’ai appris dans les livres. J’ai étudié six mois tout seul, ensuite je suis retourné voir mon ami pour qu’il me prête son appareil à nouveau, et la seconde pellicule était beaucoup mieux ! En même temps, il y avait un photographe dans ma ville, il m’a aidé.

Quand je suis finalement arrivé en France et que j’ai décidé d’y rester, c’était comme un nouveau monde qui s’ouvrait pour moi. J’allais au cinéma, au Forum des images, à la bibliothèque. Je voyais des films en anglais, en français, et parfois je ne comprenais même pas les paroles ni les sous-titres ! Mais je voyais les images, et je pouvais dire si j’aimais le film. Pendant mes trois premières années ici j’ai beaucoup lu et beaucoup appris. »

Pradeepan l’immigré

« Ces trois premières années ici, je n’avais pas de permis de travail, alors j’ai dû gagner ma vie dans beaucoup d’endroits en tant que travailleur sans papier. Comme ma première demande de visa de réfugié a été rejetée, j’ai dû faire un appel, mais ça prend du temps et en attendant je n’avais rien : ni visa, ni argent, ni permis de travail. Je vivais avec d’autres Sri Lankais, à trois ou quatre dans une pièce et je devais payer 300 euros par mois. Ce n’était pas facile de trouver du travail, et c’était des boulots assez durs. D’abord j’étais dans un grand magasin, à ranger du matériel dans les camions. On ne savait jamais quand la journée finissait : on commençait à 9h et on terminait parfois à 13h, parfois à minuit, tant qu’il y avait du travail. J’étais payé quatre ou cinq euros de l’heure, mais ce n’était jamais régulier, et surtout ce n’était jamais la totalité de l’argent. Au final, le gars qui s’occupait de nous me devait 1300 euros, et je n’étais pas le seul dans ce cas. Il a disparu du jour au lendemain.

J’ai cherché du travail ailleurs, j’ai trouvé dans un restaurant Porte de Choisy, je faisais le ménage, la vaisselle. De 9h30 à minuit, avec trois heures de pause en milieu de journée, mais comme je ne pouvais pas rentrer chez moi je restais sur place. Je gagnais 650 euros par mois, en travaillant dix à onze heures par jour, six jours par semaine. J’ai travaillé là-bas environ huit mois. Parfois à côté je faisais photographe ou assistant pour des mariages, des petits boulots comme ça, informellement.

Finalement en 2007 j’ai obtenu mon visa et j’ai travaillé un an dans un hôtel, légalement cette fois, comme laveur de vitres. J’ai économisé de l’argent, et j’ai pu faire mon premier film. »

Pradeepan réalisateur

« A Mango Tree in the Front Yard » au festival de Berlin

« J’ai fait mon premier film en 2008. C’est un film sur la guerre civile au Sri Lanka, alors je ne pouvais pas le tourner là-bas, c’est pour ça que je suis parti en Inde.  Je l’ai tourné seulement avec l’argent que j’avais économisé et un petit crédit de la banque, donc c’est réellement un faible budget, 6000-7000 euros pour tout. Je suis parti là-bas après avoir tout organisé, l’équipe et le matériel sur place. Le tournage a duré trois semaines. Ca a été difficile mais je l’ai fait. Quand je suis revenu, je n’avais aucune idée si le film était bon ou pas, mais je connaissais les festivals, le monde des films, et comment on essaie de devenir réalisateur.  J’adore le festival de Berlin, alors j’ai candidaté. Je n’ai rien dit à personne car je ne m’attendais vraiment pas à être sélectionné. Ils reçoivent au moins 3000 ou 4000 films par an, et ils en sélectionnent vingt, et dix seulement en compétition. Quand j’ai reçu le mail deux mois plus tard comme quoi j’étais sélectionné, j’étais vraiment très heureux ! Et après quelques semaines, ils me confirment que je suis dans la compétition, nominé pour l’Ours d’Or ! Ca veut dire que je vais aller à Berlin, et que les gens vont voir mon film. A ce moment je travaillais à l’hôtel, et malgré mes explications ils ont refusé de me donner des congés pour aller à Berlin. Je n’étais qu’un petit laveur de vitres. Donc j’ai quitté mon travail et je suis parti. C’était en février 2009.

C’était une expérience exceptionnelle, ma première projection, à Berlin, avec peut-être 1000 personnes qui voient mon film ! J’étais vraiment très heureux. On a eu quatre projections. Le film n’a pas obtenu de prix, mais on était nominés. Beaucoup de gens sont venus me voir pour me féliciter, me parler. Je sais que ce n’était pas une très bonne qualité pourtant, comparé aux autres films, parce que je n’avais vraiment pas le budget. Mais quand ton film est accepté à Berlin, de nombreux festivals viennent te le demander. Après Berlin, il a été projeté dans trois ou quatre festivals aux Etats-Unis, et d’autres en Italie, en Espagne et ailleurs. Moi je n’ai pas pu y aller parce que je n’avais pas l’argent pour voyager. »

La confirmation : « Shadows of Silence » au festival de Cannes

« Pour le second, j’avais déjà l’idée, et j’ai tout de suite commencé à travailler le scenario. C’est à propos d’un Sri Lankais qui vit ici, à Paris. Ca parle de cette personne, de sa vie, de sa condition morale. Il est exilé, sa vie familiale et sexuelle est problématique, il est déprimé. J’ai essayé de faire apparaître tout cela avec les images. Quand je suis arrivé ici, en France,  j’ai réalisé que beaucoup de personnes, de Sri Lankais qui vivent ici, ont des problèmes. Ils n’arrivent pas à s’attacher à cette terre. J’ai vu beaucoup de personnes et de familles vivant comme ça, dans de mauvaises conditions car ils travaillent dur et gagnent peu d’argent, vivent dans des logements étroits. J’ai essayé d’apprendre quelque chose de leur vie personnelle, de leur vie intérieure. Ce n’est pas une vision formelle, c’est plus une recherche de ma part pour comprendre leur vie intérieure. Quand je parle avec ces personnes, elles disent beaucoup de choses, et j’essaie de chercher à partir de ça.

Celui-là je l’ai tourné à Noisy-le-sec, pendant dix jours, en Février 2010. J’avais plus d’argent donc la qualité est meilleure : 20 000 euros en tout. Mais quand on compare à d’autres court-métrages, c’est encore un budget assez réduit. Mes amis m’ont aidé. On avait du matériel professionnel et mes amis sont techniciens, mais ils ont travaillé bénévolement.

Cette fois j’ai envoyé mon film au festival de Cannes, et il a été retenu pour la Quinzaine des Réalisateurs. Je ne m’y attendais vraiment pas : ils sélectionnent seulement sept films sur plus de 1500 ! J’étais vraiment heureux. D’autant plus que le second film est le plus important pour ma vie, pour ma carrière. Je devais faire mes preuves, à nouveau, montrer que je pouvais faire un second film réussi, dans un thème et un style complètement différent.

Ca a été une excellente occasion pour avoir de nouveaux contacts. Il y a eu deux projections, et le film a été sélectionné pour beaucoup d’autres festivals et des plus importants que le premier. De mai à novembre 2010, le film a été projeté dans dix festivals ! J’ai essayé de me rendre à celui de Chicago, mais je n’ai pas pu, à cause de mon visa de réfugié politique. »

Plus d’informations sur les films de Pradeepan Raveendran sont disponibles sur le site

http://exilimage.com/exil/PRADEEPAN_RAVEENDRAN.htm

Photos: exilimage.com

article rédigé par Berengere Ruet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *