« Les pratiques et représentations du religieux dans la sphère publique à Sri Lanka : le cas du nationalisme bouddhiste » par Hadrien Schmitt

Nous avons le plaisir de partager un lien pour télécharger le mémoire de Master en relations internationale d’Hadrien Schmitt qui porte sur « Les pratiques et représentations du religieux dans la sphère publique à Sri Lanka : le cas du nationalisme bouddhiste ». Ce travail, dirigé par Docteur Anthony Goreau-Ponceaud, à été réalisé dans le cadre du Master  « Affaires politiques et internationales, mention Gestion des risques et développement » à Sciences Po Bordeaux.

Lien pour télécharger le mémoire : SCHMITT_HADRIEN_2017_PDAPS_152870

Résumé

Ce mémoire de recherche a pour ambition de rendre intelligible les phénomènes complexes qui composent le nationalisme religieux, et ce dans un pays : Sri Lanka ; sur une religion : le Bouddhisme. Religion de l’ethnie majoritaire, les Cinghalais, le Bouddhisme à Sri Lanka est devenu structurant dans le champ politique depuis l’indépendance en 1948. Nous tâchons d’en retracer les origines, depuis les temps lointains du Mahavamsa, jusqu’à son renouvellement doctrinal sous l’égide de Dharmapala. Nous essayons également d’expliquer les facteurs expliquant son renforcement, ainsi que sa radicalisation. Nous questionnerons ainsi les rapports du nationalisme bouddhiste cinghalais avec les minorités ethniques et religieuses de Sri Lanka, et notamment avec les communautés tamoules et musulmanes.

Référence: Schmitt H.., 2009,« Les pratiques et représentations du religieux dans la sphère publique à Sri Lanka : le cas du nationalisme bouddhiste », mémoire de Master Affaires politiques et internationales, mention Gestion des risques et développement, Bordeaux, Sciences Po Bordeaux, p.127

« La diaspora tamoule : trajectoires spatio-temporelles et inscriptions territoriales en Île-de-France » par Anthony Goreau-Ponceaud

Nous avons le plaisir de partager un lien pour télécharger la thèse  d’Anthony Goreau-Ponceaud qui porte sur “La diaspora tamoule : trajectoires spatio-temporelles et inscriptions territoriales en Île-de-France”. Ce travail à été réalisé dans le cadre d’une thèse de doctorat en géographie réalisée à l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux III.

Résume

La question de la diaspora tamoule est intimement liée à celle de l’existence d’une communauté à l’étranger prise en étau par une double ambivalence : entre ancrage et mobilité et entre ouverture et fermeture. La recherche se propose d’aborder cette question en revenant sur les conditions d’émergence d’une identité diasporique qui fait fi des clivages de toute sorte. Sur la base d’une série d’entretiens et de questionnaires prenant corps dans une ethnologie multisite, il s’agit plus largement de comprendre ce que signifie être tamoul en France et comment se structure cette expérience. La présentation des différentes trajectoires spatio-temporelles, d’une part, permet de révéler l’hétérogénéité de la catégorie diaspora tamoule, composée de trois segments dont les conditions d’émergence sont liées à des cadres migratoires divergents, d’autre part met en évidence l’émergence de Paris et plus généralement de l’Île-de-France comme pôle important de son fonctionnement.

mots-clés : Diaspora tamoule – Sri Lanka – Tamil Nadu – Pondichéry – Île-de-France – Trajectoires migratoires – Ethnologie multisite – Réfugié – Mobilité – Identité – Territoire – Ethnicité – Réseau – Mobilisation transnationale – Mondialisation – Hindouisme – Cosmopolitisme – Centralité minoritaire – Ethnoterritoire – Flux – Nationalisme – Transnationalisme

lien pour télécharger la thèse : http://tel.archives-ouvertes.fr/index.php?halsid=phjrjf1fhu3j6apfe4qi55mdv7&view_this_doc=tel-00365365&version=1 

Référence: Goreau-Ponceaud , A., (2008), « La diaspora tamoule : trajectoires spatio-temporelles et inscriptions territoriales en Île-de-France », Bordeaux, Université de Bordeaux 3, Thèse de doctorat de géographie, 427p.

source : tel.archives-ouvertes.fr

« Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal » par Catherine St-Germain Lefebvre

Nous avons le plaisir de partager un lien pour télécharger le mémoire  de Catherine St-Germain Lefebvre qui porte sur “Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal”. Ce travail à été réalisé dans le cadre d’une maîtrise en sciences des religions à l’université du Québec à Montréal.

Résumé

Convaincue que les femmes, de par leur rôle dans les rapports sociaux de sexe, ont un rôle important à jouer dans la transmission de l’identité ethnique aux jeunes générations, nous avons voulu, dans ce mémoire, mettre à jour ce phénomène tel qu’il se déploie dans la communauté tamoule du Sri Lanka immigrée à Montréal. La perspective féministe en influence la trame de fond, contribuant à orienter le choix du sujet ainsi que son traitement. Ce mémoire est le fruit d’une recherche exploratoire de type qualitatif. Il repose sur un terrain de recherche mené au temple hindou Thiru Murugan situé à Dollard-des-Ormeaux, municipalité de l’ouest de l’île de Montréal. Il a pour objectif de définir la contribution spécifique de femmes de cette communauté à la « production de l’ethnicité » tamoule, au sens entendu par la sociologue des relations ethniques, Danielle Juteau. Ce mémoire s’appuie sur un cadre théorique contribuant à jeter les bases d’une définition sociologique de l’ethnicité, où non seulement le rôle des femmes dans sa production/reproduction est mise de l’avant, mais où se dégage également l’importance de la composante religieuse dans l’affirmation ethnique, particulièrement en contexte migratoire. Cette recherche analyse d’une part la perception du rôle des femmes dans les rapports de sexe tels qu’ils se déploient dans la communauté tamoule montréalaise et telle qu’elle a été exprimée par les personnes interrogées dans le cadre de cette étude. Il s’attarde d’autre part à l’implication des femmes de cette communauté dans la transmission de la langue, de la religion et de la culture. Ce mémoire démontre que les idéaux associés à la conception de la féminité influencent à· maints égards le rôle des femmes dans les rapports sociaux de sexe à l’oeuvre dans la communauté étudiée. Ce rôle amène celles-ci à s’impliquer activement dans la transmission de leur identité ethnique auprès des générations nées au Québec. De plus, la pratique religieuse jouant un rôle important dans la formation identitaire de nos répondant(e)s, la dimension religieuse est omniprésente dans le bagage ethnique transmis par les femmes aux jeunes générations. Par leur travail actif et conscient lié à la transmission de la langue, de la culture et de la religion aux jeunes de la communauté, ces femmes participent activement à reproduire les frontières ethniques de leur communauté et contribuent, par cela, à la « production de l’ethnicité » tamoule hindoue du Sri Lanka en contexte québécois.

lien pour télécharger le mémoire: http://www.archipel.uqam.ca/1168/1/M10512.pdf

Référence: St-Germain Lefebvre, C., (2008), « Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences des religions.

source: http://www.archipel.uqam.ca/1168/

“Sri Lankan Migrants and Identity in Contemporary British Fiction: Roma Tearne’s Art of Memory” by Marianne Godard

We are pleased to share a link to download the Master thesis of Marianne Godard which deals with “Sri Lankan Migrants and Identity in Contemporary British Fiction: Roma Tearne’s Art of Memory”. This work, headed by Professor Ruth Morse, was realized in the framework of the Master in Anglophones studies at the University Diderot Paris 7.

Master Thesis Marianne Godard

Référence: Godard M., 2011, “Sri Lankan Migrants and Identity in Contemporary British Fiction: Roma Tearne’s Art of Memory”, Master’s thesis in Anglophones studies, Paris, University Diderot Paris 7, p.57

« Une étude novatrice de Delon Madavan sur les minorités tamoules à Colombo, Singapour et Kuala Lumpur » par Éric Meyer

Delon Madavan a soutenu brillamment sa thèse de doctorat en géographie à l’Université de Paris-Sorbonne le 26 septembre 2013.

Le travail de Delon Madavan associe dans une même étude Asie du Sud-Est et du Sud. Cette démarche, trop rare dans l’univers cloisonné des études aréales, est particulièrement pertinente, s’agissant des minorités tamoules établies sur le pourtour du golfe du Bengale, aire de circulation « connectée » bien avant l’impact colonial britannique. La propension spécifique des populations tamoules à émigrer concerne un large spectre sociologique, allant des travailleurs manuels (les coolies) aux marchands et gens de mer, aux artisans, et plus récemment aux professionnels du secteur tertiaire maîtrisant la langue anglaise et les outils informatiques. Delon Madavan analyse parfaitement la complexité de ces populations, et pose d’emblée la question de la création et des limites d’une identité tamoule transcendant cette hétérogénéité. Il conclut à juste titre que « la communauté tamoule est avant tout une agrégation d’expériences individuelles »
Parmi les concepts utilisés, ceux d’appartenance ethnique et de diaspora retiennent l’attention. Delon Madavan, dans le premier chapitre puis dans la dernière partie de sa thèse, montre comment le sentiment d’appartenance se fonde sur l’usage et la célébration de la langue tamoule, sur la large diffusion d’un imaginaire commun par la production cinématographique de ‘Kollywood’, et plus récemment sur le culte de l’héroïsme et sur le rêve d’un État national développés par les militants séparatistes sri lankais. Il évoque aussi la place tenue par les stratégies d’alliance qui maintiennent la cohésion par des mariages croisés (sans toutefois surmonter les segmentations internes de caste en dépit des efforts des militants de la cause tamoule). Le terme de diaspora, tel qu’il est défini comme « applicable à toute communauté post-migratoire caractérisée par une dispersion dans plusieurs pays à partir d’un foyer d’origine », est utilisé à bon escient ; il gagnerait à être mis au pluriel, pour prendre en compte l’importance de la segmentation des communautés tamoules ; à cet égard, la diaspora issue de la ville de Jaffna, qui fonctionne en réseau de Colombo à Kuala Lumpur, Singapour, Londres, Toronto ou Paris, répond mieux à cette définition que les communautés de travailleurs tamouls des plantations de Sri Lanka et de Malaisie, qui ont pourtant des origines communes et des destins parallèles, mais n’ont pas conservé de liens.
L’étude est menée dans une perspective géographique, son objet étant d’analyser l’inscription dans l’espace urbain du fait ethnique. Les terrains choisis sont les quartiers tamouls de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour, cités qui ont en commun d’être des créations coloniales mais que distinguent leur composition ethnique et leur évolution politique depuis les indépendances. La méthode comparative est utilisée par Delon Madavan comme un procédé heuristique qui permet de prendre du recul pour mieux comprendre les situations particulières. Le plan qui juxtapose et combine dans des grandes parties thématiques le cas des trois cités permet de mener une véritable comparaison .
En ce qui concerne la ville de Colombo, le travail est totalement novateur, en dépit des difficultés considérables inhérentes à toute recherche sur Sri Lanka, et plus particulièrement sur les Tamouls sri lankais, dans un contexte politique marqué par la guerre opposant le gouvernement aux militants séparatistes des LTTE (Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul). Le choix de ne pas traiter de la période postérieure à la défaite militaire des séparatistes (mai 2009) est amplement justifié par l’exigence de sérieux qui distingue le temps du chercheur de celui du publiciste. Il n’existait jusqu’à cette thèse aucune étude sur les minorités tamoules de Colombo, ni même d’étude géographique ou sociologique de qualité scientifique concernant cette cité, sur laquelle l’auteur aurait pu s’appuyer, et les données statistiques au niveau local étaient difficiles d’accès. En outre, le climat de violence urbaine généralisée interdisait à Delon Madavan de mener une enquête ‘au fil des rues’ comme dans les autres capitales, d’autant que ses origines tamoules le rendaient potentiellement suspect aux yeux des autorités en dépit de sa nationalité française, et que sa posture de chercheur ne le mettait pas à l’abri des pressions des militants. L’auteur explicite les moyens qu’il a employés pour surmonter ces obstacles, et la thèse prouve à l’évidence qu’il est parvenu à relever le défi.
Les analyses qu’il propose, illustrées par une cartographie abondante et inédite d’excellente facture, donnent une image précise de ces communautés. Elle révèlent l’existence de deux espaces tamouls géographiquement et sociologiquement séparés, l’un au nord de la capitale (Kotahena) et l’autre au sud (Wellawatte, Dehiwela) ; et la genèse en deux temps de ces quartiers, d’abord à la période coloniale, Kotahena, situé à proximité du port, ayant accueilli les commerçants et les manœuvres indiens, et Wellawatte les fonctionnaires et membres des professons libérales anglophones venus de Jaffna ; puis à partir des années 1970, Kotahena servant de refuge aux ouvriers des plantations chassés par la politique de nationalisation (comme en Malaisie), et Wellawatte de refuge aux Jaffnais chassés du nord de l’île par le conflit. Il en résulte ce qu’on pourrait qualifier de paradoxe de Colombo : « malgré la guerre, Colombo devient [ou plutôt reste] le principal centre de convergence des flux migratoires qui transforment la géographie de la population dans la ville (…) La part des Tamouls y augmente considérablement alors que celle des Cingalais ne cesse de diminuer » – ce qui contribue à la tamoulophobie de la communauté majoritaire. Les interviews menées par l’auteur, dont des extraits bien choisis soutiennent la thèse, montrent que cette nouvelle migration est perçue comme temporaire (« ils sont à Colombo mais pas de Colombo »), que l’espace n’est pas approprié, que « le logement est perçu comme une adresse », et que l’arrivée des nouveaux migrants ne réinjecte pas de particularisme culturel.
Cette situation, qui distingue Colombo des deux autres cités étudiées, est sous-tendue par la politique discriminatoire du gouvernement sri lankais à l’égard des minorités tamoules. Les développements que l’auteur consacre à ce sujet témoignent d’une remarquable exigence d’objectivité scientifique et d’un détachement de tout discours victimaire, sans s’abstraire d’une empathie pour le destin tragique de ces communautés.
Les qualités de chercheur de Delon Madavan, son dynamisme et sa détermination, sont mises en évidence par cette étude, mais aussi par ses travaux antérieurs sur Jaffna, par l’organisation d’un colloque international sur les communautés tamoules et le conflit sri lankais en Sorbonne en février 2010, et par l’animation du présent carnet de recherche sur Sri Lanka et ses diasporas depuis mai 2012.
La nouveauté et la justesse des analyses, la qualité de l’écriture, de la cartographie et des illustrations, font de cette thèse une production scientifique de grande valeur qui mérite une large diffusion.

Eric Meyer, membre du jury de thèse, Professeur émérite, INALCO

PS: Cliquer pour lire le résumé de la thèse

Résumé de thèse: « Les minorités tamoules à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour : Minorités, intégrations socio-spatiales et transnationalités » par Delon Madavan

Nous avons le plaisir de partager le résumé de la thèse de Delon Madavan sur « Les minorités tamoules à Colombo,  Kuala Lumpur et Singapour : Minorités, intégrations socio-spatiales et transnationalités ». Cette thèse, préparée sous la direction du Professeur Olivier Sevin à l’Université de Paris Sorbonne au sein du laboratoire Espaces, Nature et Culture (UMR 8185), a été soutenu le 26 septembre 2013.  Delon Madavan a obtenu pour son travail le titre de Docteur en géographie avec la mention très honorable et les félicitations à l’unanimité du jury.

Fig4bis

 

La comparaison de la situation de la minorité tamoule à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour permet d’étudier son intégration dans trois États multiculturels post-coloniaux aux contextes politiques nationaux très différents. Ainsi, la situation des Tamouls à Sri Lanka est celle d’une minorité discriminée et dont une faction a été en guerre ouverte contre l’État, alors qu’à l’inverse, à Singapour, la promotion par l’État d’un multiculturalisme reconnaissant quatre identités culturelles (Les Chinois, les Malais, les Indiens et les « Autres ») a empêché la résurgence de conflits inter-ethniques grâce à leur promotion égale. Ce pays semble réussir à concilier un haut niveau d’ethnicité, c’est-à-dire la reconnaissance de la singularité des communautés à travers certains marqueurs culturels comme la langue, la religion ou la région d’origine, avec une identité nationale forte. Les Tamouls de Malaisie évoluent pour leur part dans un contexte dans lequel les populations bumiputeras sont privilégiées. En effet, l’État y conduit une politique officielle de discrimination positive favorisant la population malaise au détriment des minorités chinoises et indiennes. Ces trois exemples différents et complémentaires présentent l’avantage d’apparaître comme emblématiques de la situation des minorités en général.

Définir comme terrain de recherche les seules capitales permet d’offrir une certaine unité qui facilite la comparaison, du fait que ces villes partagent des points communs. Ces capitales regroupent les membres des différentes communautés qui constituent la population de chacun des pays retenus. Les Tamouls y vivent dans trois sociétés plurielles dans lesquelles ils sont minoritaires et en situation de diaspora. On peut émettre l’hypothèse que cette communauté est plus sensible à la question de l’intégration à la Nation, du fait qu’elle évolue dans un contexte cosmopolite dans lequel elle est minoritaire. En effet, les décisions du pouvoir central y ont une incidence plus grande que dans le reste du pays. Colombo, Kuala Lumpur et Singapour sont trois études de cas, contrastés et emblématiques, légitimes pour contribuer à la réflexion générale sur les identités minoritaires en ville.

La problématique qui sous-tend l’ensemble de cette thèse peut être formulée par une question transversale : comment cette minorité diasporique réussit-elle ou non à maintenir la particularité de son identité ethnique et en même temps à être intégrée à la nation dans le cadre spatial des capitales ? L’interrogation sur l’intégration de la minorité tamoule dans ces milieux urbains place l’espace au centre d’une recherche qui s’inscrit dans une problématique géographique, bien qu’elle emprunte des méthodes et concepts à d’autres disciplines de sciences sociales. En effet, des notions sociologiques et anthropologiques comme l’identification, la visibilité ethnique ou l’intégration seront considérées en privilégiant l’approche spatiale. Nous pouvons justifier ce choix par le fait que la médiation des flux de population, de la société et de l’espace forme des lieux, des territoires, des paysages et des espaces de vie qui sont autant de formes spatiales de l’identité. Dès lors, l’identité spatiale est un moyen de mesurer et d’analyser la vie, les échanges et les représentations des hommes vivant dans cet espace. Ainsi, avec cette perspective dialectique (flux/société/espace), la démarche géographique vise à démontrer ce que l’espace apprend du maintien ou de l’évolution de l’identité et de l’intégration minoritaire dans la société.

En outre, le groupe étudié dans ces trois villes a un statut particulier du fait qu’il est à la fois une minorité ethnique au sein de son pays d’installation, une diaspora pour son foyer d’origine et un des éléments constituant la communauté transnationale tamoule dispersée à travers le monde. C’est pourquoi les échanges transnationaux qui peuvent exister entre Tamouls et les dynamiques migratoires internationales des Tamouls dans ces trois pays ont également été considérés afin de comprendre leurs conséquences sur l’identification et l’intégration de ceux de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour.

La démarche diachronique utilisée dans la première partie permet d’expliquer la complexité du profil socio-culturel de la minorité tamoule dans les trois villes et les contextes spécifiques dans lesquels elle évolue. L’étude des trajectoires migratoires des Tamouls au sein de ces trois terrains a permis d’avoir une meilleure compréhension de la pluralité de leurs identités dans ces territoires. Les Britanniques sont à l’origine de l’afflux de travailleurs tamouls au profil socio-économique et culturel très hétérogène. Dès l’époque coloniale, l’implantation de cette communauté à proximité de leur lieu de travail conduit à la constitution d’ethno-territoires. En outre, les politiques de la puissance coloniale, puis des trois États indépendants vis-à-vis de Tamouls, ont également pesé dans le processus de construction identitaire et dans l’intégration de cette minorité dans les villes étudiées. Le durcissement de la politique migratoire par la puissance coloniale et la perspective de l’indépendance marquent la fin du caractère transitoire de la présence tamoule, et soulève la question de la place à accorder à ces derniers dans les nations post-coloniales qui doivent être construites avec les indépendances.

L’analyse des politiques menées par les trois États post-coloniaux à l’égard des minorités a permis de mieux comprendre leurs impacts sur le sentiment d’intégration, l’identification des Tamouls à la nation et sur leur distribution dans l’espace urbain.

À Sri Lanka, la politique discriminatoire de l’État est perçue comme une menace pour la survie de la culture et l’identité tamoule dans l’île. La détérioration des relations entre Colombo et la principale minorité du pays a conduit certains groupes tamouls radicalisés à prendre les armes pour créer leur propre État indépendant. La guerre a notamment eu pour effet de transformer la géographie de la population de la capitale. Le poids démographique des Tamouls y augmente avec l’arrivée des déplacés de guerre qui fuient les fronts. Ces derniers s’établissent de préférence à Wellawatta et Kotahena ou dans des quartiers périphériques comme à Dehiwela. Le sentiment d’insécurité éprouvé par les Tamouls rend plus difficile leur identification et leur intégration à la nation sri lankaise.

En Malaisie, la politique de discrimination positive adoptée en faveur des Malais par l’État renforce la polarisation ethnique de la société. Dans ce contexte, l’éradication des quartiers spontanés de Kuala Lumpur est perçue par certains Tamouls comme un instrument de l’État afin de détruire les quartiers communautaires et le mode de vie de la minorité dans l’espace urbain de la capitale. En réaction, les Tamouls malaisiens réaffirment leurs différences culturelles et religieuses, tout en clamant leur attachement à leur pays.

À Singapour, l’État fait la promotion d’un multiculturalisme privilégiant la méritocratie et préservant les minorités culturelles du risque d’assimilation, afin de favoriser leur intégration. Pour conforter la coexistence intercommunautaire, l’État a réaménagé son territoire pour briser les enclaves ethniques de la période coloniale, afin de faire cohabiter les Singapouriens dans des immeubles et des quartiers dans lesquels le caractère multiethnique est imposé par des quotas à respecter. Le quartier de Serangoon road demeure le seul espace de l’île où la présence de l’identité indienne dans l’espace urbain est préservée avec le soutien des dirigeants du pays.

La connaissance de l’histoire sociale et politique des différents pays est donc indispensable pour comprendre l’évolution des logiques d’ancrage spatiale de la communauté tamoule dans le cadre urbain des capitales examinées. Les rapports qu’entretiennent les Tamouls avec l’État et la communauté ethnique majoritaire du pays conditionnent donc fortement la manière dont ils perçoivent leur intégration, la place de leur culture dans la société et leur identification à la nation.

Une enquête de terrain socio-anthropologique (questionnaires, enquêtes au fil de la rue et travail d’observation des espaces publics et domestiques) dans des quartiers présélectionnés a permis d’analyser la place de la culture tamoule et la façon dont les membres de cette communauté vivent et s’identifient. En outre, l’examen des fondements territoriaux de l’identité tamoule, à l’échelle locale,  dans ces trois villes a permis de voir ce que l’espace apprend du maintien ou de l’évolution de l’inscription urbaine de ce groupe minoritaire. Les pratiques citadines des Tamouls, notamment celles qui ont trait à la maison et à la fréquentation des lieux de sociabilité communautaires (les édifices religieux, les commerces et les associations), peuvent être à l’origine d’une territorialisation de l’identité tamoule dans ces villes. En effet, La maison est incontestablement le premier cadre d’expression de l’identité tamoule dans l’espace privé du foyer. La durée de la présence dans le logement, l’investissement personnel ou familial dans la construction du bâtiment, ou encore sa possession légale sont autant d’éléments créant l’ancrage territorial des individus et le sentiment d’appartenance à la ville.  Néanmoins, plusieurs facteurs (le fait que l’installation dans le logement ait été choisie ou non, la tenure, etc.) remettent en question l’attachement au logement et donc l’intégration de certains groupes de Tamouls (dernières vagues de déplacés Jaffnais, migrants économiques peu qualifiés venus des plantations à Colombo, ou Tamouls qui ont été relogés de force dans certains immeubles sociaux à Kuala Lumpur). Les équipements religieux, commerciaux et associatifs peuvent également concourir au processus de territorialisation de l’identité tamoule. Ces lieux de sociabilité sont surtout des milieux tamouls dont la plus ou moins forte concentration a des conséquences sur la visibilité tamoule, et sur le rôle du quartier dans la vie des Tamouls en tant que communauté. Selon l’importance de ces équipements sociaux dans les quartiers, les Tamouls les reconnaissent ou non comme étant tamouls.

En outre, les politiques urbaines (éradication des bidonvilles et promotion de Little India) adoptées par les deux États Sud-Est asiatiques ont des conséquences sur l’empreinte urbaine tamoule, sur le sentiment d’intégration des membres de cette minorité et leurs pratiques urbaines. La politique dite de nettoyage urbain à Kuala Lumpur et les opérations de relogement qui l’accompagnent, influencent la production sociale de l’espace, avec des processus simultanés de territorialisation et de déterritorialisation qui ne sont d’ailleurs pas toujours complets. Cette politique d’éradication des bidonvilles menée par les pouvoirs publics est perçue très différemment par les Tamouls. Les habitants tamouls de ces quartiers informels y voient le refus de l’État de reconnaître leur droit à la ville et sa volonté de faire disparaître leur empreinte urbaine de la capitale. À l’inverse, les classes tamoules les plus aisées perçoivent l’éradication des bidonvilles comme une opportunité d’améliorer l’image de la communauté, notamment grâce au processus de gentrification qui s’opère dans ces territoires. La remise en cause de l’ancrage territorial est donc un facteur qui peut nourrir chez certains Tamouls le sentiment de ne pas être considérés par l’État, et donc de ne pas être intégrés.

Par ailleurs, le réaménagement urbain a aussi entraîné une transformation de la citadinité tamoule. Leur pratique ethnique de la ville a en effet pris un caractère réticulaire dans lequel les quartiers vitrines s’imposent comme des centres aux fonctions vitales (culturelle, sociale, économique) pour la communauté et la rend visible dans l’espace urbain de la ville. Mais la pratique de la ville par les Tamouls est loin de se limiter à ces lieux ethniques et ce sont les espaces communs, où ils côtoient les membres des autres communautés, qu’ils fréquentent essentiellement dans leur vie de tous les jours. Cette réalité n’est pas sans conséquence sur la façon dont ils perçoivent leur identité et leur appartenance à la nation.

Enfin, les échanges transnationaux et les dynamiques migratoires internationales contemporaines des Tamouls dans les trois pays retenus ont également des conséquences sur l’identification et l’intégration de ceux de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour.

Les échanges transnationaux culturels (films, littérature, musique, médias) avec les foyers d’origines favorisent le maintien de l’identité culturelle tamoule, malgré le contexte d’extraterritorialité et minoritaire dans lequel se trouvent les Tamouls d’Asie du Sud-Est.

En outre, nous avons constaté que différents acteurs (HINDRAF[1], LTTE[2]) tentent de mobiliser les membres de la communauté tamoule mondiale (estimée à 75,4[3] millions d’individus en 2008) afin de défendre leurs revendications socio-politiques et d’internationaliser leur combat. Cette stratégie est lourde de conséquences dans le cadre des relations des différents groupes tamouls avec leurs États. Les mobilisations transnationales, pro-eelamiste[4] ou le lobbying de l’HINDRAF en Inde, soulèvent la question de la loyauté des Tamouls de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour envers leurs pays. La propagande et les manifestations pro LTTE organisées à travers le monde constituent un frein à l’intégration de ceux qui vivent à Sri Lanka. À Singapour, les Tamouls évitent d’afficher trop ostensiblement leur soutien au mouvement séparatiste eelamiste, pour renforcer leur image de minorité modèle et loyale à Singapour. Par contre, en Malaisie, les Tamouls n’hésitent pas à se mobiliser pour soutenir le mouvement séparatiste LTTE, qui est considéré comme une véritable source d’inspiration dans la lutte pour la défense des droits des Tamouls. Les manifestations de solidarité tamoule transnationale sont ainsi un véritable sujet de préoccupation en matière de politique intérieure, mais également internationale pour les États d’installation et d’origine.

Enfin, l’arrivée de nouvelles vagues d’immigrants tamouls dans les deux pays Sud-Est asiatiques ou encore l’émigration de ceux de Sri Lanka ne sont pas sans conséquences sur l’identification et l’intégration des citoyens tamouls de ces trois pays. L’émigration, légale ou clandestine, des Tamouls originaires de la province Nord de Sri Lanka en Occident – pour rejoindre leurs proches de la diaspora – manifeste la volonté de ces derniers de s’émanciper définitivement de l’autorité de l’État sri lankais. Contrairement à Sri Lanka où l’émigration des Jaffnais contribue à freiner en quelque sorte leur identification à la nation, dans les deux pays Sud-Est asiatiques qui nous intéressent, l’arrivée de nouvelles vagues d’immigrants tamouls d’Asie du Sud tend au contraire à renforcer la prise de conscience de la part de l’ancienne diaspora tamoule de son particularisme culturel. Le contexte socio-politique national dans lequel évoluent les Tamouls singapouriens et malaisiens, ainsi que l’adoption par les deux États de politiques d’accueil très différentes des immigrants professionnels, participent à la plus ou moins bonne acceptation de la présence de la nouvelle diaspora tamoule par l’ancienne. Les intérêts souvent différents de ces deux communautés conduisent à une certaine distanciation et, dans le cas de Singapour, à des rivalités entre Tamouls locaux et immigrés. En outre, la naturalisation par la cité-État de certains étrangers est une autre source de tensions et pose la question de l’intégration la nouvelle diaspora dans la société singapourienne. Le manque d’échanges sociaux entre Singapouriens locaux et immigrants, associé à la peur de la concurrence étrangère est à l’origine, chez certains, du développement d’une xénophobie, qui existe également entre Tamouls, et qui renforce l’identification de l’ancienne diaspora tamoule à leur pays.

L’étude des Tamouls à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour démontre donc l’intérêt d’adopter une perspective comparative et multiscalaire pour saisir dans toute leur complexité les différents facteurs agissant sur l’identification et l’intégration socio-spatiale d’un groupe minoritaire. Dans le cas de minorités ethniques d’origine diasporique telle que celle des Tamouls, la politique d’intégration de l’État d’installation, l’inscription spatiale de leur identité, les pratiques au sein de l’environnement urbain, les liens officiels ou informels qui sont préservés avec le pays d’origine, et les solidarités ethnique infra et transnationales, participent à des degrés différents à la construction d’une identité communautaire qui peut, selon le contexte historique, économique et l’environnement socio politique, cohabiter ou concurrencer l’identité nationale.

 

Composition du jury de thèse

Monsieur Christian HUETZ DE LEMPS, Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne

Monsieur Frédéric LANDY, Professeur, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Monsieur Éric MEYER, Professeur émérite, INALCO

Monsieur Olivier SEVIN, Professeur, Université Paris-Sorbonne

Monsieur Chee WONG TAI, Professeur, Nanyang Technological University (Singapour)


[1]. L’Hindu Rights Action Force (HINDRAF) est une coalition de plusieurs ONG hindouistes et indo-malaisiennes. L’HINDRAF appelle la minorité hindouiste à protester contre la politique discriminatoire de l’État favorisant les Malais et contre les destructions de temples hindouistes à travers le pays.

[2]. Le Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE) : est un mouvement indépendantiste, fondé en 1976 par Velupillai Prabhakaran, dont le but affiché est de défendre les Tamouls de Sri Lanka. Pour cela, l’organisation demande le droit à l’autodétermination et la création d’un État, le Tamil Eelam, dans le Nord et l’Est de l’île. Pour obtenir leur indépendance, les Tigres (surnom donné aux militants LTTE) se sont engagés, jusqu’à leur défaite militaire du 17 mai 2009, dans une lutte armée contre le gouvernement central.

[3]. Source : Goreau-Ponceaud, 2008, « La diaspora tamoule : lieux et territoires en Île de France », dans L’espace Politique, N°4ê2008-1, pp.21-35

[4]. Les manisfestations pro eelamistes sont organisées par les militants tamouls favorables à la création d’un Tamil Eelam.

 

MADAVAN D., 2013, Les minorités tamoules à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour : minorités, intégrations socio-spatiales et citadinités, thèse de doctorat en géographie, Paris, Université Paris-IV Sorbonne.

« La transmission de l’identité religieuse dans un contexte d’immigration : Le cas de réfugiés tamouls hindous d’origine sri-lankaise à Montréal » par Mark Bradley

Nous avons le plaisir de partager un lien pour télécharger le mémoire  de Mark Bradley qui porte sur “La transmission de l’identité religieuse dans un contexte d’immigration : Le cas de réfugiés tamouls hindous d’origine sri-lankaise à Montréal”. Ce travail à été réalisé dans le cadre d’une maîtrise en sciences des religions à l’université du Québec à Montréal. Mark Bradley est actuellement doctorant en sciences des religions à l’université du Québec à Montréal et le sujet de sa thèse porte sur “La pratique religieuse comme vecteur de culture et d’identité chez les hommes de seconde génération en contexte migratoire. Le cas de la communauté tamoule sri-lankaise hindoue de Montréal.”.

Mark bradley

Référence: Bradley M., 2007, “La transmission de l’identité religieuse dans un contexte d’immigration : Le cas de réfugiés tamouls hindous d’origine sri-lankaise à Montréal”,maîtrise en sciences des religions, Montréal, Université du Québec à Montréal, p.138

« Impact des décisions politiques sur la population civile à Sri Lanka » par Blanche Mattern

Nous avons le plaisir de partager un lien pour télécharger le mémoire de Master de sciences politiques de Blanche Mattern qui porte sur l' »impact des décisions politiques sur la population civile à Sri Lanka ». Ce travail dirigé par Professeur Tertrais à été réalisé dans le cadre du Master Recherche « Gestions de crises et Problématiques identitaires » de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne. Blanche Mattern est actuellement chargée de mission Asie du Sud pour l’ONG InMaLanka.

Mémoire Blanche Mattern

 

Référence: Mattern B., 2010, « Impact des décisions politiques sur la population civile à Sri Lanka », mémoire de Master de sciences politiques, Paris, Université Paris-I Panthéon-Sorbonne, p.113

L’organisation des Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul: Naissance, vie et mort d’une insurrection identitaire par Sophie Gerbaut

Nous avons le plaisir de partager un lien pour télécharger le mémoire de Master en relations internationale de Sophie Gerbaut qui porte sur « L’organisation des Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul: Naissance, vie et mort d’une insurrection identitaire ». Ce travail, dirigé par Professeur Cumin, à été réalisé dans le cadre du Master Recherche « Relations Internationales, Sécurité internationale et Défense » à l’université Jean Moulin Lyon III. Sophie Gerbaut est actuellement doctorante en droit international public à Lyon III et le sujet de sa thèse porte sur « le droit de l’insurrection ».

MEMOIRE M1 SOPHIE GERBAUT

Référence: Gerbaut S., 2009, « L’organisation des Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul: Naissance, vie et mort d’une insurrection identitaire », mémoire de Master de Relations Internationales, Lyon, Université Jean Moulin Lyon III, p.13

Jaffna et le conflit intercommunautaire à Sri Lanka par Delon Madavan

Nous proposons ici un lien pour télécharger gratuitement l’ouvrage de Delon Madavan intitulé « Jaffna et le conflit intercommunautaire à Sri Lanka »:

Madavan/Jaffna et le conflit intercommunautaire à Sri Lanka

 

Résumé:

La détérioration des relations intercommunautaires à Sri Lanka a conduit à un affrontement armé entre le gouvernement central et les Tamouls du Liberation Tigers of Tamil Eelam, dans lequel les civils se retrouvent prisonniers.

Le sort de la ville de Jaffna, au nord de l’île, en est l’exemple le plus emblématique. C’est de cette capitale culturelle et historique des Tamouls du pays, qu’est né le mouvement de résistance aux différentes mesures discriminatoires adoptées par le gouvernement central. A partir de 1987, cette ville devient le principal théâtre et enjeu du conflit armé.

Le cessez-le-feu de 2001 a été une opportunité sans précédent pour étudier les conséquences de la guerre à Jaffna. En effet, jusqu’à cette date, il était difficile pour un chercheur de travailler en sécurité sur ce terrain et de pouvoir accèder aux outils statistiques et cartographiques. L’approche historique a permis de comprendre les causes et l’évolution du conflit intercommunautaire. L’enquête et les entretiens obtenus directement auprès des Jaffnais, ainsi que les cartes réalisées sur les communautés religieuses, sur les castes ou le dynamisme démographique des différents quartiers de la ville, permettent de voir quel a été l’impact de la guerre pour la population et combien la société traditionnelle de Jaffna a été bouleversée par le conflit armé.

Ce travail de recherche est d’autant plus intéressant que la dégradation de la situation politique rend de nouveau difficile l’accès à la péninsule de Jaffna pour les chercheurs. Les Jaffnais doivent une fois de plus faire face au couvre-feu et il leur est de nouveau difficile de se déplacer dans le reste de l’île. L’éphémère espoir de paix suscité par le cessez-le-feu de 2002 laisse malheureusement place à un repli communautaire à Jaffna et à Sri Lanka dans son ensemble.

 Référence: MADAVAN D., (2007), Jaffna et le conflit intercommunautaire à Sri Lanka, Paris: PRODIG/Collection Grafigéo, p.88

Situations urbaines d’inter-éthnicité : le cas du quartier de la Chapelle. Les Tamouls face à la population locale / Gaelle Dequirez

 

Nous partageons ici un lien pour télécharger le mémoire de DEA de sciences politiques de Gaelle Dequirez qui porte sur les relations intercommunautaire entre les Tamouls sri lankais et les résidents du Quartier indien de La Chapelle.

dequirezLaChapelle

Référence: Dequirez G., 2002, Situations urbaines d’inter-éthnicité : le cas du quartier de la Chapelle. Les Tamouls face à la population locale, mémoire de DEA de sciences politiques, Lille, Université Lille 2