“Textile-habillement et zones franches à Sri Lanka” par Laurence Buzenot

 Nous tenons à remercier très chaleureusement Laurence Buzenot (Laurence_buzenot2@yahoo.fr), Docteure en géographie de l’université de La Réunion et chercheure associée à l’UMR-CNRS 7218 Lavue (Paris), d’avoir choisi Sri Lanka & Diasporas pour publier son article  sur “Textile-habillement et zones franches à Sri Lanka”.

L’industrie de la confection sri lankaise est une partie essentielle de l’économie de ce pays qui a connu plus de trente ans de guerre. Cette industrie représente, en 2012, 43 % des exportations totales et 39 % de sa production industrielle[1]. Le secteur textile et habillement est le plus grand employeur du secteur industriel et assure trois quarts des emplois à Sri Lanka, qu’ils soient directs ou indirects. En 2012, les exportations du secteur s’élèvent à 2,4 milliards de dollars et représentaient 5 % du PIB de Sri Lanka[2]. Le secteur textile et habillement trouve, comme dans de nombreux pays en voie de développement, son terrain de prédilection à l’intérieur des zones franches. Ces dernières sont des espaces de dérogation fiscales et sociales et elles sont devenues des outils au service du « développement ».

Bon nombre d’Etats insulaires en développement se sont lancés dans la politique d’industrialisation extravertie par le biais des zones franches. Les « tigres » asiatiques (Taïwan, Corée du Sud, Hong Kong et Singapour) et Porto-Rico dans la Caraïbe ont servi de modèles pour les Etats insulaires proches géographiquement ou culturellement. Les zones franches en République dominicaine et à l’île Maurice débutent leur activité au cours des années 1970 en accueillant les activités délocalisées des firmes textile et habillement des Etats-Unis et d’Europe. Le Sri Lanka s’industrialise pour approvisionner les marchés extérieurs durant la même période, à la fin des années 1970, avec l’ouverture de sa première zone franche à proximité de Colombo. L’île possède les critères considérés comme favorables à l’installation des zones franches, c’est-à-dire main d’œuvre nombreuse et pas chère, bridée en 1981 (Hensman R., 2012), et une connectivité importante avec l’Asie du Sud.

 

I-  Zones franches, ouverture économique et investisseurs étrangers

 

1-    Les zones franches industrielles d’exportation

 

Les zones franches sont anciennes. Elles ont été liées dès l’Antiquité aux activités commerciales (Bost F., 2010 : Buzenot L., 2010). Depuis l’installation de la zone franche de Shannon en Irlande en 1958, la zone franche, espace de franchise, est devenue un concept et un outil au service d’un développement s’appuyant sur le faible coût de la main d’œuvre.

Sri Lanka est le premier pays d’Asie du Sud à adopter une politique économique libérale dès 1977. C’est la victoire électorale du parti conservateur United National Party (UNP) qui sonne le glas de la politique de développement proche du modèle nehruvien de l’Inde[3] (Bost F., 2010). Comme le note Frédéric Landy dans l’Atlas mondial des zones franche, la petite taille de l’île fait rêver ses dirigeants à un destin similaire aux tigres asiatiques (Bost F., 2010). Le programme de développement s’appuie alors sur le recours aux capitaux extérieurs. Pour favoriser la venue des investisseurs étrangers, le gouvernement lève les entraves en matière d’importation, de politique de change et il crée les conditions favorables à leur venue. Les services publics sont privatisés dans les domaines tels que les assurances, les télécommunications et les transports. Les dépenses publiques pour la protection sociale et l’éducation sont réduites pour opérer un transfert des ressources en faveur de l’investissement productif et de la croissance économique (Kurukulasuri G.I.O.M, 1989).

Le système de change double est supprimé et il est remplacé par un taux de change unique. Dans les faits, cela s’est traduit par une importante dévaluation de la roupie. En novembre 1977, la valeur de la roupie qui est de 8,59 pour un dollar est passée à 15,97. Nul ne doute que cette mesure a encouragé les exportations, mais des droits de sortie ont toutefois été imposés pour éviter que certains exportateurs ne réalisent des bénéfices excessifs. La structure du tarif douanier a également été révisée et simplifiée.

Comme de nombreux petits Etats insulaires indépendants, l’industrialisation extravertie de la seconde moitié du XXIème siècle passe par la mise en place de zone franche pour favoriser le commerce avec les marchés continentaux beaucoup plus vastes. L’île Maurice dans le sud-ouest de l’océan Indien et la République dominicaine dans les Caraïbes possèdent également des zones franches industrielles d’exportation sur leur territoire afin de développer des industries orientées principalement pour les marchés extérieurs. Ces zones franches ont des modalités d’implantation largement dépendantes de la taille de l’île : les petites îles de moins de 5 000 km² sont des « îles franches » tandis que les plus grandes îles ont vu se développer sur leur territoire des enclaves industrielles. Dans les contextes de dettes nationales des années 1970 et 1980, l’industrialisation extravertie est perçue comme le moyen de limiter les effets de la crise et elle devient de fait, par les choix opérés économiquement, le moteur de la croissance (Kelegama S., 1992). En 2012, Sri Lanka compte sur son territoire 12 zones franches : 8 export processing zones, 1 export processing park et 3 industrial park. Il s’agit d’enclaves économiques dont les retombées sur le reste de l’économie sont limitées à la distribution de masse salariale et à la création d’emplois peu qualifiées.

Ces espaces furent aménagés à proximité de Colombo. C’est la Greater Colombo Economic Commission, créée en 1978, qui fut en charge de lancer la première zone franche à Katunayake près de l’aéroport. La seconde zone est aménagée en 1986 Biyagama (Bost F., 2010). Les zones franches se sont développées dans les zones à forte densité de population, entre 100 et plus de 200 hab/km², et à majorité cinghalaise.

La zone franche de Kutunayake accueille environ 90 entreprises employant 50 500 personnes, celle de Biyagama 29 entreprises pour 20 000 emplois et, enfin, celle de Kogala 21 entreprises pour 10 000 emplois. Les districts les plus industrialisés sont ceux qui abritent le plus de zones franches ; ce sont les districts de l’ouest, le Sri Lanka des fortes densités de population, des plantations et des rizières (Bost F., 2010).

figure 1 sri lanka zones franches (2)

 

2-    L’ouverture économique pour rembourser la dette publique extérieure : la solution ?

 

L’économie du pays est, aujourd’hui, jugée par les institutions internationales comme l’une des plus ouvertes au monde avec un taux d’ouverture de près de 80 %[4]. L’ouverture économique a permis un taux de croissance moyen annuel du PIB de l’ordre de 5,5 % durant la période 1977-2000. Ce taux est d’autant plus surprenant que le pays a été en proie à une guerre civile pendant des années.

Cette politique d’ouverture remplace la politique d’industrialisation par substitution des importations qu’a connu le pays durant les années 1950 et 1960 (Kelegama S., 1992). La première zone franche voit le jour en 1978 dans le cadre du programme d’ajustement structurel du FMI et de la Banque mondiale. Pour répondre aux impératifs du remboursement de la dette, les exportations sont considérées comme essentielles. Les zones franches sont idéales car ce sont des espaces à l’intérieur desquels, les productions industrielles sont essentiellement destinées à l’exportation. Ces exportations sont considérées comme nécessaires à l’entrée de devises fortes pour le remboursement de la dette publique extérieure.

Les exportations n’ont pas pour autant réduit la dette publique extérieure de Sri Lanka. Le montant de la dette est passé de 311 millions de dollars en 1976 à 5 147 millions de dollars en 1986 (Kurukulasuri G.I.O.M, 1989). Elle a continué à croitre sur la période 1990 à 2010 passant de 5,7 milliards de dollars à 21,4 milliards de dollars. Pour rembourser ses dettes, le ratio du service de la dette est compris durant cette même période entre 12 % et 18 % à l’exception de l’année 2005. Ces taux n’ont rien d’exceptionnel puisque le seuil de viabilité de la dette établi par le FMI et la banque mondiale correspond à un ratio de dette/exportation compris entre 15 et 25 %. Il est indéniable que la réduction du ratio du service de dette sur les exportations favorise une croissance économique beaucoup plus durable sur le long terme.

 

Figure 2 : Evolution de la dette extérieure de Sri Lanka (1990 à 2010)

figure 2 Evolution dette Sri LankaSource : Banque Centrale du Sri Lanka, 2012

Figure 3 : Evolution du ratio du service de la dette (1990 à 2010)

figure 3 service de la detteSource : Banque Centrale du Sri Lanka, 2012

 

Le constat est sans appel. La dette publique extérieure de Sri Lanka n’a pas été comblée par l’entrée des devises fortes générée par les exportations de produits textile et habillement sortant des zones franches. Par ailleurs, il est légitime de se demander quels sont les principaux secteurs d’investissement et de dépense du gouvernement sri lankais ?

 

3-    Investisseurs étrangers à la recherche de moindre coût de production

 

Les zones franches attirent les investisseurs étrangers et asiatiques à la recherche de moindre coût de production. La main d’œuvre sri lankaise est nombreuse et peu qualifiée pour des activités délocalisées du textile et de l’habillement nécessitant très peu de formation. Le coût de la main d’œuvre féminine est l’un des avantages comparatifs appréciés par les investisseurs étrangers.

De 1977 à 1982, seule la zone franche Katunayake, près de Colombo, est en activité. Durant cette période les investissements étrangers augmentent considérablement dans un contexte de relative stabilité politique. Ils passent de 9,6 millions de roupies en 1977 à 1 322 millions de roupies en 1982. Les troubles de juillet 1983 ralentissent les investissements en provenance de l’étranger. Les entrepreneurs fuient, comme le note E. Dommen, les pays instables politiquement (Dommen E., 1987).

 

Figure 4 : Evolution des Investissements directs étrangers de 1976 à 1986

figure 4 Evolution des IDE de 76 à 86

Source : Kurukulasuri G.I.O.M, 1989).

 

Le début des tensions interethniques entre la majorité cingalaise et la minorité tamoule ralentissent les investissements étrangers dans l’île de 1982 à 1985. Le conflit armé, qui oppose de 1987 à 2009 l’État au mouvement indépendantiste des Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE), pèse sur le climat des affaires. Un an après la victoire finale de l’armée sur le LTTE, le montant des Investissements Directs Etrangers (IDE) s’élève en 2010 à 5 milliards de dollars, loin des 179 milliards de dollars détenus par l’Inde. Pour comparaison, le Pakistan et le Bangladesh possèdent respectivement un stock d’IDE estimé à 21,5 milliards de dollars et 6,1 milliards de dollars (Debels E., Maurin V., 2010). La grande majorité des IDE proviennent de la région Asie Pacifique. Les entrepreneurs étrangers du textile et de l’habillement viennent de Malaisie, d’Inde, de Hong Kong, d’Australie, de Singapour et de Chine. Les entrepreneurs des États-Unis et du Royaume-Uni sont les principaux investisseurs occidentaux (Debels E., Maurin V., 2010). Pour garantir le succès de l’industrialisation extravertie par les zones franches, le Board of Investment prend en charge la promotion des investissements. Cette institution créée en 1978 publie des informations sur les modalités d’implantations, la fiscalité, les taxes et les zones franches opérationnelles dans l’île.

 

II-            Les activités du textile et habillement

 

Ces zones franches se sont très tôt spécialisées dans le secteur textile et habillement, plus précisément dans le simple assemblage de vêtements en tirant profit de la main d’œuvre féminine abondante et peu couteuse. La zone franche Katunayake réalise près de 30 % de la production textile du pays. Le textile est l’un des trois secteurs clés pour l’entrée des devises dans le pays. Ce secteur d’activité s’est développé dans l’île parce qu’il a été organisé dès les années 1970 et qu’il nécessite très peu de formation technique.

 

1-    L’organisation au niveau mondial du textile et habillement

 

Des accords ont régi ce commerce avant la libéralisation du marché au 1er janvier 2005. Quatre périodes ont régi le marché mondial du textile et de l’habillement. La première (1945-1974) est la période de reconstruction et de croissance des pays du nord. Le commerce est libre. Au niveau international, les anciennes colonies européennes accèdent progressivement à l’indépendance et les travailleurs des pays du Sud ne forment pas encore les bataillons d’ouvriers susceptibles de travailler dans des ateliers délocalisés. La deuxième (1974-1995) correspond à l’instauration des quotas. Le commerce mondial du textile et de l’habillement est organisé par l’Arrangement Multifibre (AMF). C’est la période des délocalisations vers les pays ateliers. La réglementation établie par l’AMF limite la concurrence entre les pays sur le marché mondial. La troisième période (1995-2005) est celle de la réintégration du secteur textile et habillement aux règles de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). L’accord sur le textile et les vêtements (ATV) fixe les conditions de cette réintégration (Buzenot L., 2010 ; Jacomet D., 2007 ; OMC, 2004). Durant cette période, Sri Lanka mène des négociations commerciales pour permettre aux industriels de garder des parts de marchés. Les stratégies menées durant cette période ont été déterminantes pour les Etats insulaires en développement. A l’île Maurice, le gouvernement met en place les conditions pour favoriser la modernisation du système productif. Cette modernisation concernera finalement les plus grandes entreprises locales. La quatrième période date de 2005. Le commerce est dit «libre». Même si Sri Lanka a très peu bénéficié des quotas sur le textile et l’habillement, le pays négocie des accords commerciaux pour garantir des débouchés extérieurs à ses produits.

 

2-    Le simple assemblage délocalisé durant la période des quotas (décennie 1980)

 

Durant la décennie 1980, les activités se réduisent aux simples activités de découpe et d’assemblage de vêtements. Michel Dimou et Phidélice Fernand expliquent que le peu de valeur ajoutée du système productif est le résultat du système d’approvisionnement des matières premières qui affaiblit les entreprises locales situées en amont de la production. Parmi les conditions imposées aux industriels souhaitant s’installer dans la zone franche de Katunayake, l’origine de la matière première est importante. Les accords commerciaux imposent que les matières premières viennent du pays d’origine de l’entreprise délocalisée. Les entreprises textiles à Sri Lanka ont été dépendantes de leurs importations d’inputs, en provenance essentiellement d’autres pays asiatiques au détriment des grandes entreprises locales, par exemple celles de la bonneterie. Ceci réduit l’activité des ouvriers sri lankais aux seules tâches de coupe et d’assemblage en bonneterie.

Les activités fonctionnent au ralenti durant les années 1980 à cause de la guerre, contrairement à l’essor des activités constatées en République dominicaine dans la Caraïbe et à l’île Maurice (Buzenot L., 2010). Les investissements directs étrangers diminuent comme précisé dans le paragraphe précédent. Paradoxalement, c’est durant cette période que les activités des zones franches prennent une part de plus en plus importante dans la création de richesse tandis que reculent les cultures traditionnelles (thé, riz) et la pêche du nord et de l’est de l’île, à majorité tamoule. Les zones franches ont assuré une sorte « d’assurance survie » aux populations sri lankaises.

Les activités dominantes sont les simples tâches de coupe et d’assemblage de vêtements nécessitant très peu d’investissements en machine-outil. Les jeunes femmes des campagnes, habiles et patientes, sont embauchées pour un maigre salaire.

 

3-    Négociations commerciales à partir des années 1990

 

La seconde moitié de la décennie 1990 est marquée par la remise en cause des quotas. Les pays spécialisés dans l’accueil du textile et de l’habillement en sous traitance ont une dizaine d’années pour élaborer des stratégies économique pour sauvegarder l’activité sur leurs territoires. A Sri Lanka, la remise en cause des quotas se pose avec acuité car durant les vingt dernières années, les exportations industrielles de textile et d’habillement ont largement augmenté en valeur. Le secteur textile-habillement contribue pour plus de la moitié de la valeur des exportations.

 

Figure 5 : Structures et valeur des exportations industrielles de 1990 à 2010 (en US dollar).

figure 5 Structures et valeurs des exportations industrielles

Source : Banque Centrale du Sri Lanka, 2012.

Le gouvernement sri lankais pour faire face à la fin des quotas prévue pour 2005 a mis l’accent, comme le notent Michel Dimou et Phidélice Fernand, sur la (re)négociation des accords commerciaux avec des pays partenaires importateurs ou fournisseurs de matières premières, permettant aux firmes des zones franches d’écouler leur production de façon privilégiée ou de s’approvisionner à faible coût (Dimou M., Fernand P., 2008). Les accords bilatéraux signés avec les États-Unis, puis les accords préférentiels (ALE) avec l’Inde et le Pakistan ont permis la pérennisation de la zone franche sri lankaise en tant que plate-forme de travail bon marché, avec un accès privilégié vers ses partenaires. Le gouvernement de Sri Lanka a renforcé l’effet de ces accords en complétant les mesures d’exemption et d’allégement de la tarification douanière déjà existantes. Parallèlement à la renégociation des accords commerciaux, les zones franches se sont multipliées sur le territoire. L’intégration des zones franches dans l’économie internationale s’est ainsi accentuée (Kelegama et Epaarachchi, 2002).

 

III-          Le « nivellement par le bas » par des salaires insuffisants et un avenir incertain

 

François Bost note deux possibilités de sortie des zones franches. Une «sortie par le haut» grâce à la diversification sectorielle et une montée vers le haut de gamme (Bost F., 2005). C’est ce qui s’est produit à Taïwan, en Corée du Sud, à Hong-Kong et à Singapour. L’autre sortie possible est la «sortie par le bas» avec une spécialisation poussée dans le textile (Bost F., 2005), comme l’illustrent les productions textiles tunisiennes et mauriciennes.

Les associations internationales et les mouvements altermondialistes pour un développement équitable dénoncent volontiers les pratiques de bas salaires dans les zones franches. Bien que les législations nationales existent pour fixer un salaire minimum, dans le monde du travail et l’univers des ateliers la législation est souvent peu respectée. Les patrons attribuent les salaires qu’ils veulent par manque d’encadrement syndical. Les ouvriers de Sri Lanka gagneraient en moyenne 81 dollars (soit 62 euros) par mois dans les zones franches et 68 dollars (soit 52 euros) à l’extérieur. Les salaires des zones franches, bien qu’insuffisant pour subvenir aux besoins d’une famille, sont supérieurs à ceux de l’extérieur, ce qui explique la masse de travailleurs attirés par un emploi dans ces enclaves. Les salaires sri lankais sont bas en comparaison des salaires minimum appliqués dans la zone franche mauricienne, de 250 euros par mois, et dans les enclaves de la République dominicaine, compris entre 180 et 250 euros par mois. En revanche, les salaires sont proches de ceux proposés dans la zone franche frontalière haïtiano-dominicaine de Ouanaminthe en Haïti (Buzenot L., 2008). Les salaires haïtiens sont d’environ 45 euros par mois.

L’augmentation des salaires permettrait s’instaurer un marché de consommation solvable et une entrée conséquente pour les impôts indirects, principal source de recettes fiscales. Par ailleurs, sans utopie et sans opinion politico-économique, un salaire devait permettre à tous travailleurs d’avoir un niveau de vie décent pour pouvoir répondre à ses besoins quotidiens, besoins alimentaires, en eau, pour l’éducation, les déplacements et faire quelques économies.

Le nivellement par le bas des salaires permet aux zones franches sri lankaises de rester compétitive, accentuant la paupérisation de la population encline à l’émigration vers les pays du Golfe persique voire l’île Maurice dans l’espoir d’accéder à un meilleur niveau de vie. Selon le rapport CASH ! Pratique d’approvisionnement de la grande distribution et conditions de travail dans l’industrie de l’habillement établi par Campagne de Vêtements Propre[6] et Etique sur l’Etiquette de 2009, les travailleurs qualifiés de la confection ont un salaire minimum de 6.750 roupies (40 €) par mois (bien que le chiffre soit inférieur pour les travailleurs non qualifiés). Le salaire indiqué est inférieur au salaire affiché par le Board Of Investisment. Ce qui prouve le décalage entre le salaire minimum voté par le gouvernement et les pratiques réelles.

La question des salaires à l’intérieur des zones franches est un sujet incontournable de l’amélioration des conditions de vie dans les pays ateliers. Les citoyens des pays développés, à fort pouvoir d’achat, ne se contentent plus de la simple consommation à outrance. La consommation citoyenne et l’équité sont devenues des données essentielles lors de l’achat de produits. Les objets ont une valeur bien plus que marchande. La volonté citoyenne d’une consommation citoyenne est un point de départ pour une meilleure redistribution des richesses. D’une manière générale, les salaires minimum fixés par les gouvernements ont été établis sans prise en compte des intérêts des travailleurs pauvres pris aux pièges entre les arguments de la compétitivité et des intérêts des fabricants. Ces salaires ont été calculés sans presque aucun rapport avec le coût de la vie. Et ces salaires restent les mêmes depuis lus d’une trentaine d’années sans prise en compte de l’augmentation du coût de la vie. La valeur réelle des salariés diminuent, ce qui est grave dans des petits Etats insulaires avec des taux d’inflation à deux chiffres. Toujours selon le rapport cité ci-dessus, le mouvement de défense des droits des travailleurs de l’industrie de la confection du Sri Lanka (ALaRM) estime que les travailleurs vivant dans des zones franches ont besoin du double de cette somme pour bénéficier d’un salaire vital.

Les zones franches du textile et de l’habillement sont des lieux d’incertitude pour les ouvriers soumis aux politiques décalées des institutions internationales en ce qui concerne leur avenir. A Sri Lanka, la gestion des retraites a été source d’un important mouvement de protestation. La gestion des retraites est une question importante pour la classe ouvrière. En Juin 2011, des ouvriers de la zone franche de Katunayake ont violement manifesté contre le régime des retraites proposé par le gouvernement (Rezwan, 2011). Des échauffourées entre la police et des manifestants ont causé la mort d’un jeune travailleur et plus de 200 blessés (les deux camps confondus). Vingt-six syndicats, regroupés sous la bannière de l’Alliance syndicale, s’opposent au projet de loi sur l’établissement d’un fonds privé de retraite présenté le 8 avril par le gouvernement. Ce projet de loi a été conçu pour répondre à l’une des conditions du Fonds monétaire international  (FMI) pour un prêt de 2,6 milliards de dollars.

Le projet de loi sur les retraites prévoit que les salariés devront cotiser pendant 10 ans au minimum pour bénéficier d’une retraite. Dans le cas contraire, les cotisations versées ne seront pas remboursées. En cas de changement d’employeur, un nouveau compte sera créé et le bénéficiaire perdra le bénéfice des cotisations déjà versées. Actuellement, la cotisation est de 10 pour cent du salaire pour la gratuité et de 2 pour cent pour la retraite.

Plus de 80 pour cent de la main-d’œuvre est féminine dans les zones franches d’exportation du Sri Lanka; il s’agit le plus souvent de migrantes. Elles commencent à travailler dans les ZFE à l’âge de 20 ans environ et travaillent pendant sept à huit ans. La plupart des travailleuses retirent leur épargne de sécurité sociale au moment de leur mariage. Elles peuvent maintenant se retirer du fonds de retraite et de la gratuité – 15 jours de salaire par année de présence, ce qui ne sera pas possible avec le nouveau projet de loi sur les retraites.

Source : http://www.imfmetal.org/index.cfm?c=26888&l=5, écrit en juin 2011.

Le gouvernement a finalement retiré son projet de loi suite aux protestations et à la mobilisation internationale. Ce projet de loi arbitraire et complétement décalée de la réalité illustrent les erreurs des institutions internationales en matière de développement. Les conditions de prêt imposées par le FMI sont drastiques et d’une austérité terrible pour les peuples, et en particulier les travailleurs soumis à toutes sortes de fiscalité et la sécurité d’une vieillesse incertaine.

Conclusion :

Les zones franches sri lankaises sont largement spécialisées dans le secteur textile-habillement. Elles ont été introduites dans l’île, comme dans d’autres petits Etats insulaires indépendants de la Caraïbe et à l’île Maurice, pour répondre aux impératifs du remboursement des dettes nationales par le biais des exportations. Le constat de cette politique d’industrialisation extravertie, par les zones franches, est mitigé et fortement améliorable notamment en ce qui concerne la politique des salaires. Comme nous l’avons constaté la dette n’a pas été réduite pour autant, elle connaît même une envolée spectaculaire depuis 1990. Pour que les entreprises restent compétitives, les salaires restent bas. La Chine, est depuis le 1er janvier 2005, date d’ouverture du marché du textile et de l’habillement, un redoutable concurrent possédant sur son territoire une cinquantaine de Clusters textile-habillement avec des structures de production intégrée et de plus en plus modernisées. Les entrepreneurs installés à Sri-Lanka, comme les autres petits Etats insulaires en développement, essaient de rester compétitifs dans la globalisation des échanges de vêtements. Les acteurs économico-politique du secteur misent dès les années 1990 sur les réseaux commerciaux (pour les importations d’intrants comme pour les exportations des produits finis) pour réduire les coûts de la production dans ce petit espace insulaire. L’autre mécanisme de sauvegarde de la compétitivité est le « nivellement par le bas » par de bas salaires. Le problème de la dette sri lankaise n’est pas pour autant résolu. Des salaires correspondant aux besoins des ouvriers permettraient par les biais des impôts indirects une entrée fiscale conséquente pour le fonctionnement des institutions étatiques. Par ailleurs, le projet de loi sur les retraites, retiré par le gouvernement, illustre les mécanismes de nivellement par le bas menés par les institutions internationales en charge du développement.

Bibliographie :

 

Bost F., 2004, «Les zones franches, instruments d’insertion économique dans la mondialisation», in La mondialisation. L’intégration des pays en développement, Paris : SEDES, p. 69-77.

 

Bost F., 2005, Les zones franches dans les réseaux internationaux de production, Conférence de François Bost, XVIème Festival International de Géographie de St-Dié les Vosges, France.

 

Bost F., 2007 (coord.), «Les zones franches, interfaces de la mondialisation», Annales de Géographie. Numéro spécial zones franches, n°658, p. 563-585.

 

Bost F., 2010, Atlas mondial des zones franches. Paris : La documentation  française, 314 p.

 

Buzenot L., 2008, «Coopération commerciale et zones franches dans la Caraïbe», in Taglioni F., Théodat J.-M. (dir.), Coopération et intégration. Perspectives panaméricaines,  Paris, l’Harmattan, p. 113-133.

 

Buzenot L., 2009, «Les zones franches industrielles d’exportation dans la Caraïbe. Les causes économiques de leur émergence », Études caribéennes, n° 13-14, Décembre 2009, 18 p. Disponible sur : <http://etudescaribeennes.revues.org/4100>

 

Buzenot L., 2010, Industrialisation zone franche et développement socio-spatial. Les cas des îles de la Caraïbe et de l’île Maurice, Thèse de doctorat de géographie (sous direction de J.-F. Taglioni : université de la Réunion, 327 p.

 

Campagne de Vêtements Propres et Etique sur l’Etiquette, 2009, CASH! Pratique d’approvisionnement de la grande distribution et conditions de travail dans l’industrie de l’habillement, Martin Hearson pour la Clean Clothes Campaign : Amsterdam (Pays-Bas), 79 p. Disponible sur : http://www.achact.be/upload/files/Cash!.pdf

 

CNUCED, 2004, Examen de la politique d’investissement de Sri Lanka, Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, 5 p.

Debels E., Maurin V., 2010, Les opportunités d’affaires à Sri Lanka, Trésor, Direction des Affaires générales : Publication des services économiques, 5 p.

Dimou M., Fernand P., 2008, «Attractivité et stratégies de développement de trois zones textiles de l’océan Indien», Monde en développement, n° 144, p. 115-128.

Dommen E., 1987, «Les zones franches industrielles d’exportation (ZFIE) dans les îles», in Iles tropicales : insularité, insularisme», Coll. Iles et archipels, n°8, Bordeaux-Talence : CRET-CNRS, p. 228-239.

 

Hensman R., 2012, “Sri Lanka. Women Workers and the Struggle For Labour Rights”. Disponible sur : http://slkdiaspo.hypotheses.org/800

 

Jacomet D., 2007, Mode, textile et mondialisation. Paris : Economica Editions, 330 p.

 

Kurukulasuri G.I.O.M, 1989, La dette extérieure, les politiques d’ajustement et leur incidence sur les domaines de compétences de l’Unesco, Institut Marga, Centre sri lankais pour les études en matière de développement : Unesco, 92 p.

 

Kelegama S., 1992, « Liberalization and industrialization : the Sri Lankan experience of the 1980s » , South Asia Journal, 5(3), 251-287.

Kelagama S., Epaarachchi R., 2002, Productivity, Competitiveness and Job Quality in Garment Industry in Sri Lanka Institute of Policy Studies of Sri Lanka, Discussion paper, World Bank.

Mattern B., 2010, Impact des décisions politiques sur la population civile à Sri Lanka, Master 2 de recherche (Sous la direction du Professeur Hugues Tertrais) : Université Paris I – Panthéon Sorbonne, 113 p. Disponible sur : http://slkdiaspo.hypotheses.org/551

OCDE, 2004, Textile et vêtements, faire face aux mutations, Paris : Editions de l’OCDE, 267 p.

Rezwan, 2011, «Sri Lanka : Manifestations des ouvriers du textile de la zone franche de Katunayake , » Global Voice. Disponible sur :

http://fr.globalvoicesonline.org/2011/06/13/70747/

 


[1] Banque Centrale de Sri Lanka, 2012.

[2] Banque Centrale de Sri Lanka, 2012. En ce qui concerne la création de richesse intérieure, la participation de 5 % au PIB du pays est équivalente à la création de richesse intérieure des zones franches textile des îles la Caraïbe et de l’île Maurice.

[3] Le modèle de développement nehruvien reposait sur l’idée de décentraliser le développement au niveau local. Le gouvernement de Nehru prônait le développement communautaire au sein des villages, développement encadré par les services nationaux avec pour objectif d’améliorer les conditions matérielles de la vie rurale.

[4] Doing Business (2012) de la Banque mondiale.

[5] Campagne de Vêtements Propre travaille avec un réseau mondial de 250 organisations en contact quotidien direct avec les ouvriers qui luttent pour défendre leur droit.

[6] Campagne de Vêtements Propre travaille avec un réseau mondial de 250 organisations en contact quotidien direct avec les ouvriers qui luttent pour défendre leur droit.


1 réflexion sur « “Textile-habillement et zones franches à Sri Lanka” par Laurence Buzenot »

  1. Ping : Au Sud comme au Nord, les femmes face à la crise de la dette et aux politiques d’ajustement macroéconomique | Entre les lignes entre les mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.