« Une étude novatrice de Delon Madavan sur les minorités tamoules à Colombo, Singapour et Kuala Lumpur » par Éric Meyer

Delon Madavan a soutenu brillamment sa thèse de doctorat en géographie à l’Université de Paris-Sorbonne le 26 septembre 2013.

Le travail de Delon Madavan associe dans une même étude Asie du Sud-Est et du Sud. Cette démarche, trop rare dans l’univers cloisonné des études aréales, est particulièrement pertinente, s’agissant des minorités tamoules établies sur le pourtour du golfe du Bengale, aire de circulation « connectée » bien avant l’impact colonial britannique. La propension spécifique des populations tamoules à émigrer concerne un large spectre sociologique, allant des travailleurs manuels (les coolies) aux marchands et gens de mer, aux artisans, et plus récemment aux professionnels du secteur tertiaire maîtrisant la langue anglaise et les outils informatiques. Delon Madavan analyse parfaitement la complexité de ces populations, et pose d’emblée la question de la création et des limites d’une identité tamoule transcendant cette hétérogénéité. Il conclut à juste titre que « la communauté tamoule est avant tout une agrégation d’expériences individuelles »
Parmi les concepts utilisés, ceux d’appartenance ethnique et de diaspora retiennent l’attention. Delon Madavan, dans le premier chapitre puis dans la dernière partie de sa thèse, montre comment le sentiment d’appartenance se fonde sur l’usage et la célébration de la langue tamoule, sur la large diffusion d’un imaginaire commun par la production cinématographique de ‘Kollywood’, et plus récemment sur le culte de l’héroïsme et sur le rêve d’un État national développés par les militants séparatistes sri lankais. Il évoque aussi la place tenue par les stratégies d’alliance qui maintiennent la cohésion par des mariages croisés (sans toutefois surmonter les segmentations internes de caste en dépit des efforts des militants de la cause tamoule). Le terme de diaspora, tel qu’il est défini comme « applicable à toute communauté post-migratoire caractérisée par une dispersion dans plusieurs pays à partir d’un foyer d’origine », est utilisé à bon escient ; il gagnerait à être mis au pluriel, pour prendre en compte l’importance de la segmentation des communautés tamoules ; à cet égard, la diaspora issue de la ville de Jaffna, qui fonctionne en réseau de Colombo à Kuala Lumpur, Singapour, Londres, Toronto ou Paris, répond mieux à cette définition que les communautés de travailleurs tamouls des plantations de Sri Lanka et de Malaisie, qui ont pourtant des origines communes et des destins parallèles, mais n’ont pas conservé de liens.
L’étude est menée dans une perspective géographique, son objet étant d’analyser l’inscription dans l’espace urbain du fait ethnique. Les terrains choisis sont les quartiers tamouls de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour, cités qui ont en commun d’être des créations coloniales mais que distinguent leur composition ethnique et leur évolution politique depuis les indépendances. La méthode comparative est utilisée par Delon Madavan comme un procédé heuristique qui permet de prendre du recul pour mieux comprendre les situations particulières. Le plan qui juxtapose et combine dans des grandes parties thématiques le cas des trois cités permet de mener une véritable comparaison .
En ce qui concerne la ville de Colombo, le travail est totalement novateur, en dépit des difficultés considérables inhérentes à toute recherche sur Sri Lanka, et plus particulièrement sur les Tamouls sri lankais, dans un contexte politique marqué par la guerre opposant le gouvernement aux militants séparatistes des LTTE (Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul). Le choix de ne pas traiter de la période postérieure à la défaite militaire des séparatistes (mai 2009) est amplement justifié par l’exigence de sérieux qui distingue le temps du chercheur de celui du publiciste. Il n’existait jusqu’à cette thèse aucune étude sur les minorités tamoules de Colombo, ni même d’étude géographique ou sociologique de qualité scientifique concernant cette cité, sur laquelle l’auteur aurait pu s’appuyer, et les données statistiques au niveau local étaient difficiles d’accès. En outre, le climat de violence urbaine généralisée interdisait à Delon Madavan de mener une enquête ‘au fil des rues’ comme dans les autres capitales, d’autant que ses origines tamoules le rendaient potentiellement suspect aux yeux des autorités en dépit de sa nationalité française, et que sa posture de chercheur ne le mettait pas à l’abri des pressions des militants. L’auteur explicite les moyens qu’il a employés pour surmonter ces obstacles, et la thèse prouve à l’évidence qu’il est parvenu à relever le défi.
Les analyses qu’il propose, illustrées par une cartographie abondante et inédite d’excellente facture, donnent une image précise de ces communautés. Elle révèlent l’existence de deux espaces tamouls géographiquement et sociologiquement séparés, l’un au nord de la capitale (Kotahena) et l’autre au sud (Wellawatte, Dehiwela) ; et la genèse en deux temps de ces quartiers, d’abord à la période coloniale, Kotahena, situé à proximité du port, ayant accueilli les commerçants et les manœuvres indiens, et Wellawatte les fonctionnaires et membres des professons libérales anglophones venus de Jaffna ; puis à partir des années 1970, Kotahena servant de refuge aux ouvriers des plantations chassés par la politique de nationalisation (comme en Malaisie), et Wellawatte de refuge aux Jaffnais chassés du nord de l’île par le conflit. Il en résulte ce qu’on pourrait qualifier de paradoxe de Colombo : « malgré la guerre, Colombo devient [ou plutôt reste] le principal centre de convergence des flux migratoires qui transforment la géographie de la population dans la ville (…) La part des Tamouls y augmente considérablement alors que celle des Cingalais ne cesse de diminuer » – ce qui contribue à la tamoulophobie de la communauté majoritaire. Les interviews menées par l’auteur, dont des extraits bien choisis soutiennent la thèse, montrent que cette nouvelle migration est perçue comme temporaire (« ils sont à Colombo mais pas de Colombo »), que l’espace n’est pas approprié, que « le logement est perçu comme une adresse », et que l’arrivée des nouveaux migrants ne réinjecte pas de particularisme culturel.
Cette situation, qui distingue Colombo des deux autres cités étudiées, est sous-tendue par la politique discriminatoire du gouvernement sri lankais à l’égard des minorités tamoules. Les développements que l’auteur consacre à ce sujet témoignent d’une remarquable exigence d’objectivité scientifique et d’un détachement de tout discours victimaire, sans s’abstraire d’une empathie pour le destin tragique de ces communautés.
Les qualités de chercheur de Delon Madavan, son dynamisme et sa détermination, sont mises en évidence par cette étude, mais aussi par ses travaux antérieurs sur Jaffna, par l’organisation d’un colloque international sur les communautés tamoules et le conflit sri lankais en Sorbonne en février 2010, et par l’animation du présent carnet de recherche sur Sri Lanka et ses diasporas depuis mai 2012.
La nouveauté et la justesse des analyses, la qualité de l’écriture, de la cartographie et des illustrations, font de cette thèse une production scientifique de grande valeur qui mérite une large diffusion.

Eric Meyer, membre du jury de thèse, Professeur émérite, INALCO

PS: Cliquer pour lire le résumé de la thèse


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *