HISTOIRE: Vie et mort du Premier ministre cinghalais Ehelepola à Maurice/Gona Soopramanien (Le Mauricien.com)

Au début du 19 ème siècle, un Premier ministre cinghalais (du Ceylan devenu par la suite Sri-Lanka) avec succès, collabora avec les colonisateurs anglais et aida à détrôner son propre roi. Comme récompense, les Britanniques… l’emprisonna et l’envoya en exil à Maurice. Il ne devait jamais retourner dans son pays natal et mourut à Maurice, à Pamplemousses, de dysenterie.

Ce Premier ministre, dénommé Ehelepola, fut accusé dans son pays d’avoir comploté… contre l’empire britannique. Le 3 mars 1818, Ehelepola fut arrêté avec plusieurs chefs cinghalais et emprisonné à Colombo jusqu’à 1825 avant d’être tous transférés à Maurice. Selon Lady Bartham, qui l’avait connu à Maurice, Ehelepola, était “un être gentil et simple, de teint cuivré, n’avait absolument pas la physionomie de quelqu’un qui pouvait comploter en vue de provoquer des troubles politiques”. Lady Bartham le décrivit comme une personne inoffensive et aimant les enfants. Il était, en fait, un prisonnier très spécial, Il était libre de ses mouvements et résidait au Moulin-à-Poudre, aux Pamplemousses, dans un magnifique cottage où il jouissait d’une vie de prince.
Ehelepola naquit en 1773 dans le royaume de Kandy, une monarchie indépendante et importante du Sri-Lanka située dans la partie centrale et orientale de l’île. Au début du 19ème siècle, le roi tyrannique Sri Vikrama Rajasinha, qui régnait sur ce territoire, avait droit de vie et de mort sur ses sujets. D’une cruauté sans pareille, ce roi n’était que trop conscient que ses propres sujets pouvaient à n’importe quel moment le renverser. Et pour se protéger, il eut soin de s’entourer de mercenaires malais et telegous.
Sporadiquement Sri Vikrama Rajasinha combattait les Anglais. En 1811, il nomma Ehelepola “Premier Adigar”, l’équivalent d’un Premier ministre. Cette nomination déplut énormément au second “Adigar”, du nom de Molligoda. Ce dernier fit tout pour obtenir la chute de notre “prince”, qui alors gouvernait le district de Sabarangamuwa, de la province de Kandy.
Des allégations de malversations dans l’administration parvinrent aux oreilles du roi. Certains historiens cinghalais affirment que c’est Molligoda, jaloux d’Ehelepola, qui manoevra contre ce dernier, l’accusant de dilapider les fonds publics. Le roi somma Ehelepola de se présenter devant lui à Kandy, la capitale, pour donner sa version des faits. Craignant de tomber dans un piège, le Premier ministre envoya à sa place… sa femme, ses deux fils et sa propre sœur pour plaider sa cause croyant pouvoir par ainsi apaiser la colère royale. Le roi en fut rendu furieux et avec la barbarie dont il était capable, le cruel Rajasinha fit décapiter les deux enfants devant les deux femmes. Ensuite, il ordonna à la mère de broyer les têtes des deux enfants dans un mortier. Pour s’y prendre, il fit attacher les mains de la femme au pilon, et un homme prenant chaque main fit le mouvement de haut et en bas, jusqu’à la fin de cette horrible besogne. Puis le roi sanguinaire fit noyer les deux malheureuses.
Cette atrocité bouleversa la population, qui se souleva contre le roi. Le 14 février 1815, Ehelepola aida les Anglais à en finir avec le roi Rajasinha, Capturé, celui-ci ainsi que tous les dignitaires de sa dynastie furent exilés au fort Vellore, dans le sud de l’Inde. Ehelepola croyait fermement, lui, que les colonisateurs allaient le placer sur le trône vacant. C’était très mal connaître la perfidie british, dont les premiers collabos sont toujours les premiers à souffrir !

Récompensé par la prison et l’exil !

Le 2 mars de la même année, le Ceylan et la Grande-Bretagne signèrent la convention de Kandyen. Selon le document, l’empire britannique ne pouvait avoir qu’un seul roi. Et c’est ainsi que, par la force et par cupidité, George III d’Angleterre succéda au dernier roi kandyen. Trois ans plus tard, presque jour pour jour, les autorités anglaises retournèrent leurs canons contre Ehelepola. Arrêté – avec plusieurs chefs locaux -, il fut emprisonné à Colombo jusqu’à 1825 et ils furent tous envoyés à Maurice ensuite. De toute la bande, seul Ehelepola était libre de se déplacer à son gré.
Lady Bartham, de qui on tient le témoignage historique de l’aventure d’Ehelepola dans notre île, à elle-même vécu six années à Maurice. Elle raconte donc que l’ancien Premier Adigar jouissait d’une vie agréable. L’officier britannique, le chef-surintendant des Kandyens, faisait de son mieux pour rendre plus heureuse la vie de ce vieux chef en exil. La fin tragique de sa famille avait suscité beaucoup de respect et de sympathie à Ehelepola de la part des Européens. A Maurice, il devint l’ami de beaucoup de familles anglaises et françaises. Selon Mrs Bartham, “il était reconnaissable à la ronde avec son chapeau plat couvert de mousseline blanche parfois orné d’or. Ses cheveux blanc s’enroulaient à l’arrière du cou donnant l’impression d’une boule de neige. Il portait la plupart du temps des habits en mousseline blanche. Au cou, il portait un collier fait de gros morceaux d’or de la taille d’un petit oeuf. Sa bague, en or, était sertie d’une grosse émeraude”.

Les dernières volontés du “Prince”
Ehelepola fut connu à Maurice sous le sobriquet du “Prince”. Comme il ne parlait pas anglais, le gouvernement colonial lui avait procuré un interprète en la personne d’un jeune homme dénommé Don Sebastien. Ce dernier “portait un veston style britannique en soie verte ou bleue, orné de dentelles d’or. A la hanche, il s’enveloppait d’un châle jusqu’aux genoux complété par des bas et des souliers à l’anglaise. Avec ses longs cheveux retenus par un peigne qui lui donnaient un visage efféminé, Don Sebastien, quand il se promenait en ville, se faisait taquiner par les Noirs qui le surnommèrent : “mi-homme mi-femme”, lit-on dans l’ouvrage de Mrs Bartham.
Les familles anglaises de la colonie invitèrent souvent chez eux le vieux “prince aristocrate”. En retour, ce dernier les recevait chez lui “in the English style” sous la supervision de Don Sebastian.
L’ancien Premier Adigar de Kandy mourut à sa résidence de Moulin-à-Poudre, le 4 avril 1829, à 57 ans, un âge considéré avancé à l’époque. Souffrant de dysenterie, le médecin anglais Barry ne put rien faire pour le sauver. Le lendemain, selon les rites cinghalais, il fut incinéré dans le village de St.André. Il eut, néanmoins, le temps d’exprimer ses dernières volontés. D’abord que toutes les dépenses encourues pour ses funérailles fussent déduites de ses fonds. Il légua, ensuite, tout ses biens (terres, argent et bijoux) à ses serviteurs, une partie à Don Sebastian, une autre aux deux chefs kandyens qui étaient restés à son chevet et sa bague au Dr Barry.
Un monument commémoratif de son passage à Maurice fut érigé au Jardin national de Pamplemousses (aujourd’hui SSR National Garden). Son pays natal, le Ceylan, n’aura un autre Premier ministre que… 115 ans plus tard, après son indépendance en 1948. Ce fut le docteur Juluis Bandaranaiké, un militant dont la politique anti-coloniale ne fit pas non plus très plaisir aux Anglais. Mais, ça c’est une autre histoire…

Gona Soopramanien

Source utilisée : “Six years in Mauritius”, par Lady Bartham

Référence: http://www.lemauricien.com/article/histoire-vie-et-mort-du-premier-ministre-cinghalais-ehelepola-maurice


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.