Rapport parlementaire sur les attaques de Pâques 2019

Le Parlement de Sri Lanka vient de faire paraître son rapport sur les responsabilités des services de sécurité sri-lankais dans les attentats de Pâques. Ce rapport confirme ce qui était suggéré dès après les attentats, à savoir la non-transmission à la police par les services secrets sri-lankais des informations fournies par les services secrets indiens d’une attaque imminente contre des églises et des hôtels, et la rétention par ces mêmes services d’informations concernant le groupe extrémiste musulman à l’origine des attentats.
Le rapport suggère que « de nouvelles investigations seront nécessaires pour comprendre si des personnes ayant des intérêts personnels n’ont pas agi consciemment de sorte à créer le chaos et l’incertitude dans le pays dans la perspective des élections présidentielles devant se dérouler plus tard dans l’année ». Sans le dire explicitement, l’allusion vise Gotabhaya Rajapakse, dont les liens avec les services secrets de l’armée sont bien connus, et dont l’appui constant aux organisations bouddhistes anti-musulmanes a contribué à attiser la violence en retour des extrémistes musulmans. La parution de ce rapport à quelques jours des élections n’est évidemment pas fortuite, et son contenu soulève suffisamment de questions pour qu’il soit versé au dossier

Easter-Sunday-attacka-PSC-report-en


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.