« Showdown in Sri Lanka: PM’s sacking sparks constitutional crisis » France 24 Debate

Regional players China and India are keeping close tabs on the Sri Lankan president’s decision to sack Prime Minister Ranil Wickremesinghe and replace him with the country’s longtime strongman, Mahinda Rajapaksa. But Sri Lanka continues to have duelling prime ministers. We look into the cause and the legality of the recall, a test for the nation’s democracy. It was on Rajapaksa’s watch that a civil war ended with the crushing of Tamil Tiger rebels. Could the turmoil in Colombo reopen wounds?

Guest

Mohan WIJEWICKRAMA

Former Governor of the Eastern Province

Bharath GOPALASWAMY

Director of the Atlantic Council’s South Asia Center

Delon MADAVAN

Research Associate, Centre for Studies on India and South Asia

Alan KEENAN

Sri Lanka Project Director, Crisis Group

https://www.france24.com/en/20181102-debate-sri-lanka-constitutional-crisis-india-china-rival-prime-ministers-test-democracy?fbclid=IwAR2p9ORonEMmPe-b0r-dzpsFnduatK-I5w5aRltFbP-LEZ36ImDU4Ty81RM

Online Museum of Memory and Coexistence

The International Centre for Ethnic Studies is pleased to launch its online Museum of Memory and Coexistence.  The museum will seek to celebrate diversity, coexistence, resilience and solidarity, while archiving social exclusion, loss, and personal trauma. 

​​It​ is part of a larger ICES initiative to explore the use of arts, and physical and digital spaces, to facilitate social healing, archive narratives of the past, and build creative spaces for talking about a shared future and non-recurrence.

« Témoin des violences civiles survenues à Colombo à la fin du mois de juillet 1983 » par Vincent Faugère

Ces photos ont été prises à Colombo à la fin du mois de juillet 1983, dans le secteur de la gare ferroviaire. A cette époque, je voyageais, avec mon père, à Sri Lanka et dans le sud de l’Inde. J’avais 15 ans. Nous étions arrivés dans l’île le 2 juillet, par avion, en provenance de Paris. Au début de ce même mois, nous étions à Weligama quand nous avons été victimes du vol de nos papiers. Nous avons ainsi dû revenir à Colombo, et ce à plusieurs reprises, pour des raisons administratives.
Un journal de bord, tenu durant ce voyage, me permet de retracer en toute petite partie les événements dont nous avons été témoins pendant ces quelques jours. La situation était confuse et il ne m’en reste que de lointains souvenirs. Une chose est sûre : la ville était en proie à des violences. Un couvre-feu était décrété. Des Tamouls étaient tués et des trains bondés fuyaient la capitale.
Lundi 25 juillet. Nous arrivons en train dans la gare de Colombo-Fort envahie par la foule. Dehors, des incendies toujours en cours témoignent des violences commises à l’encontre des Tamouls. Tous les commerces sont fermés. Un couvre-feu est décrété et nous sommes contraints de rester et de dormir dans la gare, ce que nous ferons également les jours suivants.
Mardi 26 juillet. Toute la ville est déserte et silencieuse. On peut voir des échoppes et des bâtiments mis à sac, détruits, brûlés.
Mercredi 27 juillet. La vie reprend partiellement. Des queues se forment devant les quelques magasins ouverts. Il est très difficile de trouver de quoi se nourrir. Vers 15 heures, toutes les boutiques ferment et les rues se vident de nouveau. De même, la gare est presque déserte.
Jeudi 28 juillet. Dans la matinée, la gare est envahie par la foule. Aux alentours de 10 heures, sept Tamouls sont tués à coup de pierre par des civils et leurs corps sont mis à feu devant des milliers de spectateurs impassibles. L’Armée et la Marine interviennent et font évacuer la gare. Vers 15 heures, nous sommes interpellés par la police, ainsi qu’un groupe de touristes de six nationalités qui a, comme nous, trouvé refuge dans la gare. Les forces de l’ordre nous réclament les pellicules de nos appareils photos. Face à notre refus, nous sommes emmenés au poste de police. Nous réussissons à dissimuler une partie de nos pellicules. Nous sommes finalement transportés en camion, avec  quatre personnes tamoules, dans un camp de réfugiés. On nous sert un repas et nous repartons aussitôt. Nous roulons dans la ville déserte. Les quatre Tamouls sont déposés, pour la nuit, dans un collège catholique. Quant à nous, nous sommes conduits jusqu’à une auberge de jeunesse, dans le quartier de Bambalapitiya.
Vendredi 29 juillet. Nous sommes de retour à la gare de Colombo-Fort vers 7 heures. Dans la matinée, on assiste à d’importants mouvements de foule. Les gens courent dans les rues et fuient un danger qui reste invisible. On entend des coups de feu au loin. Des soldats et des policiers patrouillent devant la gare. Il se dit qu’un commando tamoul prépare une attaque. Mais aucun assaut n’a lieu. Nous quittons Colombo en train ce jour-là, en direction de Negombo.
Voilà ce que je peux dire aujourd’hui de ces quelques jours passés à Colombo lors de ce Juillet Noir. Nous avons poursuivi notre voyage dans l’île jusqu’à la fin du mois d’août, sans incident grave, en essayant d’éviter les zones de tension. A plusieurs reprises cependant, nous avons été arrêtés par des militaires et des policiers qui braquaient leurs armes sur nous. Dans les villes, le couvre-feu était souvent de rigueur. Durant ce séjour, nous nous sommes également rendus dans le Tamil Nadu indien, en avion depuis Colombo, les liaisons par mer depuis Talaimannar étant coupées.
Vincent Faugère
Copyright pour toutes les photographies : Vincent Faugère

« unpublished photographs taken by a French tourist during the anti-Tamil pogrom of 1983 » by Vincent Faugère

We warmly thank Vincent Faugère for allowing us to upload unpublished photographs he took during the anti-Tamil pogrom of 1983. Vincent Faugère came with his father to visit Sri Lanka in July 1983. He was then 15 years old. It happened that Vincent and his father were in Colombo when Tamil people were killed and chased from the town.

The photographs Vincent shares here were shot between july 26th and 29th, 1983, around Colombo railways station. He knows that from the travel notebook he had been writing  at this time.
Copyright for all photographs : Vincent Faugère

Projection/débat autour du court-métrage « Unlock », dimanche 6 mai à 18h, Grand Rex

Le court-métrage « Unlock », réalisé par Nirmalan Nadarajah, qui sera projeté au Grand Rex ce dimanche 6 mai à 18h en présence du réalisateur et du comédien Shobasakthi.
Pour information, vous trouverez ci-joints une affiche, une bande-annonce et un lien vers la page du film

« Sri Lankan corporals arrested on Sri Lankan corporals arrested on anti-Muslim riot charges Reuters charges » by Reuters

Sri Lankan police have arrested two army corporals for their suspected involvement in anti-Muslim riots in the central highlands district of Kandy last month, police said on Tuesday.

via: https://www.reuters.com/article/us-sri-lanka-clashes-arrests/sri-lankan-corporals-arrested-on-anti-muslim-riot-charges-idUSKBN1HH1SB

« Weaponising 280 characters: What 200,000 tweets and 4,000 bots tell us about state of Twitter in Sri Lanka » by Sanjana Hattotuwa, Yudhanjaya Wijeratne and Raymond Serrato

The Centre for Policy Alternatives (CPA) has released a report on social media, « Weaponising 280 characters: What 200,000 tweets and 4,000 bots tell us about state of Twitter in Sri Lanka ». The report is available for immediate download here.
The report is a collaboration between Sanjana Hattotuwa, a Senior Researcher at CPA and the head of the Civic Media Team and two leading data scientists – Yudhanjaya Wijeratne, based in Sri Lanka and Raymond Serrato, based in Germany. It is a response to an unprecedented social media phenomenon in Sri Lanka, with disturbing as well as potentially deeply disruptive implications for the health of the country’s democratic dialogue and electoral processes.
The recent violence in Kandy brought social media under renewed scrutiny for its role, reach and relevance in contributing to the production and spread of violent, hateful content. Starting late March, weeks after the cessation of the violent attacks, Twitter users began noticing a tsunami of accounts with no bios, no tweets and the default profile picture following them. Several fake Twitter accounts were identified to be promoting false or misleading content during the violence in Kandy. This, coupled with the heightened production of suspicious Twitter accounts raised red flags amongst Twitter users.
Given the scale and scope of the infestation, CPA’s English language civic media platform Groundviews, for the first time in the Sri Lankan Twittersphere, took the step of making public its block list, which other users could import. Even this measure though was not enough to address the high frequency with which new, fake accounts were being created, attaching themselves to prominent Twitter users in Sri Lanka. A preliminary analysis of 1,262 accounts, a subset of the larger dataset used for this report, indicated that the majority of suspicious accounts following Twitter users were bots.
A visualisation of the number of accounts targeted by the bots revealed that leading diplomats, Ambassadors based in Sri Lanka, the official accounts of diplomatic missions, leading local politicians, the former President of the Maldives, media institutions, civil society organisations and initiatives, leading journalists, cricketers and other individuals were amongst those who had large numbers of bot followers.
Considering bots are now a permanent feature of Sri Lanka’s Twitter landscape and will likely grow in scope and scale leading up to elections or a referendum, it is important to ask how to address the issue at scale, given the number of citizens – directly connected as well as influenced by those connected – involved.
Even with its limited scope and data, this report is a clear snapshot of the political landscape we now inhabit, and projects in the future real dangers that result from just the visible investments made around key social media platforms, which are today the key information and news vectors for a demographic between 18-34.
This report by CPA follows the path-breaking data driven study into the bots and trolls associated with a prominent politician in Sri Lanka, published in January 2018, which was also a collaborative research exercise with Yudhanjaya Wijeratne. Download Namal Rajapaksa, bots and trolls: New contours of digital propaganda and online discourse in Sri Lanka here.
For further information and media inquiries, please contact Sanjana Hattotuwa on sanjanah@cpalanka.org.
Source:The Centre for Policy Alternatives (CPA)

« Sri Lanka’s Special Task Force » report by International Truth and Justice Project

International Truth and Justice Project released in April 2018 a report on Sri Lanka’s Special Task Force.

The report can be download here

Please find below the presentation of the report by International Truth and Justice Project team

« This report on the Special Task Force (STF) is based primarily on the testimony of Sinhalese insiders who worked for the unit in the past and former Tamil paramilitaries.  

“This work in the white vanning unit had been like being a horror film. This lifestyle had become part of my normal life. We were surrounded by violence, corruption, fear, anger and hatred. Life was very cheap.”

In the East of Sri Lanka, witnesses describe some STF officers ordering summary executions of prisoners, conducting false flag operations and condoning sexual violations.

The report makes the case that the STF should not be deployed as UN peacekeepers without stringent vetting and screening. The ITJP has prepared a confidential list of more than fifty STF officers whom it believes should be barred from serving in UN peacekeeping missions.

This report on the Special Task Force (STF) is based primarily on the testimony of Sinhalese insiders who worked for the unit in the past and former Tamil paramilitaries.  

“This work in the white vanning unit had been like being a horror film. This lifestyle had become part of my normal life. We were surrounded by violence, corruption, fear, anger and hatred. Life was very cheap.”

In the East of Sri Lanka, witnesses describe some STF officers ordering summary executions of prisoners, conducting false flag operations and condoning sexual violations.

The report makes the case that the STF should not be deployed as UN peacekeepers without stringent vetting and screening. The ITJP has prepared a confidential list of more than fifty STF officers whom it believes should be barred from serving in UN peacekeeping missions.

This report on the Special Task Force (STF) is based primarily on the testimony of Sinhalese insiders who worked for the unit in the past and former Tamil paramilitaries.  

“This work in the white vanning unit had been like being a horror film. This lifestyle had become part of my normal life. We were surrounded by violence, corruption, fear, anger and hatred. Life was very cheap.”

In the East of Sri Lanka, witnesses describe some STF officers ordering summary executions of prisoners, conducting false flag operations and condoning sexual violations.

The report makes the case that the STF should not be deployed as UN peacekeepers without stringent vetting and screening. The ITJP has prepared a confidential list of more than fifty STF officers whom it believes should be barred from serving in UN peacekeeping missions. »

சாட்சியங்களை சேகரித்தல்

விசேட அதிரடிப்படை

விசேட அதிரடிப்படை பற்றிய இந்த அறிக்கையானது கடந்த காலத்தில் இந்த அணியில் பணியாற்றிய உள்ளக சிங்களவர்களின் சாட்சியங்களையும் முன்னாள் தமிழ் ஒட்டுக்குழுவினர்களின் சாட்சியங்களையும் அடிப்படையாக கொண்டது.

‘வெள்ளைவான் கடத்தல் அணியின் வேலையானது ஒரு பயங்கரமான படம் போல இருந்தது. இது சாதாரண வாழ்க்கைமுறைபோல் மாறியிருந்தது. வன்முறை, ஊழல், பயம், கோபம் மற்றும் வெறுப்பு என்பன எங்களைச் சூழவும் இருந்தது. உயிர் என்பது மிகவும் மலிவானதாக இருந்தது.’

இலங்கையின் கிழக்கில் தடுத்து வைக்கப்பட்டுள்ளவர்களை கண்மூடித்தனமாக கொல்லுதல், மறைமுகக் கொலைகள் மற்றும் பாலியல் வன்முறைகளை அனுமதித்தல் போன்ற நடவடிக்கைகள் இடம்பெறுவதற்கான கட்டளைகளை சில விசேட அதிரடிப்படை அதிகாரிகளே  மேற்கொள்வதாக சாட்சியாளர்கள் தெரிவிக்கின்றனர்.

விசேட அதிரடிப்படையினர் ஐநாவின் இறுக்கமாக மீளாய்வு மற்றும் சோதனை இல்லாமல் அமைதிகாக்கும் படையினராக ஈடுபடுத்தக்கூடாது என்பதை இந்த அறிக்கை சுட்டிக்காட்டுகின்றது. ITJP ஆனது ஐநா அமைதிகாக்கும் நடவடிக்கைகளில் பணியாற்றுவதில் இருந்து தடைசெய்யப்படவேண்டும் என நம்பப்பபடும் 50 மேற்பட்ட விசேட அதிரடிப்படையினரினரின் பெயர்களைக் கொண்ட இலகசிய பட்டியல் ஒன்றைத் தயாரித்துள்ளது.

 

සාක්ෂි ගොනු කිරීම

පොලිස් විශේෂ කාර්ය සාධක බලකාය

පොලිස් විශේෂ කාර්ය සාධක බලකාය (STF) ගැන මේ වාර්තාව ප්‍රධාන වශයෙන් පදනම් වී ඇත්තේ එම ඒකකයේ අතීතයේ සේවය කළ සිංහලයන් සහ හිටපු දෙමළ අතුරු සන්නද්ධ කල්ලි සාමාජිකයන් ගේ සාක්ෂි වාචක පදනම් කරගෙනය.

සුදු වෑන් කණ්ඩායමේ වැඩ හරියට ත්‍රාසජනක චිත්‍රපටියක වගේ. ඒ ජීවන රටාව මගේ සාමාන්‍ය ජීවිතය බවට පත්වෙලා තිබුනා. අපි වටේම තිබුනේ ප්‍රචණ්ඩ ක්‍රියා, දූෂණ වංචා,බය, තරහ සහ වෛරය. ජීවිතය හරිම සිල්ලර දෙයක් වෙලා තිබුනා.”

නැගෙනහිර ශ්‍රී ලංකාවේ දී  ඇතැම් STF නිලධාරීන් නඩු නොඅසා සිරකරුවන් ඝාතනය කිරීමට අණදීමත්, වෙනත් කණ්ඩායමකට වරද පැටවෙන සේ ප්‍රහාර දියත් කිරීමත්, ලිංගික ප්‍රචණ්ඩතා සඳහා අනුබල දීමත් සිදුකළ ආකාරය සාක්ෂිකරුවන් විසින් විස්තර කර තිබේ.

දැඩි පූර්ව පරීක්ෂාවකට හා නිශ්කාෂණයට යටත් නොකොට පොලිස් විශේෂ කාර්ය සාධක බලකාය එක්සත් ජාතීන්ගේ සාමසාධක කටයුතු සඳහා නොයැවීම සඳහා මෙම වාර්තාව කරුණු දක්වයි. එක්සත් ජාතීන්ගේ සාමසාධක රාජකාරි වල යෙදීම තහනම් කළ යුතුයැයි තමන් විශ්වාස කරන පනස් දෙනකුට වැඩි  STF නිලධාරීන් පිරිසකගේ රහස්‍ය නාම ලේඛනයක් ITJP විසින් සම්පාදනය කොට තිබේ.

source: http://www.itjpsl.com/reports/special-task-force#english

« India on Film: 1899-1947 » by British Film Institute.

Voici une extraordinaire collection de courts métrages ayant l’Inde pour thème, produits entre 1899 et 1947 par le British Film Institute.
Leurs durées vont de quelques secondes à quelques minutes. La plupart sont en noir et blanc et muets ; quelques-uns ont été colorisés.

Lien pour accéder aux vidéo: https://www.youtube.com/playlist?list=PLXvkgGofjDzi-fROZSBN3p-CKeaZIc-Ue

« Stories of Resilience: that aims to document and share stories of strength, courage and resilience of Tamil communities before, during and after the armed conflict » by  Adayaalam Centre for Policy Research (ACPR)

‘Stories of Resilience’ is a project by the Adayaalam Centre for Policy Research (ACPR) that aims to document and share stories of strength, courage and resilience of Tamil communities before, during and after the armed conflict. ACPR intends to preserve these stories for current and future generations of Tamils in Sri Lanka and the Diaspora as part of a broader conversation about Mullivaikkaal
This project aims to contribute to efforts around the world to document and share stories of Tamil survival, by documenting stories of those who still live in Sri Lanka and continue to persevere.

This project currently features two series’ of stories:
  • « Stories of Mullivaikkaal »: This series presents alternative narratives from survivors of Mullivaikkaal which does not narrow their lived experiences to helpless victimhood but rather promotes and accepts their agency. We hope that this series will raise awareness about the struggle and resilience of the survivors of the last phase of the war and broaden the conversation about assisting those who suffered mass atrocities during the end of the war.
  • « Stories of Vaharai« : This series presents a variety of narratives from Tamil individuals who have survived the war in and around the Vaharai region in the East. We hope that this series draws attention to the often overlooked ongoing plight faced by Tamil communities in the East, and the significant trauma they have experienced.
If you would like to be notified when new content is added to the website,
you can directly on ‘Stories of Resilience »s website.

Nine stories are alrealdy available there.

Source: http://storiesofresilience.com/

« Demons in Paradise : thèmes et controverses autour d’un travail de mémoire » par Eric Meyer

Le beau film de Jude Ratnam, actuellement en salle à Paris (à l’Espace Saint Michel), propose au spectateur, à travers une vision personnelle de la montée du militantisme séparatiste tamoul et des violences intestines qui ont opposé ses différentes composantes, une réflexion sur la mémoire d’une communauté confrontée à la tragique défaite des Tigres en 2009.

Les premières images du film, tirées d’actualités de la période coloniale, invitent à un retour en arrière historique. Sri Lanka, l’ancienne Ceylan, a été profondément transformée par un système colonial fondé :
– sur une conquête de l’espace matérialisée par un réseau de transports (le train, omniprésent dans le film) qui a connecté des régions jusque alors séparées, en particulier la ville tamoule de Jaffna, où se déroule une partie du film, avec le sud peuplé en majorité de Cingalais, la capitale coloniale Colombo, et l’ancienne capitale royale Kandy ;
– sur une prise de contrôle de l’économie par une agriculture de grandes plantations surimposée à l’agriculture paysanne cingalaise (une partie du film montre Kandy et les régions qui l’entourent, où se situent les grandes plantations de thé fondées sur le travail servile des coolies tamouls) ;
– et sur une domination culturelle et politique par l’imposition de l’anglais, langue du colonisateur, devenue en même temps un instrument de communication entre des groupes locuteurs de deux langues très distinctes, le cingalais parlé par 75% de la population, et le tamoul par 25%.

Ce qui conduit à la matière de la première partie du film, la discrimination dont ont été victimes après l’indépendance (1948) les minorités de langue tamoule (hindouistes, chrétiennes, musulmanes), majoritaires dans le nord-est de l’île, mais minoritaires dans le centre et le sud, confrontées à l’affirmation de l’identité majoritaire des Cingalais bouddhistes. Elle s’est traduite par l’abandon de la langue anglaise au profit du seul cingalais comme langue officielle en 1956, et par une succession de violences, en 1958, 1977 et 1983. Le film donne à entendre et à voir ces marqueurs identitaires que sont les langues, mais aussi les vêtements et les signes corporels. L’usage différentiel de ces trois langues, anglais, tamoul, et cingalais, selon le registre émotionnel ou discursif, et selon les interlocuteurs, y est d’une grande subtilité et authenticité. Les stratégies d’effacement (celui du pottu), ou de travestissement linguistique ou vestimentaire que devaient adopter pour leur survie les victimes de persécutions sont un thème récurrent du film.

La rupture du lien symbolique et pratique entre Cingalais et Tamouls qu’était la langue anglaise a correspondu à la rupture du lien matériel constitué par la ligne de chemin de fer reliant Colombo à Jaffna : ce train qui avait permis l’exode du narrateur enfant fuyant le pogrom de Colombo en 1983, et dont les images de wagons rouillés, envahis par la végétation, de gares dévastées, et de rails coupés, envahissent l’écran. Rupture dans l’espace, mais aussi dans le temps : le travail de mémoire de l’enfant devenu adulte et père à son tour passe par la reconstitution de ces fragments d’un passé où l’exode en train vers Jaffna occupe une place obsédante.

Mais cette mémoire personnelle s’inscrit dans une mémoire collective qui rend compte de l’adhésion de la population tamoule au projet indépendantiste de l’Eelam Tamoul. Comme le montre le film, ce sont les violences dont ont été victimes les Tamouls de Colombo et de Kandy qui l’ont rendue irrésistible. Le film convoque la puissance de l’image en mettant en scène le témoignage de l’auteur de la photographie devenue célèbre d’un homme nu martyrisé à Colombo en juillet 1983 par une bande hilare : l’interrogation sur la banalité du mal qui s’amorce ici va se poursuivre dans la seconde partie du film dans un autre contexte.

La montée du militantisme des Tamouls du nord en réponse à la violence de 1983 est le fait d’une multitude de groupes, pour la plupart basés dans la péninsule de Jaffna, qui s’arment pour protéger leur communauté. Ils se différencient par leur origine sociale (de classe ou de caste) et par leur stratégie plus que par leur idéologie : très vite ils luttent entre eux pour la suprématie du mouvement de libération, tandis que les services secrets de l’Union Indienne appuient et cherchent à manipuler certains groupes, avant d’intervenir directement en 1987 avec l’envoi d’un corps expéditionnaire. Les ‘Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul’, qui privilégiaient l’action violente immédiate et excluaient tout accord avec l’Inde, s’imposent par la force face aux autres groupes (TELO, PLOTE etc) qu’ils éliminent physiquement ou absorbent. Ils mènent d’abord une lutte victorieuse contre l’armée et la police du gouvernement de Colombo, et contre le corps expéditionnaire indien. Ils prennent en 1990 le contrôle de Jaffna et y font régner leur loi : ils cherchent à rendre irréversible la séparation des deux parties du pays, et à empêcher hommes et femmes en âge de combattre de quitter le nord : un épisode du film montre symboliquement comment ils contraignent les candidats à la fuite à scier les rails de la ligne.

L’exode des jeunes Tamouls hors de Sri Lanka, qui avait commencé en 1983 pour fuir la répression du gouvernement et des groupes extrémistes cingalais, se double alors de l’exode de ceux qui fuient la conscription forcée des Tigres : tout ceci nourrit une diaspora tamoule qui aujourd’hui constitue, en Europe et en Amérique du Nord, une communauté transnationale aussi nombreuse que celle qui est restée à Jaffna ; le film montre comment ces deux communautés communiquent – notamment par Skype – mais aussi comment s’amorce un travail de mémoire, après trente ans de violence.

C’est alors que s’impose dans la seconde partie la figure tutélaire de celui que le réalisateur appelle son oncle, dont le douloureux travail de mémoire donne au film des accents d’émotion intense, lorsqu’il retouve les Cingalais qui ont abrité sa famille durant les émeutes – un comportement qui n’a pas été exceptionnel -, lorsqu’il évoque l’accès de démence de sa mère, et lorsqu’il se remémore les camarades qui ont été assassinés pour l’avoir protégé. Manoranjan, aujourd’hui journaliste réfugié au Canada, a en effet milité dans un groupe annihilé par les Tigres. Il s’interroge sur l’échec final de la lutte indépendantiste, qu’il attribue à la stratégie des Tigres et à l’effet des luttes fratricides entre factions rivales. Le questionnement s’approfondit et rejoint la réflexion sur la banalité du mal amorcée au sujet du pogrom de 1983, lorsque d’anciens militants rappellent l’attitude des spectateurs tamouls lors du massacre par les Tigres des militants du TELO, et finalement lorsqu’ils retrouvent autour d’un feu des survivants des différents groupes, y compris d’anciens Tigres, qui rejettent la responsabilité de la défaite sur l’opportunisme de la population tamoule.

On comprend que le film ait fait l’objet de violentes critiques de la part de Tamouls de la diaspora restés attachés à une image idéalisée de la lutte indépendantiste. Il est vrai que la reconstitution de cette histoire s’arrête en quelque sorte au début des années 1990 avec l’élimination par les Tigres de la plupart des groupes rivaux. Le film n’évoque pratiquement pas les années 1995 à 2009, qui ont vu le repli des Tigres vers le réduit de la région de Wanni après cinq ans de domination absolue de Jaffna, la militarisation de la société tamoule et la tragédie finale qu’a été de janvier à mai 2009, l’extermination par l’armée sri-lankaise des combattants Tigres et de ceux qui les avaient suivis, puis l’enfermement durant deux ans dans des camps de rétention de près de 300.000 civils. Il ne montre pas les exactions de la police ni l’armée sri lankaise, et en sont absents les moines bouddhistes extrémistes qui s’affichent aujourd’hui contre les musulmans de l’île après s’être opposés à toute concession aux revendications tamoules. L’absence de ces images ne permet donc pas de comprendre les blessures inguérissables et le ressentiment durable des Tamouls, en particulier en diaspora.
Le film ne montre pas non plus les attentats suicides perpétrés par les Tigres à Colombo, notamment par des jeunes femmes, après 1995, et la souffrance des civils du Sud touchés par leurs méthodes de terreur : l’attitude belliciste de la majorité de la population cingalaise peut donc échapper à la compréhension du spectateur.

Au fond, le propos du cinéaste n’était pas de produire un documentaire détaché prétendant à l’objectivité, mais plutôt de proposer le témoignage intime d’un douloureux travail de mémoire, et une réflexion indispensable, mais difficile, sur les dérives de l’action militante. Comme il le suggère en expliquant avoir donné à son fils un nom tamoul qui évoque le troisième œil du dieu Shiva, il ambitionne de voir plus loin, au delà des apparences.

Dans le corpus des films et des écrits récents ayant pour thème la guerre civile sri-lankaise et l’exode qui s’en est suivi, Demons in Paradise occupe une place à part. Comme Ini Avan d’Asoka Handagama (2012) il met en scène le retour à Jaffna d’acteurs du conflit, mais vu de l’intérieur et non de l’extérieur, sous forme de témoignage direct et non dans le cadre d’une fiction. Il ne s’agit pas non plus d’un film sur le traumatisme de l’exil comme le très médiatisé Dheepan de Jacques Audiard (2015), ou les plus authentiques et subtils films de Pradeepan Raveendran (Shadows of Silence, 2010, en attendant la sortie prévue en 2018 de Soundless Dance), ou encore les remarquables œuvres romanesques de Shobasakthi (l’acteur de Dheepan), dont un choix de nouvelles vient de paraître en traduction française (Friday et Friday, Paris, éditions Zulma, avril 2018). En revanche Demons in Paradise fait écho à l’ouvrage profond de l’anthropologue Sharika Thiranagama (fille d’une militante tamoule assassinée par les Tigres en 1989), paru à Philadelphie en 2011 sous le titre In my Mother’s House, ainsi qu’à l’article qu’elle a consacré au chemin de fer de Jaffna publié en 2012 dans la revue Modern Asian Studes sous le titre : « A Railway to the Moon »

« Caste in the United States: A Survey of Caste among South Asian Americans » by Equality Lab

« This report came out of a community driven survey conducted in 2016 and has now emerged as a crucial document that both presents the first evidence of Caste discrimination in the US and helps to map the internal hegemonies within our communities. It also provides insight into how the South Asian community balances the experiences of living under white supremacy while replicating Caste, anti-Dalitness, and anti-Blackness.

As the South Asian American community, we are uniquely situated to redeem the errors of history as well as set the tone for a progressive conversation around Caste, both here and in countries of origin. »

via: https://www.equalitylabs.org/caste-survey-2018

To download directly the report: https://nofile.io/f/OXRXwaHU0dG/Caste+Survey+2018+Full.pdf

« Friday et Friday » de Antonythasan Jesuthasan alias Shobasakthi, en librairie à partir du 5 avril 2018

 

« Friday et Friday » de Antonythasan Jesuthasan alias Shobasakthi.

Nouvelles traduites du tamoul (Sri Lanka) par Faustine Imbert-Vier,

Élisabeth Sethupathy, et Farhaan Wahab

Une enfance à Allaipiddy, au nord de Sri Lanka, la guérilla tamoule, l’errance, l’exil en France… Autant de motifs et de personnages qui habitent l’œuvre d’Antonythasan Jesuthasan : Diana la Ronde, pétrifiée par le bruit des bombes, qui remue ciel et terre pour obtenir son abri ; Pratheeban, le demandeur d’asile, floué pour une poignée de kilomètres ; les 37 Mouvements de rébellion, bien décidés à se tailler la part du lion ; Layla, la petite dame du numéro 7, que son nom de code – Oiseau jaune – finit par trahir, ou encore le chevalier de Kandi, condamné à devenir un coq en pâte aux frais du Comité central.
À travers tous ces portraits, c’est aussi celui du narrateur qui se dessine, tout en humour et en finesse – le roman d’une vie, le miroir d’une âme et d’un peuple qui sait que c’est parfois en perdant de vue le rivage que le cœur se remet à flot.

A propos de l’auteur

Si l’on connaît son visage grâce au superbe Dheepan de Jacques Audiard (Palme d’or à Cannes en 2015) dont il est l’acteur principal, Antonythasan Jesuthasan est surtout écrivain reconnu – auteur de quatre romans, plusieurs recueils de nouvelles et de nombreux essais, pièces de théâtre et scénarios.

Antonythasan Jesuthasan – alias Shobasakthi – est né en 1967 à Allaipiddy, un village à l’extrême nord de Sri Lanka. Ancien enfant soldat du Mouvement de libération des Tigres tamouls, il arrive en France en 1993 où il obtient l’asile politique. Il vit désormais à Paris.

Son œuvre est traduite pour la première fois en français. L’adaptation cinématographique de la magnifique nouvelle Friday, qui se déroule dans la communauté tamoule du quartier de la Chapelle, à Paris, est en cours de réalisation.

Le dossier de presse du livre est accessible à travers ce lien : dossier_presse-572162dp-mars-18pdf

Une première revue du livre a été rédigé par Véronique-Atasi et peut-être lu sur son blog atasi.over-blog.com

Pour plus d’information, vous pouvez consulter le site de la maison d’édition Zulma qui a publié Friday and Friday.

« Sociology at the University of Ceylon » by H.L. Seneviratne, in Social Affairs, Vol.1 No.7, 74-87, Fall 2017.

Here is a link to an article published by H.L. Seneviratne, in Social Affairs, Vol.1 No.7, 74-87, Fall 2017.

http://www.socialaffairsjournal.com/CurrentIssue/14_Sociology_at_the_University_of_Ceylon_HL_Senevirathne_SAJ1(8).pdf

ABSTRACT: For eight years after its establishment in 1948, the Department of Sociology remained in the ambiguous terrain of being both an independent department and a subordinate partner of the Economics Department. In that role Sociology supplied courses for students in Economics who wished to choose it as their ‘Special Subject’ within Economics. Sociology also supplied a few courses for the Sinhala and Philosophy departments. This paper narrates the story of how the two major figures to chair the Department of Sociology during this period contributed in their own ways to facilitate the passage of Sociology to the status of a degree-granting department, ending its ambiguous, anomalous, and liminal state

« Observations on the Bill to Amend the Voluntary Social Service Organisations (Registration and Supervision) Act No. 31 of 1980 » by The Centre for Policy Alternatives

The Cabinet of Ministers approved on 20 February 2018 a proposal to introduce amendments to the Voluntary Social Service Act (VSSO) No. 31 of 1980. The proposed amendments contain far-reaching consequences on the activities and finances of civil society and if enacted in its present form will have a chilling effect on a range of private entities across Sri Lanka. The present move is also in a context when there are several existing laws in place to monitor and regulate non-governmental organisations and other entities that are likely to fall within the proposed amendments.

The Centre for Policy Alternatives (CPA) has prepared a short note containing key concerns on the proposals and process, with the hope of a constructive engagement on this issue and raising with it the necessity and proportionality of what has been proposed.

Download the note in English.