“The Twilight Of The Telegram” by The Picture Press

“Double Arthur, monkey” rattled the Fort Operator to her counterpart in Dehiwala. She was trying to get my name written down properly. The Postmaster at the Fort GPO tells me it should take 4 hours to reach my home in Dehiwala once the message is dispatched.” Follow photographer Aamina Nizar as she explores the history and journey of a telegram as the 150 year old service came to an end in late 2013. Following the announcement of the decision to stop the telegram service in Sri Lanka, The Picture Press commissioned Aamina to document the twilight of the telegram.

Via http://thepicturepress.org/twilight-of-the-telegram/

source: thepicturepress.org

Photographer Vera Markus’ photo project “In der Heimt ihrer Kinder – Tamilen in der Schweiz” (In their children’s home – Tamils in Switzerland)

Photographer Vera Markus accompanied Tamil refugee families for two years to document their lives through her camera lense. Her photo project, “In der Heimt ihrer Kinder – Tamilen in der Schweiz” (In their children’s home – Tamils in Switzerland), illustrates the everyday lives of Tamil asylum seekers in Switzerland, who form the largest group of non-European migrants in the country (ca. 40.000 people).

via: http://www.swissinfo.ch/ger/kultur/In_der_Heimat_ihrer_Kinder_-_Tamilen_in_der_Schweiz.html?cid=34975686

source: www.swissinfo.ch

“Jaffna thiruvilas”: a photo serial by Stine Bruland

We are glad to share  the photo  serial “Jaffna thiruvilas” realized during her fieldwork by Stine Bruland,  a PhD Fellow at the institute of Social Anthropology, Norwegian University of Science and Technology (NTNU).

For almost 4 months, from June to September, the people in Jaffna worship and celebrate their Gods in the different temple festivals – the kovil thiruvilas- all over the town and the peninsula. When the festival in one temple ends, a new one starts in another temple. The men put on their veetis and the women their best saries – carefully selected days and sometimes months before. The elderly men polish their old, but mostly very well kept cars to bring their family to the temples. They go to see God, to see and be seen by others, to enjoy with their families, sit in the sand while waiting for God to come out of the temple while chatting and getting the latest news from friends and family, eating sweets and snacks from the many small temporary shops – all fully vegetarian as is also their diet during these months.


© Stine Bruland, 2012

 © Stine Bruland, 2012

 © Stine Bruland, 2012

 © Stine Bruland, 2012

 © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

 © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

 © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

 © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

  © Stine Bruland, 2012

 © Stine Bruland, 2012

About the author

Stine Bruland is a PhD Fellow at the institute of Social Anthropology, Norwegian University of Science and Technology (NTNU). Her research concerns transnational family relationship among Sri Lankan Tamil families in Jaffna, Oslo and Paris, with a particular focus on generational relations, belonging and family rituals.  Before taking up her position as a PhD fellow at NTNU, Stine was a research assistant at the Museum of Cultural History, University of Oslo, undertaking research on Sri Lankan Tamil families in Diaspora, concerning religious and family practices, and long-distance nationalism.

 

Publications:

Bruland, S., Forthcoming: “ ‘The eye like’: attractive aesthetics and creative processes of religiosity among Tamil Catholics and Hindus”. In (eds.) Savesek, M. and Meyer, B., Creativity in Transition. Politics and Aesthetics of Circulating Images. New York: Berghahn Books

Bruland, S., Forthcoming: “Long-distance aesthetics: Being here and there. Aesthetics and Emotions in Tamil Nationalism”. In (eds.) Fuglerud, Ø. and Wainwright, L., Art, objects and value; perspectives on creativity and materialization. New York: Berghahn Books

Bruland, S., 2013: “Transgressing Religious Boundaries. The Power of aesthetics in Tamil Hindu and catholic Prayer”. Journal of Material studies.

Bruland, S., 2012. “Nationalism as meaningful life projects in transnational Tamil families”. Ethnic and Racial Studies, 35:12, 2134-2152. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/01419870.2011.599851

Bruland, S., 2011. ‘Making Home(s). Repères générationnels et nationalisme comme instruments de making home(s), ”faire son chez-soi” chez les activistes politiques de la diaspora tamoule de Norvège’. Hommes et migrations, vol. 1291

 


“Ganesh Chaturthi au Tamil Nadu 2012” par Blanche Mattern

Voilà des années que je rêve d’assister au festival Ganesh Chaturthi mais forcément je n’étais jamais à Paris à ce moment là … ou alors… pas en Inde ou pas au bon endroit! Et oui même si le temple parisien de Sri Manicka Vinayakar Alayam organise le festival depuis 1996, même en France j’ai trouvé le moyen de le louper.

J’avais quand même eu un petit avant goût à Pushkar il y a quelques années mais la foule m’avait empêché de bien voir les immersions (ici) !

Et bonheur!!!!! J’ai enfin pu y assister cette année, d’autant que Chennai est l’une des villes où le festival de Ganesh est le plus fêté ! Mumbai étant la ville où les festivités et les processions sont les plus importantes.

DSC05151

© Blanche Mattern: Procession, Chennai

Vinayaka Chaturthi, comme on appelle le festival au Tamil Nadu, célèbre la renaissance/naissance du Dieu Ganesh, fils de Shiva et Parvati. La naissance, la renaissance… l’anniversaire ? Non, pas exactement, de ce que j’ai compris pour ce genre de festival (comme celui de Krishna par exemple), il s’agit de fêter effectivement et le jour de sa naissance et le jour de sa renaissance alors qu’il est toujours “vivant”. Si quelqu’un peut m’expliquer cette subtilité!

Quoi qu’il en soit, notre bon Ganesh fait l’honneur de faire acte de présence terrestre pendant toute la période du festival (renaissance sur Terre?).
J’ai donc loupé le coche pour parler avec lui de tous mes projets professionnels et personnels, dommage c’est tout de même le Dieu de la sagesse, de la prospérité et de la chance et puis il aurait pu mettre de bon conseil!

DSC05161

© Blanche Mattern : Procession bis, Chennai

 Bon quoi qu’il en soit, la déesse Parvati a choisi de créé Ganesh à partir de pâte de santal qu’elle utilisait pour son bain et d’y façonner son fils, parce qu’elle s’ennuyait (je blasphème mais tout de même…). Ou plutôt parce qu’elle avait besoin d’un nouveau garde devant son hammam ? On ne sait pas trop car on y était pas et d’ailleurs Shiva n’en savait pas beaucoup plus vu qu’à son retour d’on ne sait où il ne connaissait pas son propre fils et vice-versa, ce qui résulta sur une incompréhension totale entre les deux. Et quant on est des Dieux, ça ne pardonne pas.

Shiva coupa donc la tête de Ganesh quand ce dernier lui refusa l’entrée de la salle de bain qu’il gardait. Même Indra participa à la bagarre…  L’intervention du roi des Dieux et seigneur de l’univers pour une histoire de salle de bain, on est pas du tout dans le drama là….

Forcément, cet évènement mis Parvati dans un état de rage incontrôlable et dans sa forme la plus terrible – Adi Shakti, l’énergie primaire – elle vociféra qu’elle allait détruire l’univers pour en recréer un meilleur, on a quand même tué son fils, faut pas rigoler avec la vie de son fils! Du coup Shiva, qui se rend compte qu’il est peut-être allé trop loin et qu’il aurait peut-être dû attendre que Parvati sorte de sa douche, part à la recherche d’une nouvelle tête pour son fils. Bien entendu, il tombe sur une éléphante en plein deuil qui pleure son fils et lui propose de coller la tête de celui-ci sur le corps de son enfant décapité. Elle accepte et Ganesh renaît avec sa nouvelle tête d’éléphant !

DSC05158 © Blanche Mattern : Lord Ganesha

Le festival d’anniversaire a commencé le 19 septembre cette année. Il se tient pendant le mois de Bhaadrapada, 6e mois du calendrier solaire tamoul et du calendrier shaka – le calendrier national indien. En équivalence grégorienne, de la période qui s’étend environ du 23 août au 22 septembre (et là on se demande comment j’arrive à assister seulement une fois à ce festival en 10 ans!).

Quelques mois avant les festivités, des artisans réalisent des modèles de Ganesh en argile de différentes tailles, de très petits à très très grands ! Ce qui peut poser certains petits soucis au niveau du passage sous les arbres.

DSC05167

 © Blanche Mattern

DSC05168

 © Blanche Mattern

Le premier jour du festival, ces statues richement décorées et aux multiples couleurs sont installées dans les maisons et dans les pandals décorés spécialement pour l’occasion (temples temporaires), un peu comme pour Diwali en fait. Enfin, ici on est plutôt sur de la décoration avec guirlandes de fleurs et lumières plutôt qu’avec des petites cuillères (Diwali 2010, c’est ici et  !).

Ganesh Chaturthi s’étend sur 10 jours, parfois un peu plus, parfois un peu moins, ça dépend de la région. Durant cette période vont s’enchaîner prières, chants de mantras, offrandes d’herbes, de fleurs et de gâteaux (il ne faut pas oublier que Ganesh est un grand gourmand). Il a surtout le droit à des modak, un genre de ravioli à base de farine de riz et de blé garni de sucre, de noix de coco râpée, de fruits secs et qui est frit ou cuit à la vapeur. Je n’ai pas eu l’occasion d’en voir (ni d’en goûter) mais cette année il en a reçu un de plus de 20 kilos (23 si je ne dis pas une bêtise!)

DSC05169

 © Blanche Mattern

DSC05170

© Blanche Mattern

Pendant 10 jours s’étendant du jour Bhadrapada Shudha Chaturthi au jour d’Ananta Chaturdashi, Ganesh est adoré. Normalement, le 11e jour, les statues sont portées jusqu’à une rivière ou mieux l’océan lors de grandes processions. Pour Chennai, c’est le 5e jour, je ne sais pas pourquoi.

DSC05222

 © Blanche Mattern

DSC05225

© Blanche Mattern

DSC05228

© Blanche Mattern

Ces immersions symbolisent le début du voyage qui ramènera notre dieu éléphant chez lui au sommet du Kailâsa au Tibet. Pour la petite histoire, c’est ici que prend la source de l’Indus et c’est aussi la maison de Shiva et Parvati, d’ailleurs Parvati veut dire “fille de la montagne”. Et Ganesh, qui est tout de même une bonne pâte et sympa comme tout emmènera avec lui tous les malheurs de ses dévots. Donc là, je trouve ça totalement injuste. Je suis une grande fan de Ganesh, d’ailleurs je collectionne même plein de statues. Et moi il a pas amené mes malheurs avec lui. Et pourtant je suis même allée faire des trucs de bénédictions dans son temple. Tout cela est totalement injuste.

Bon revenons en à nos moutons, je vais arrêter de dire des bêtises, j’ai bien peur de me faire punir à force et de finir écrasée par un éléphant. Le rituel de Vijanaya Nimajjanam (en telougou mais je suppose que ça doit être proche en tamoul), c’est à dire d’immersion, a également lieu dans les puits des maisons familiales pendant le festival le 1er, 3e et 11e jour, et à défaut de puits dans une bassine à la maison! Et de manière plus moderne, l’immersion se fait à coup de grues!

DSC05199

 © Blanche Mattern

DSC05208

 © Blanche Mattern

DSC05210

 © Blanche Mattern

DSC05231

© Blanche Mattern

A Chennai, les processions sont très encadrées, certaines plages seulement sont autorisées pour l’immersion, les parcours balisés. C’est le truc tendance cette année ici, on encadre tous les festivals pour éviter les débordements de foule, bon en même temps vu le monde on peut comprendre.

DSC05188

 © Blanche Mattern

DSC05157

© Blanche Mattern

Autre chose de très réglementé, et c’est plutôt une très bonne chose, est les matériaux autorisés pour les statues immergées en mer. En effet, l’utilisation du plâtre a un réel impact environnemental tout comme les colorants chimiques utilisés bien trop souvent et qui pour la plupart contiennent des métaux lourds de type mercure ou cadmium. A tout ça on peut ajouter les restes de décorations guirlandes diverses et variées qui vont venir joncher les plages…

Alors que traditionnellement la boue trouvée dans le voisinage était utilisée pour la confection des idoles, la commercialisation de celles-ci couplée à l’urbanisation grandissante entraîne de plus en plus un remplacement de cette matière naturelle par du plâtre de Paris qui n’est pas biodégradable et bien entendu insoluble dans l’eau. Outre le dégât environnemental, ça pose peut-être un peu un soucis de symbolique car l’utilisation de la boue représente tout de même le cycle de la création et de la dissolution dans la nature…

Et là je sens le sourire pointer sur la figure de ceux qui n’arrêtent pas de me répéter que l’Inde est un pays dégueulasse et que les indiens sont de gros crades, des pollueurs qui n’en ont rien à faire de leur pays et qui d’ailleurs ne prennent aucune mesure sérieuse et… qui s’apprêtent à penser: “AH! j’ai raison même dans leur festivals religieux ils n’en loupent pas une”. Je m’emballe mais un Indien pollue tout de même près de 12 fois moins qu’un Français mais cette année j’entends tellement régulièrement ce commentaire des voyageurs de passage que ça a le don de m’énerver au plus au point, vu le niveau de consommation des Français et bref, j’arrête là.

Donc, le festival a certes un impact écologique négatif mais plusieurs initiatives ont été prises au niveau gouvernemental, dont l’interdiction d’immerger des idoles en plâtre, une grande sensibilisation à l’utilisation du papier mâché ou encore à un retour à l’utilisation traditionnelle de l’argile. Ce qui est certes discutable dans le cas du papier mâché si on prend en compte la pollution possible par l’encre mais qui est tout de même beaucoup plus vert comme solution, le papier se dissout très rapidement et évite également une pollution visuelle sur les plages. Ainsi, à Chennai, cette année, les Ganesh étaient soit en argile, soit en papier mâché et avec des structures en paille.

DSC05255

© Blanche Mattern: Structure en paille échouée sur la plage

 

Quelques autres clichés de la journée d’immersion…

Je voulais faire moins “pâté” et les mettre dans le texte mais déjà que celles de l’article ne collent pas toujours à ce que je raconte la suite des photos maintenant !

DSC05194

© Blanche Mattern : Ganesh échoué sur la plage – 1

DSC05204

© Blanche Mattern : Ganesh échoué sur la plage – 2

 

DSC05205

© Blanche Mattern : Ganesh échoué sur la plage – 3

 

DSC05200

 © Blanche Mattern

DSC05201

 © Blanche Mattern

DSC05234

 © Blanche Mattern

DSC05173

© Blanche Mattern: Forcément….

DSC05176

© Blanche Mattern:…quoi qu’avec le vernis c’est pas mal ! 

DSC05257

© Blanche Mattern : Même les chiens assistent aux festivités

DSC05247

© Blanche Mattern

DSC05253

 © Blanche Mattern

DSC05217

© Blanche Mattern : “O toi Lord Ganesh, reviens nous l’année prochaine ! “

 

Source: http://desailesdansledos.over-blog.net/article-ganesh-chaturthi-2012-111422315.html 

À propos de l’auteur: Blanche Mattern est actuellement chargée de mission Asie du Sud pour l’ONG InMaLanka. Elle passe une année en Inde du Sud dans le cadre de ses fonctions. Blanche Mattern a également publié dans nos carnets un article sur l’indépendance de l’Inde (http://slkdiaspo.hypotheses.org/540). Nous avons aussi  le plaisir de partager un lien (http://slkdiaspo.hypotheses.org/551) pour télécharger le mémoire de Master de sciences politiques de Blanche Mattern qui porte sur l’”impact des décisions politiques sur la population civile à Sri Lanka”. Ce travail dirigé par Professeur Tertrais à été réalisé dans le cadre du Master Recherche “Gestions de crises et Problématiques identitaires” de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne.