« Gotabaya Rajapaksa, un politicien brutal au seuil du pouvoir sri-lankais » par Vanessa Dougnac

« Il est l’homme lié à l’un des épisodes les plus violents de l’histoire du Sri Lanka et du début du XXIe siècle. Celui qui fut le stratège militaire de l’anéantissement de la guérilla des Tigres tamouls, en 2009, arbore aujourd’hui un sourire jovial sur les posters de la campagne présidentielle. Moustache fournie et crinière cendrée, Gotabaya Rajapaksa a percé parmi un nombre record de 35 candidats et s’est imposé comme l’un des favoris du scrutin qui se déroulera ce samedi 16 novembre. »

via: Le Temps

« Le clan Rajapaksa consolide son emprise sur le Sri Lanka » par L’Obs avec AFD

via: L’Obs

« Retour à Jaffna » par FAURE Jean-Paul

Retour à Jaffna c’est le voyage de Lunna, une femme résolue, à la recherche d’un homme qu’elle ne connaît que par sa littérature. C’est aussi une aventure sociale et humaine, une représentation singulière, intime et franche d’un pays encore très mal connu : Sri Lanka.
Lunna  devient responsable des Alliances françaises alors que le pays est en guerre civile depuis plusieurs décennies. Une période de cessez-le-feu et de pourparlers de paix intervient. L’engagement de Lunna la conduit à traverser le territoire pour découvrir Jaffna, une ville en partie détruite. Sur les traces de la culture française, elle recherche les liens et les survivants. Une relation d’estime et d’honneur, peut-être d’amour, la conduit à retrouver Sandana Poninbalham, ancien responsable de l’Alliance française de Jaffna qui a laissé, avant sa disparition, des textes dont elle apprécie le caractère littéraire.

http://www.editionskailash.com/Productdetail.aspx?Bookid=250

Par l’ancien Directeur des Alliances françaises du Sri Lanka
http://jeanpaulfaure.com/Accueil

« Présidentielle au Sri Lanka : le pays rappelle au pouvoir le clan Rajapaksa, connu pour sa brutalité » Harold Thibault

« Sept mois après les attentats de Pâques, le Sri Lanka a fait le choix du sécuritaire et rappelé au pouvoir le clan Rajapaksa, en élisant à la présidence lors du scrutin de samedi 16 novembre l’un des frères, Gotabaya, ancien secrétaire à la défense qui écrasa dans un bain de sang la guérilla tamoule lorsque son aîné, Mahinda, était chef de l’Etat (2005-2015). Selon la commission électorale, il a recueilli 52,25 % des suffrages, devançant largement son rival Sajith Premadasa (41,99 %). M. Premadasa avait reconnu sa défaite un peu plus tôt dimanche. »

via: Le Monde

« Présidentielle à haut risque à Sri-Lanka » radio Vatican

« Dans un pays meurtri par des attentats en avril dernier le jour de Pâques, et qui ont coûté la vie à 269 personnes, deux hommes s’affrontent aujourd’hui pour le poste de président: un candidat proche du pouvoir et un candidat du puissant clan Rajapaksa. »

via: Radio Vatican

« Compte rendu de l’exposition « Visages de la baie du Bengale » de V. P. Vasuhan » par Alain Cardenas-Castro et Christophe Comentale

L’exposition des œuvres de V. P. Vasuhan a eu lieu du 1er au 27 septembre 2019 à la Galerie Impressions les mercredis de 18 à 21h et les samedis de 14 à 19h.

Le mois de septembre est propice aux retours des événements culturels et des expositions. La galerie Impressions inaugure cette rentrée avec un accrochage singulier intitulé « Visages de la baie du Bengale ». L’exposition propose le regard de deux peintres sur l’état du monde à travers leurs cultures respectives, l’un du Bengladesh et l’autre du Sri-Lanka, V. P. Vasuhan, qui fait l’objet de cette livraison.

via: Sciences & Art contemporain

« Témoin des violences civiles survenues à Colombo à la fin du mois de juillet 1983 » par Vincent Faugère

Ces photos ont été prises à Colombo à la fin du mois de juillet 1983, dans le secteur de la gare ferroviaire. A cette époque, je voyageais, avec mon père, à Sri Lanka et dans le sud de l’Inde. J’avais 15 ans. Nous étions arrivés dans l’île le 2 juillet, par avion, en provenance de Paris. Au début de ce même mois, nous étions à Weligama quand nous avons été victimes du vol de nos papiers. Nous avons ainsi dû revenir à Colombo, et ce à plusieurs reprises, pour des raisons administratives.
Un journal de bord, tenu durant ce voyage, me permet de retracer en toute petite partie les événements dont nous avons été témoins pendant ces quelques jours. La situation était confuse et il ne m’en reste que de lointains souvenirs. Une chose est sûre : la ville était en proie à des violences. Un couvre-feu était décrété. Des Tamouls étaient tués et des trains bondés fuyaient la capitale.
Lundi 25 juillet. Nous arrivons en train dans la gare de Colombo-Fort envahie par la foule. Dehors, des incendies toujours en cours témoignent des violences commises à l’encontre des Tamouls. Tous les commerces sont fermés. Un couvre-feu est décrété et nous sommes contraints de rester et de dormir dans la gare, ce que nous ferons également les jours suivants.
Mardi 26 juillet. Toute la ville est déserte et silencieuse. On peut voir des échoppes et des bâtiments mis à sac, détruits, brûlés.
Mercredi 27 juillet. La vie reprend partiellement. Des queues se forment devant les quelques magasins ouverts. Il est très difficile de trouver de quoi se nourrir. Vers 15 heures, toutes les boutiques ferment et les rues se vident de nouveau. De même, la gare est presque déserte.
Jeudi 28 juillet. Dans la matinée, la gare est envahie par la foule. Aux alentours de 10 heures, sept Tamouls sont tués à coup de pierre par des civils et leurs corps sont mis à feu devant des milliers de spectateurs impassibles. L’Armée et la Marine interviennent et font évacuer la gare. Vers 15 heures, nous sommes interpellés par la police, ainsi qu’un groupe de touristes de six nationalités qui a, comme nous, trouvé refuge dans la gare. Les forces de l’ordre nous réclament les pellicules de nos appareils photos. Face à notre refus, nous sommes emmenés au poste de police. Nous réussissons à dissimuler une partie de nos pellicules. Nous sommes finalement transportés en camion, avec  quatre personnes tamoules, dans un camp de réfugiés. On nous sert un repas et nous repartons aussitôt. Nous roulons dans la ville déserte. Les quatre Tamouls sont déposés, pour la nuit, dans un collège catholique. Quant à nous, nous sommes conduits jusqu’à une auberge de jeunesse, dans le quartier de Bambalapitiya.
Vendredi 29 juillet. Nous sommes de retour à la gare de Colombo-Fort vers 7 heures. Dans la matinée, on assiste à d’importants mouvements de foule. Les gens courent dans les rues et fuient un danger qui reste invisible. On entend des coups de feu au loin. Des soldats et des policiers patrouillent devant la gare. Il se dit qu’un commando tamoul prépare une attaque. Mais aucun assaut n’a lieu. Nous quittons Colombo en train ce jour-là, en direction de Negombo.
Voilà ce que je peux dire aujourd’hui de ces quelques jours passés à Colombo lors de ce Juillet Noir. Nous avons poursuivi notre voyage dans l’île jusqu’à la fin du mois d’août, sans incident grave, en essayant d’éviter les zones de tension. A plusieurs reprises cependant, nous avons été arrêtés par des militaires et des policiers qui braquaient leurs armes sur nous. Dans les villes, le couvre-feu était souvent de rigueur. Durant ce séjour, nous nous sommes également rendus dans le Tamil Nadu indien, en avion depuis Colombo, les liaisons par mer depuis Talaimannar étant coupées.
Vincent Faugère
Copyright pour toutes les photographies : Vincent Faugère

Projection/débat autour du court-métrage « Unlock », dimanche 6 mai à 18h, Grand Rex

Le court-métrage « Unlock », réalisé par Nirmalan Nadarajah, qui sera projeté au Grand Rex ce dimanche 6 mai à 18h en présence du réalisateur et du comédien Shobasakthi.
Pour information, vous trouverez ci-joints une affiche, une bande-annonce et un lien vers la page du film

🎥 Lester James Peries (1919-2018) ‒ ලෙස්ටර් ජෙම්ස් පීරිස් ‒ லெஸ்டர் ஜேம்ஸ் பீரிஸ்

ලෙස්ටර් ජෙම්ස් පීරිස්

Lester James Peries
(1919-2018)

லெஸ்டர் ஜேம்ஸ் பீரிஸ்

Figure majeure du cinéma srilankais, Lester James Peries vient de s’éteindre à l’âge de 99 ans. Il est né en 1919 sur l’île de Ceylan, alors colonie britannique. Il a commencé sa carrière cinématographique au Royaume-Uni, tout en exerçant le métier de journaliste. En 1952, il a regagné son pays devenu indépendant pour travailler au développement de la création cinématographique locale. Il a connu son premier grand succès en 1963 avec Changement au village et a réalisé une vingtaine de longs métrages au cours de sa carrière. [En savoir plus sur suravi.fr]

Considered the father of Sri Lankan cinema, Lester James Peries just died at 99 years of age. He was born in 1919 in the then British colony of Ceylon, and began his film career in Britain while working as a journalist. He returned in his newly independent country in 1952 to help with the growth of the local film industry. His first big success came in 1963 with the film Changing Village and since then he has made about 20 feature films. [more on suravi.fr]

source: Suravi

« Culture persane et médecine ayurvédique an Asie du Sud » Fabrizio Speziale

Résumé. Cet ouvrage traite des interactions entre l’Ayurveda et la culture médicale persane en Asie du Sud. Il présente, pour la première fois, une étude du mouvement de traduction en persan des sources ayurvédiques qui a eu lieu à partir du XIVe siècle. L’image de la culture ayurvédique reflétée par les traités persans offre un nouvel éclairage sur l’histoire de l’Ayurveda à l’époque de l’hégémonie politique musulmane en Asie du Sud. Les traités persans appliquent de nouvelles catégories à l’analyse des matériaux traduits et ils transforment les modalités de présentation du savoir ayurvédique. En parallèle, l’ouvrage de Fabrizio Speziale aborde le phénomène symétrique de persanisation de l’univers intellectuel des médecins hindous qui, à travers l’apprentissage du persan, s’approprient des connaissances médicales de la culture musulmane.

English abstract. This book looks at the interactions between Āyurveda and Persian medical culture in South Asia. It presents, for the first time, a study of the translation movement of Ayurvedic sources into Persian, which took place from the 14th century onwards. The image of Ayurvedic culture emerging from Persian texts provides a new insight into the history of Āyurveda under Muslim political hegemony in South Asia. Persian treatises apply new categories to the analysis of translated materials and transform the way Ayurvedic knowledge is presented. At the same time, Fabrizio Speziale’s book deals with the symmetric phenomenon of Persanization of the Hindu physicians who, through the learning of Persian language, appropriated medical knowledge of Muslim culture.

 
À propos de l’auteur :

Fabrizio Speziale est Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud, Paris. Il a largement publié sur l’histoire de la médecine ayurvédique dans le monde indien et est le directeur de Perso-Indica. An Analytical Survey of Persian Works on Indian Learned Traditions (www.perso-indica.net).

Fabrizio Speziale is Professor at the School for Advanced Studies in the Social Sciences, Center for South Asian Studies, Paris. He has published extensively on the history of medicine in the Indo-Persianate world and is the chief editor of Perso-Indica. An Analytical Survey of Persian Works on Indian Learned Traditions (www.perso-indica.net).
 

Google books preview:

https://books.google.fr/books?id=HntTDwAAQBAJ&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false  

https://brill.com/abstract/title/35649

« En Birmanie et au Sri Lanka, polémiques sur le rôle de Facebook » par Harold Thibault et Bruno Philip

Alors que des violences intercommunautaires se propageaient en mars dans le centre du Sri Lanka, des militants de ce pays ravagé par près de trois décennies de guerre civile alertaient Facebook au sujet de plusieurs messages haineux contre la minorité musulmane. L’un de ces posts appelait à « tuer tous les musulmans, sans épargner un seul enfant, parce que ce sont des putains de chiens ». Il fallut six jours pour que le réseau social leur réponde, dans ce pays où il n’a pas de bureau mais qui compte 6 millions d’usagers actifs… et conclut que ce texte n’enfreignait pas les « standards de la communauté ».

Conséquence, le gouvernement sri-lankais allait bloquer l’accès à Facebook durant plusieurs jours dans l’espoir d’endiguer la flambée de violence. Les responsables pour l’Asie du géant numérique se décidèrent aussitôt à se rendre à Colombo pour y rencontrer le gouvernement ainsi que des représentants de la société civile. Ces derniers tentaient depuis des années de les contacter.

Divinité numérique

Sur cette île, comme en Birmanie, où l’armée, appuyée par des extrémistes bouddhistes, a contraint plus de 650 000 membres de la minorité musulmane des Rohingya à fuir au Bangladesh voisin depuis août 2017, le réseau social est accusé d’avoir largement négligé le travail de modération. Il y a cependant urgence : depuis le début du processus de démocratisation du « Myanmar », il y a sept ans, Facebook est devenu une sorte de divinité numérique. Les utilisateurs birmans du réseau étaient environ 14 millions en 2017, dont une forte majorité dans la tranche d’âge 25-35 ans. « En Birmanie, on se réveille avec Facebook et on s’endort avec Facebook », relève Thurein Win, 42 ans, qui traduit (fort à propos) George Orwell en birman.

le reste de l’article est disponible sur le site en ligne du journal Le Monde

« Demons in Paradise : thèmes et controverses autour d’un travail de mémoire » par Eric Meyer

Le beau film de Jude Ratnam, actuellement en salle à Paris (à l’Espace Saint Michel), propose au spectateur, à travers une vision personnelle de la montée du militantisme séparatiste tamoul et des violences intestines qui ont opposé ses différentes composantes, une réflexion sur la mémoire d’une communauté confrontée à la tragique défaite des Tigres en 2009.

Les premières images du film, tirées d’actualités de la période coloniale, invitent à un retour en arrière historique. Sri Lanka, l’ancienne Ceylan, a été profondément transformée par un système colonial fondé :
– sur une conquête de l’espace matérialisée par un réseau de transports (le train, omniprésent dans le film) qui a connecté des régions jusque alors séparées, en particulier la ville tamoule de Jaffna, où se déroule une partie du film, avec le sud peuplé en majorité de Cingalais, la capitale coloniale Colombo, et l’ancienne capitale royale Kandy ;
– sur une prise de contrôle de l’économie par une agriculture de grandes plantations surimposée à l’agriculture paysanne cingalaise (une partie du film montre Kandy et les régions qui l’entourent, où se situent les grandes plantations de thé fondées sur le travail servile des coolies tamouls) ;
– et sur une domination culturelle et politique par l’imposition de l’anglais, langue du colonisateur, devenue en même temps un instrument de communication entre des groupes locuteurs de deux langues très distinctes, le cingalais parlé par 75% de la population, et le tamoul par 25%.

Ce qui conduit à la matière de la première partie du film, la discrimination dont ont été victimes après l’indépendance (1948) les minorités de langue tamoule (hindouistes, chrétiennes, musulmanes), majoritaires dans le nord-est de l’île, mais minoritaires dans le centre et le sud, confrontées à l’affirmation de l’identité majoritaire des Cingalais bouddhistes. Elle s’est traduite par l’abandon de la langue anglaise au profit du seul cingalais comme langue officielle en 1956, et par une succession de violences, en 1958, 1977 et 1983. Le film donne à entendre et à voir ces marqueurs identitaires que sont les langues, mais aussi les vêtements et les signes corporels. L’usage différentiel de ces trois langues, anglais, tamoul, et cingalais, selon le registre émotionnel ou discursif, et selon les interlocuteurs, y est d’une grande subtilité et authenticité. Les stratégies d’effacement (celui du pottu), ou de travestissement linguistique ou vestimentaire que devaient adopter pour leur survie les victimes de persécutions sont un thème récurrent du film.

La rupture du lien symbolique et pratique entre Cingalais et Tamouls qu’était la langue anglaise a correspondu à la rupture du lien matériel constitué par la ligne de chemin de fer reliant Colombo à Jaffna : ce train qui avait permis l’exode du narrateur enfant fuyant le pogrom de Colombo en 1983, et dont les images de wagons rouillés, envahis par la végétation, de gares dévastées, et de rails coupés, envahissent l’écran. Rupture dans l’espace, mais aussi dans le temps : le travail de mémoire de l’enfant devenu adulte et père à son tour passe par la reconstitution de ces fragments d’un passé où l’exode en train vers Jaffna occupe une place obsédante.

Mais cette mémoire personnelle s’inscrit dans une mémoire collective qui rend compte de l’adhésion de la population tamoule au projet indépendantiste de l’Eelam Tamoul. Comme le montre le film, ce sont les violences dont ont été victimes les Tamouls de Colombo et de Kandy qui l’ont rendue irrésistible. Le film convoque la puissance de l’image en mettant en scène le témoignage de l’auteur de la photographie devenue célèbre d’un homme nu martyrisé à Colombo en juillet 1983 par une bande hilare : l’interrogation sur la banalité du mal qui s’amorce ici va se poursuivre dans la seconde partie du film dans un autre contexte.

La montée du militantisme des Tamouls du nord en réponse à la violence de 1983 est le fait d’une multitude de groupes, pour la plupart basés dans la péninsule de Jaffna, qui s’arment pour protéger leur communauté. Ils se différencient par leur origine sociale (de classe ou de caste) et par leur stratégie plus que par leur idéologie : très vite ils luttent entre eux pour la suprématie du mouvement de libération, tandis que les services secrets de l’Union Indienne appuient et cherchent à manipuler certains groupes, avant d’intervenir directement en 1987 avec l’envoi d’un corps expéditionnaire. Les ‘Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul’, qui privilégiaient l’action violente immédiate et excluaient tout accord avec l’Inde, s’imposent par la force face aux autres groupes (TELO, PLOTE etc) qu’ils éliminent physiquement ou absorbent. Ils mènent d’abord une lutte victorieuse contre l’armée et la police du gouvernement de Colombo, et contre le corps expéditionnaire indien. Ils prennent en 1990 le contrôle de Jaffna et y font régner leur loi : ils cherchent à rendre irréversible la séparation des deux parties du pays, et à empêcher hommes et femmes en âge de combattre de quitter le nord : un épisode du film montre symboliquement comment ils contraignent les candidats à la fuite à scier les rails de la ligne.

L’exode des jeunes Tamouls hors de Sri Lanka, qui avait commencé en 1983 pour fuir la répression du gouvernement et des groupes extrémistes cingalais, se double alors de l’exode de ceux qui fuient la conscription forcée des Tigres : tout ceci nourrit une diaspora tamoule qui aujourd’hui constitue, en Europe et en Amérique du Nord, une communauté transnationale aussi nombreuse que celle qui est restée à Jaffna ; le film montre comment ces deux communautés communiquent – notamment par Skype – mais aussi comment s’amorce un travail de mémoire, après trente ans de violence.

C’est alors que s’impose dans la seconde partie la figure tutélaire de celui que le réalisateur appelle son oncle, dont le douloureux travail de mémoire donne au film des accents d’émotion intense, lorsqu’il retouve les Cingalais qui ont abrité sa famille durant les émeutes – un comportement qui n’a pas été exceptionnel -, lorsqu’il évoque l’accès de démence de sa mère, et lorsqu’il se remémore les camarades qui ont été assassinés pour l’avoir protégé. Manoranjan, aujourd’hui journaliste réfugié au Canada, a en effet milité dans un groupe annihilé par les Tigres. Il s’interroge sur l’échec final de la lutte indépendantiste, qu’il attribue à la stratégie des Tigres et à l’effet des luttes fratricides entre factions rivales. Le questionnement s’approfondit et rejoint la réflexion sur la banalité du mal amorcée au sujet du pogrom de 1983, lorsque d’anciens militants rappellent l’attitude des spectateurs tamouls lors du massacre par les Tigres des militants du TELO, et finalement lorsqu’ils retrouvent autour d’un feu des survivants des différents groupes, y compris d’anciens Tigres, qui rejettent la responsabilité de la défaite sur l’opportunisme de la population tamoule.

On comprend que le film ait fait l’objet de violentes critiques de la part de Tamouls de la diaspora restés attachés à une image idéalisée de la lutte indépendantiste. Il est vrai que la reconstitution de cette histoire s’arrête en quelque sorte au début des années 1990 avec l’élimination par les Tigres de la plupart des groupes rivaux. Le film n’évoque pratiquement pas les années 1995 à 2009, qui ont vu le repli des Tigres vers le réduit de la région de Wanni après cinq ans de domination absolue de Jaffna, la militarisation de la société tamoule et la tragédie finale qu’a été de janvier à mai 2009, l’extermination par l’armée sri-lankaise des combattants Tigres et de ceux qui les avaient suivis, puis l’enfermement durant deux ans dans des camps de rétention de près de 300.000 civils. Il ne montre pas les exactions de la police ni l’armée sri lankaise, et en sont absents les moines bouddhistes extrémistes qui s’affichent aujourd’hui contre les musulmans de l’île après s’être opposés à toute concession aux revendications tamoules. L’absence de ces images ne permet donc pas de comprendre les blessures inguérissables et le ressentiment durable des Tamouls, en particulier en diaspora.
Le film ne montre pas non plus les attentats suicides perpétrés par les Tigres à Colombo, notamment par des jeunes femmes, après 1995, et la souffrance des civils du Sud touchés par leurs méthodes de terreur : l’attitude belliciste de la majorité de la population cingalaise peut donc échapper à la compréhension du spectateur.

Au fond, le propos du cinéaste n’était pas de produire un documentaire détaché prétendant à l’objectivité, mais plutôt de proposer le témoignage intime d’un douloureux travail de mémoire, et une réflexion indispensable, mais difficile, sur les dérives de l’action militante. Comme il le suggère en expliquant avoir donné à son fils un nom tamoul qui évoque le troisième œil du dieu Shiva, il ambitionne de voir plus loin, au delà des apparences.

Dans le corpus des films et des écrits récents ayant pour thème la guerre civile sri-lankaise et l’exode qui s’en est suivi, Demons in Paradise occupe une place à part. Comme Ini Avan d’Asoka Handagama (2012) il met en scène le retour à Jaffna d’acteurs du conflit, mais vu de l’intérieur et non de l’extérieur, sous forme de témoignage direct et non dans le cadre d’une fiction. Il ne s’agit pas non plus d’un film sur le traumatisme de l’exil comme le très médiatisé Dheepan de Jacques Audiard (2015), ou les plus authentiques et subtils films de Pradeepan Raveendran (Shadows of Silence, 2010, en attendant la sortie prévue en 2018 de Soundless Dance), ou encore les remarquables œuvres romanesques de Shobasakthi (l’acteur de Dheepan), dont un choix de nouvelles vient de paraître en traduction française (Friday et Friday, Paris, éditions Zulma, avril 2018). En revanche Demons in Paradise fait écho à l’ouvrage profond de l’anthropologue Sharika Thiranagama (fille d’une militante tamoule assassinée par les Tigres en 1989), paru à Philadelphie en 2011 sous le titre In my Mother’s House, ainsi qu’à l’article qu’elle a consacré au chemin de fer de Jaffna publié en 2012 dans la revue Modern Asian Studes sous le titre : « A Railway to the Moon »

« Friday et Friday » de Antonythasan Jesuthasan alias Shobasakthi, en librairie à partir du 5 avril 2018

 

« Friday et Friday » de Antonythasan Jesuthasan alias Shobasakthi.

Nouvelles traduites du tamoul (Sri Lanka) par Faustine Imbert-Vier,

Élisabeth Sethupathy, et Farhaan Wahab

Une enfance à Allaipiddy, au nord de Sri Lanka, la guérilla tamoule, l’errance, l’exil en France… Autant de motifs et de personnages qui habitent l’œuvre d’Antonythasan Jesuthasan : Diana la Ronde, pétrifiée par le bruit des bombes, qui remue ciel et terre pour obtenir son abri ; Pratheeban, le demandeur d’asile, floué pour une poignée de kilomètres ; les 37 Mouvements de rébellion, bien décidés à se tailler la part du lion ; Layla, la petite dame du numéro 7, que son nom de code – Oiseau jaune – finit par trahir, ou encore le chevalier de Kandi, condamné à devenir un coq en pâte aux frais du Comité central.
À travers tous ces portraits, c’est aussi celui du narrateur qui se dessine, tout en humour et en finesse – le roman d’une vie, le miroir d’une âme et d’un peuple qui sait que c’est parfois en perdant de vue le rivage que le cœur se remet à flot.

A propos de l’auteur

Si l’on connaît son visage grâce au superbe Dheepan de Jacques Audiard (Palme d’or à Cannes en 2015) dont il est l’acteur principal, Antonythasan Jesuthasan est surtout écrivain reconnu – auteur de quatre romans, plusieurs recueils de nouvelles et de nombreux essais, pièces de théâtre et scénarios.

Antonythasan Jesuthasan – alias Shobasakthi – est né en 1967 à Allaipiddy, un village à l’extrême nord de Sri Lanka. Ancien enfant soldat du Mouvement de libération des Tigres tamouls, il arrive en France en 1993 où il obtient l’asile politique. Il vit désormais à Paris.

Son œuvre est traduite pour la première fois en français. L’adaptation cinématographique de la magnifique nouvelle Friday, qui se déroule dans la communauté tamoule du quartier de la Chapelle, à Paris, est en cours de réalisation.

Le dossier de presse du livre est accessible à travers ce lien : dossier_presse-572162dp-mars-18pdf

Une première revue du livre a été rédigé par Véronique-Atasi et peut-être lu sur son blog atasi.over-blog.com

Pour plus d’information, vous pouvez consulter le site de la maison d’édition Zulma qui a publié Friday and Friday.