Tamil Communities and the Sri Lankan Conflict Edited by Delon Madavan, Gaëlle Dequirez and Eric Meyer

In May 2009, the surrender of the Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE), and death of LTTE leader, Vellupillai Prabhakaran, brought 25 years of civil war in Sri Lanka to an end. With a crushing military victory by a Sinhalese-controlled government and a post-war climate of euphoria to follow, the Tamil question still remains unresolved in the country. The civil population has been severely traumatised by the armed conflict. More than 80 000 of people were killed, hundreds of thousands more have been displaced throughout the island and many codes and values of Tamil societies have been destabilised and overturned. Morever, the prolonged conflict has forced hundreds of  thousands of Tamils to take refuge abroad. Within the Sri Lankan Tamil diaspora, many have politically mobilised around the rights of Tamils in Sri Lanka and through various modes of practice have been able to draw international attention to the Sri Lankan question.

The authors provide key insights to help understand not only the consequences of the protracted intercommunity Sri Lankan conflict, but also the diverse attitudes of Sri Lankan Tamil communities abroad.

 

CONTENTS

 

Introduction

by Pr. Eric MEYER, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, France

 

Chapter 1. Geography of refugee space choices by Jaffnese Tamils

by Delon MADAVAN, Université de Paris-Sorbonne, ENEC, France

One of the most dramatic social effects of thirty years of conflict is the displacement of the majority of the Tamil population living in the island, looking for refuge spaces. Delon Madavan explores the history and geography of these recent movements and survival strategies implemented by the Tamils from Jaffna since 1980 and until forced removals in 2009, after the military defeat of the Tigers. The Jaffnese belonging to the bilingual middle class (Tamil and English) had a long tradition of mobility, dating from the late nineteenth century in search of jobs, first in the Colombo area, then Malaysia, and they established in communitarian areas, south of Colombo (Wellawatte, Dehiwela). Other Tamil speakers, especially fishermen, migrated from one coast to another and were very numerous in the north of the capital, from Kotahena to Negombo and beyond. But the conflict has introduced new elements into the old patterns: mobility has ceased to be a strategy of success for becoming a strategy of shelter. Based on demographic data checked and corrected (censuses were impacted by the conflict), the contribution of Delon Madavan offers innovative analysis and precise mapping of the mobility of war. It shows how the spontaneous short distance movements inside the Jaffna peninsula gave way to more organized travel between the peninsula and the Wanni region, and between the peninsula and the city of Colombo, exit to the overseas emigration, which is ultimately the only one that offers a safe haven, once traversed material and financial obstacles and hardships of the human journey.

(Article written in French)

 

Chapter 2. Negotiating History and Attending to the Future : Perceptions among and of Malaiyaha Tamils in  Sri  Lanka,

by Mythri JEGATHESAN, Columbia University, USA

Mythra Jegathesan addresses in a cultural anthropological perspective the question of the construction of identity perceptions through the example of the non-inclusion in the nationalist Tamil movement of the hinterland Tamil community (Malaiyaha) settled on colonial plantations since the 1830s. She says, contrary to popular beliefs, that maintained links with the South Indian homeland, or a difference in the structures of caste (the Vellala high caste, which dominated jaffnese society, is almost absent on plantations, and the untouchables are many more), are not the main causes of this phenomeneon. Ultimately, the logic of exclusion, at work since Independence (1948) against Malaiyaha Tamils, that was going to generalize a decade later against the Jaffnese and Eastern Tamils, preparing the conditions of the separatist conflict, was the effect of a social constructed imaginary under colonial domination and against this dominance. The construction of national identity in cultural terms was implementing processes of exclusion, not inclusion. Self-representation of Malaiyaha Tamils which once favoured a form of withdrawal in the supposedly closed and self-sufficient universe of plantations, now values the ability to succeed in emigration in Colombo or in the Gulf countries – a emigration form completely different from that of Jaffnese refugees. The economic alienation and denial of identity suffered by this community could not find a way out in the separatist movement.

 

Chapter 3. The Impact of the Sri Lankan Conflict on the Social Status of Tamil Women,

by Dr Zuzana HRDLICKOVA, Charles’ University in Prague, Czech Republic

Zuzana Hrdlickova studies, from field surveys conducted in Sri Lanka in a sociological perspective, the changes caused by the war in Tamil society. In the system of values prevailing in the northern and eastern society of the island, chastity in the broadest sense is crucial. It conditions the family honor and matrimonial strategies: the presence of women in public space must be limited, while it is dominant in the private space. This dichotomy public space / private space has been damaged by war, which forced women, widowed or those separated from their spouses, to assume the social functions once reserved for men. It has caused the displacement of the majority of the population, often bound to live in camps lacking intimacy, and caused widespread rape committed most often by military and policemen. In addition, the decrease in the number of young men caused inflation of the amount of dowry demanded from the families of young girls, that their parents tried to marry as soon as possible. Indeed, many young Tamils were recruited by the Tigers separatists and formed into a collective military system based on self-denial, the exercise of violence in the service of the cause, the cult of the leader and the renunciation of family values. Zuzana Hrdlickova raises the question of the fate of these women after the military defeat of the Tigers in May 2009.

 

Chapter 4. Mothers, Militants, Martyrs: Tamil Women in Film,

by Dr Erangee Kumarage, Bucks County Community College, USA

Erangee Kumarage analyzes in a more literary perspective the image of Tamil women through the production of three male authors of fiction films from South Asia, which depict female activists caught between their dedication to the cause as presented synonymous with renunciation, and their aspirations to femininity, identified to motherhood in the Indian value system. The schematism specific to the Indian cinematography presents at the outset the two goals as incompatible and carrying a dramatic conclusion. More complex, the discourse of Tamil nationalists proclaims the coherence of the struggle of women, whose empowerment and the full realization of themselves would be through the national struggle. Opposing these representations to the image of Tamil the militant given by documentary films shot by Western women in close contact with the Tamil diaspora, the author raises the question of the authenticity of the liberation of women questioned by Sri Lankan feminists, who argue that the militants are handled by a purely male leadership which has not hesitated to eliminate dissent.

 

Chapter 5. Visibility and political mobilisation : when the diaspora is synonymous with recognition,

by Dr Anthony GOREAU-PONCEAUD, Université de Bordeaux 4, ADES, France

Anthony Goreau highlights the visibility of the Sri Lankan Tamil diaspora in the public space in Paris. He questions the relationship between the Tamils from Pondicherry, usually installed in the Paris region before the 1980s, and the Sri Lankan Tamil diaspora arrived since the 1980s, more visible, more strongly asserting its identity through its political positions and cultural celebrations, and thereby reviving the sense of identity of Tamils settled earlier. After recalling the very different itineraries of Sri Lankan and Pondicherrians migrants, he shows how is built a concept of « Tamilness » bringing them together, usually around cultural practices related to Hinduism: the festival of Ganesh, analysed in detail, is its most visible expression. He also analyzes how to build a community space, through the formation of a « ethnic » commercial space in the district of La Chapelle in Paris and La Courneuve northern suburb.

(Article written in French)

 

Chapter 6. The transnational political mobilisations of the Sri Lankan Tamil Diaspora,

by DEQUIREZ Gaëlle, Université de Lille 2, CERAPS, France

The study of Gaelle Dequirez measures the historical depth of the political mobilization of the Tamil diaspora, highlighted by demonstrations of April-May 2009 during the crushing of the LTTE rebellion by the Sri Lankan Army, but anchored for two decades on a transnational scale. This phenomenon of « long-distance nationalism » is a new and rich object of study for political sociology. Gaelle Dequirez studies precisely the actors of this mobilization at the transnational level: youth and charities organizations, Tamil language media, local associations federated at national level and national committees headed by an international political secretariat, offshoot of the LTTE. They were first aimed at the Tamil community but sought to mobilize public opinion in Western countries to put pressure on states and international organizations, with little success so far. It remains to be seen what will happen to these transnational networks after the military defeat of the Tigers, but the author concludes that the mobilization of the community in the world is not about to fade.

(Article written in French)

 

Chapter 7. Coping with further absences: Maaveerar Naal ceremonies in the post-war age,

by Natali Cristiana, University of Milano Bicocca, Italy

Cristiana Natali analyzes from an anthropological perspective ceremonies organized by the Tamil diaspora in Italy to mark the martyr Heroes feast (Maaveerar Naal), and what happened to it in the context of LTTE military defeat, and tighter control of the Tamil community by the Italian and more generally European authorities. The ceremony aiming at honouring the martyrs in the absence of body was organized along the lines in cemeteries in northern Sri Lanka. It was marked by the retransmission of the ritual speech of the leader Prabhakaran. But in the diaspora, besides this, it gave considerable space to bharata natyam, a  classical South Indian dance, rehabilitated by the the Tamil bourgeoisie at the end of the colonial period as the epitome of the Tamil cultural heritage, and reinterpreted by the Sri Lankan Tamil nationalists to serve as a vehicle for the representation of the fighting and suffering of war. Since May 2009, the vacuum created by the disappearance of Prabhakaran, long denied by his supporters, and the absence of simultaneous ceremonies in Sri Lanka, has accentuated the funeral character of the celebration. But other projects have emerged, such as undertaking a work of memory and imagination leading to the publication of a book containing poems, drawings and prose compositions, for use by younger generations.

 

Chapter 8. From the difficulty to speak to the construction of life stories,

by MANTOVAN Giacomo, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, CEAIS, France

Giacomo Mantovan studies the production of life stories, or rather texts of political asylum demand of Tamil migrants living in France. His research is based on observation of the practices of intermediaries (interpreters, lawyers, doctors) between asylum seekers and the French authorities (French Office for the Protection of Refugees and Stateless Persons and Appeals Board or OFPRA). It shows the gap between cultural conceptions of the Tamils, for whom the subject is necessarily collective and OFPRA procedures requesting individual stories. It highlights the difficulties faced by the principal informant to « make talk » his clients, to recount the abuses they have suffered, and persuade them they have a story that is worth telling, political choices that can be put forward, instead of merely producing standard prefabricated stories supposed to ensure the success of the application. According to the author – this idea has been hotly debated during the conference – the OFPRA officers by their stereotypical requests condition stories of applicants while distrusting their word, producing a negative image of them.

(Article written in French)

 

Les communautés tamoules et le conflit sri lankais Sous la direction de Delon Madavan, Gaëlle Dequirez et Eric Meyer

En mai 2009, la reddition des Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul (LTTE) et la mort de leur chef, Vellupillai Prabhakaran, ont mis fin à plus de 25 ans de guerre civile à Sri Lanka. Malgré l’écrasante victoire militaire du gouvernement sri lankais, contrôlé par la majorité cingalaise, la question tamoule n’est toujours pas réglée. Le conflit armé laisse des traces : la population civile a été très durement touchée. 80 à 100 000 personnes sont mortes d’après l’ONU, des centaines de milliers de personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays, les codes et valeurs traditionnels des sociétés tamoules ont été bouleversés. Par ailleurs, des centaines de milliers de Tamouls se sont réfugiés à l’étranger. Une partie de cette diaspora tamoule sri lankaise se mobilise depuis plus de 20 ans pour défendre les droits du peuple tamoul contre le gouvernement sri lankais qualifié de génocidaire et pour tenter d’attirer l’attention de l’opinion publique mondiale, des Etats et des organisations internationales sur la situation des Tamouls à Sri Lanka.

Les auteurs donnent des clés pour mieux comprendre les conséquences du conflit intercommunautaire à Sri Lanka, mais aussi l’attitude des communautés tamoules dans le monde.

 

SOMMAIRE

Introduction

par Eric MEYER, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, France

 

Chapitre 1. Géographie des « espaces refuges » des Tamouls jaffnais depuis le début du conflit à Sri Lanka

par Delon MADAVAN, Université de Paris-Sorbonne, ENEC, France

L’un des effets sociaux les plus dramatiques de trente années de conflit est le déplacement de la majorité de la population tamoule résidant dans l’île, à la recherche d’espaces de refuge. Delon Madavan, qui consacre sa thèse de géographie aux communautés d’origine tamoule établies dans les cités de Colombo, de Kuala Lumpur et de Singapour, était bien placé pour explorer l’histoire et la géographie récente de ces déplacements et les stratégies de survie mises en œuvre par les Tamouls originaires de Jaffna, depuis les années 1980 et jusqu’au regroupement forcé en 2009, à l’issue de la défaite militaire des Tigres. Les Jaffnais appartenant à la classe moyenne bilingue (tamoul-anglais) avaient une longue tradition de mobilité, remontant à la fin du XIXe siècle, à la recherche d’emplois, d’abord dans la région de Colombo, puis en Malaisie, et s’étaient établis dans des espaces communautaires, au sud de Colombo (Wellawatte, Dehiwela). D’autres locuteurs tamouls, tout particulièrement les pêcheurs, migraient d’une côte à l’autre et étaient très nombreux au nord de la capitale, de Kotahena à Negombo et au-delà. Mais le conflit a introduit des éléments nouveaux dans les schémas anciens : la mobilité a cessé d’être une stratégie de réussite pour devenir une stratégie de refuge et elle a pris une ampleur énorme. Fondée sur des données démographiques vérifiées et corrigées (les recensements ont été impactés par le conflit), la contribution de Delon Madavan propose une analyse innovante et une cartographie précise de cette mobilité de guerre. Il montre comment les mouvements spontanés à courte distance à l’intérieur de la péninsule de Jaffna font place à des déplacements plus organisés entre la péninsule et la région de Wanni, et entre la péninsule et la métropole de Colombo, porte de sortie pour l’émigration outre-mer, qui est en fin de compte la seule qui offre un refuge sûr, une fois traversés les obstacles matériels et financiers et les épreuves humaines du voyage.

 

Chapitre 2. Negotiating History and Attending to the Future : Perceptions among and of

            Malaiyaha Tamils in Sri Lanka,

par Mythri JEGATHESAN, Columbia University, USA

Mythri Jegathesan aborde dans une perspective d’anthropologie culturelle la question de la construction des perceptions identitaires à travers l’exemple de la non-inclusion dans le mouvement tamoul de la communauté des Tamouls du haut-pays (Malaiyaha), engagés sur les plantations coloniales à partir des années 1830. Selon elle, contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas tant les liens maintenus avec la patrie sud-indienne, ou une différence dans les structures de caste (la haute caste des Vellala, qui dominait la société de Jaffna, est presque absente sur les plantations, et les intouchables y sont beaucoup plus nombreux), qui seraient à l’origine de ce phénomène. En fin de compte, la logique de l’exclusion, à l’œuvre dès l’Indépendance (1948) à l’encontre des Tamouls Malaiyaha, et qui allait se généraliser dix ans plus tard à l’encontre des Jaffnais et des Tamouls de l’Est, préparant les conditions du conflit séparatiste, était l’effet d’un imaginaire social construit sous la domination coloniale et contre cette domination. Comme l’exprime en termes généraux le chercheur indien Partha Chatterjee (The Nation ant its Fragments, 1993) cité par l’auteur, la construction de l’identité nationale en termes culturels mettait en œuvre des processus d’exclusion et non d’inclusion. L’auto-représentation des Tamouls Malaiyaha favorisait jadis une forme de repli sur l’univers supposé clos et autosuffisant de la plantation, mais valorise aujourd’hui l’aptitude à réussir en émigration, à Colombo ou dans les pays du Golfe – une forme d’émigration totalement différente de celle des réfugiés jaffnais. L’aliénation économique et le déni identitaire dont souffrait cette communauté ne pouvaient trouver d’issue dans le mouvement séparatiste.

(article rédigé en anglais)

 

Chapitre 3. The Impact of the Sri Lankan Conflict on the Social Status of Tamil Women,

par Dr Zuzana HRDLICKOVA, Université Charles, Prague, République Tchèque

Zuzana Hrdlickova étudie, à partir d’enquêtes de terrain menées à Sri Lanka dans une perspective sociologique, les transformations provoquées par la guerre dans la société tamoule. Dans le système de valeurs dominant dans la société du nord et de l’est de l’île, la chasteté au sens large du terme est primordiale. Elle conditionne l’honneur familial et les stratégies matrimoniales : la présence de la femme dans l’espace public doit rester limitée, alors qu’elle est dominante dans l’espace privé. Cette dichotomie espace public / espace privé a été mise à mal par la guerre, qui a contraint les femmes, veuves ou séparées de leurs conjoints, à assumer les fonctions sociales jadis réservées aux hommes. Elle a causé le déplacement de la majorité de la population, la contraignant souvent à vivre dans des camps dépourvus d’intimité, et a causé la multiplication des viols commis le plus souvent par des militaires et des policiers. En outre, la diminution du nombre des jeunes hommes  a entraîné une inflation du montant des dots réclamées aux familles des jeunes filles, que leurs parents cherchaient à marier le plus tôt possible. En effet, nombre de très jeunes Tamoules ont été recrutées par l’organisation séparatiste des Tigres et formées dans un système militaire collectif fondé sur l’abnégation, l’exercice de la violence au service de la cause, le culte du chef et le renoncement aux valeurs familiales. Zuzana Hrdlickova soulève la question du devenir de ces femmes à l’issue de la défaite militaire des Tigres en mai 2009.

(article rédigé en anglais)

 

Chapitre 4. Mothers, Militants, Martyrs : Tamil Women in Film,

par Dr Erangee Kumarage, Bucks County Community College, USA

Erangee Kumarage analyse dans une perspective plus littéraire l’image de la femme tamoule à travers la production de trois auteurs masculins de films de fiction, d’origine sud-asiatique, qui mettent en scène des militantes prises entre leur dévouement à la cause présenté comme synonyme de renoncement, et leur aspiration à la féminité, identifiée à la maternité dans le système de valeurs indien. Le schématisme propre à la production cinématographique indienne présente d’emblée les deux objectifs comme incompatibles et porteurs d’une issue dramatique. Plus complexe, le discours des nationalistes tamouls proclame la cohérence du combat des femmes, dont l’émancipation et la pleine réalisation d’elles-mêmes passeraient par la lutte nationale. Opposant ces représentations à l’image de la militante tamoule donnée par des films documentaires tournés par des femmes occidentales en étroit contact avec la diaspora tamoule (dont No More Tears Sister, présenté à l’issue de la conférence), l’auteur soulève la question de l’authenticité de la libération de la femme remise en cause par des féministes sri lankaises, qui affirment que les militantes sont manipulées par un leadership purement masculin qui n’a pas hésité à éliminer les dissidentes.

(article rédigé en anglais)

 

Chapitre 5. Visibilité et mobilisation politique : quand diaspora rime avec reconnaissance,

par Dr Anthony GOREAU-PONCEAUD, Université de Bordeaux 4, ADES, France

Anthony Goreau met en évidence la visibilité de la diaspora tamoule sri lankaise dans l’espace public parisien. Il s’interroge sur le rapport entre les Tamouls originaires de Pondichéry, généralement installés dans la région parisienne avant les années 1980, et la diaspora tamoule sri lankaise arrivée depuis les années 1980, plus visible, affirmant plus fortement son identité à travers ses positions politiques et ses manifestations culturelles, et réactivant de ce fait le sentiment identitaire des Tamouls plus anciennement installés. Après avoir rappelé les parcours très différents des Pondichériens et des migrants sri lankais, il montre comment se construit un concept de « tamoulité » qui les rapproche, autour de pratiques culturelles généralement liées à l’hindouisme :  le festival de Ganesh, qu’il analyse en détail, en est l’expression la plus visible. Il analyse enfin comment se construit un espace communautaire, à travers la formation d’un espace commercial « ethnique » dans le quartier de La Chapelle à Paris et à La Courneuve en banlieue nord.

 

Chapitre 6. Les mobilisations politiques transnationales de la diaspora tamoule,

par DEQUIREZ Gaëlle, Université de Lille 2, CERAPS, France

L’étude de Gaelle Dequirez permet de mesurer la profondeur historique de la mobilisation politique de la diaspora tamoule, médiatisée lors des manifestations d’avril – mai 2009 lors de l’écrasement de la rébellion des Tigres par l’armée sri lankaise, mais ancrée depuis deux décennies à l’échelle transnationale. Ce phénomène de « nationalisme à distance » est un objet d’études nouveau et riche d’enseignements pour la sociologie politique. Gaelle Dequirez étudie de façon précise les acteurs de cette mobilisation à l’échelle transnationale : organisations de jeunesse et organisations caritatives, médias en langue tamoule, associations locales fédérées au niveau national et comités nationaux coiffés par un secrétariat politique international, émanation des LTTE. Ces organisations s’adressent d’abord à la communauté tamoule mais se sont efforcées de mobiliser l’opinion publique des pays occidentaux pour qu’elle fasse pression sur les Etats et les organisations internationales, avec peu de succès jusqu’à présent. Reste à savoir ce qu’il adviendra de ces réseaux transnationaux après la défaite militaire des Tigres, mais l’auteur conclut que la mobilisation de la communauté à l’échelle mondiale n’est pas près de s’estomper.

 

Chapitre 7. Coping with further absences : Maaveerar Naal ceremonies in the post-war age,

par Natali Cristiana, Université de Milan Bicocca, Italie

Cristiana Natali, qui a déjà publié une étude passionnante sur les célébrations des héros par les Tigres à Sri Lanka, analyse avec beaucoup de pénétration dans une perspective anthropologique les cérémonies organisées par la diaspora tamoule en Italie à l’occasion de la fête des héros martyrs (Maaveerar Naal), et ce qu’il en est advenu dans le contexte de la défaite militaire des Tigres, et du durcissement du contrôle de la communauté tamoule par les autorités italiennes et plus généralement européennes. Le cérémonial visant à honorer les martyrs en l’absence de corps était organisé sur le modèle de ceux des cimetières du nord de Sri Lanka. Il était marqué par la retransmission du discours rituel du leader Prabhakaran. Mais dans la diaspora, outre cela, il donnait une place considérable aux spectacles de danse de bharata natyam, la danse classique de l’Inde du Sud, réhabilitée par la bourgeoisie tamoule à la fin de la période coloniale comme le symbole même de l’héritage culturel tamoul, et réinterprétée par les nationalistes tamouls sri lankais pour servir de véhicule à la représentation des combats et des souffrances de la guerre. Depuis mai 2009, le vide créé par la disparition de Prabhakaran, longtemps niée par ses partisans, et l’absence de cérémonies simultanées à Sri Lanka, a accentué le caractère funèbre de la célébration. Mais d’autres projets ont vu le jour, comme celui d’entreprendre un travail de mémoire et d’imagination aboutissant à la publication d’un livre rassemblant poèmes,  dessins et compositions en prose, à l’usage des jeunes générations.

(article rédigé en anglais)

 

Chapitre 8. De la difficulté de parler à la construction des récits de vie,

par MANTOVAN Giacomo, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, CEIAS, France

Giacomo Mantovan étudie la production des récits de vie, ou plutôt des textes de demande d’asile politique par les migrants tamouls établis en France. Sa recherche est fondée sur l’observation des pratiques des intermédiaires (interprètes, avocats, médecins) entre les demandeurs d’asile et les autorités françaises (Office français de protection des réfugiés et apatrides et Commission de recours). Il montre le décalage entre les conceptions culturelles des Tamouls, pour qui le sujet est nécessairement collectif et les procédures de l’OFPRA qui réclame des récits individuels. Il met en exergue les difficultés rencontrées par son informateur principal pour « faire parler » ses clients, leur faire relater les violences dont ils ont été victimes, et les persuader qu’ils ont une histoire à eux qui mérite d’être contée, des choix politiques qui peuvent être mis en avant,  au lieu de se contenter de recettes préfabriquées censées assurer le succès de la demande. Selon l’auteur – cette idée a fait l’objet de vifs débats durant la conférence – les officiers de l’OFPRA par leurs demandes stéréotypées conditionnent les récits des demandeurs tout en se méfiant de leur parole, produisant d’eux une image défavorable. Ce processus, notons-le, est analogue à celui par lequel la bureaucratie coloniale construisait le discours et l’image des populations qu’elle dominait.

 

 

Numéro spécial d’Hommes&Migrations : Diasporas sri lankaises entre guerre et paix

La revue n° 1291 d’Hommes&Migrations aborde, dans un dossier à paraître en juillet, les réalités des diasporas sri lankaises, majoritairement tamoules, qui depuis trois décennies se déploient en Europe hors du sillage du Commonwealth. Il met l’accent sur la complexité de cette migration, en termes de pluralité linguistique et religieuse, comme de dynamiques socio-économiques. La dimension transnationale, propre aux diasporas, se particularise par la recomposition d’une identité façonnée par l’exil, confrontée aujourd’hui au retour de la paix au Sri Lanka. A l’occasion de sa sortie, la revue organise deux jours de débats et projections au Palais de la porte Dorée sur le thème des diasporas sri lankaises…

 

Diasporas sri lankaises entre guerre et paix                                                                                                                                    Dossier coordonné par Anthony Goreau-Ponceaud

 

Sommaire
Migrations sri lankaises
Origines et étapes
Par Éric Meyer
Ancienne colonie anglaise, la République socialiste démocratique de Sri Lanka est depuis longtemps un carrefour migratoire. Dès la fin des années cinquante, l’île a vu migrer des travailleurs tamouls vers l’Inde et ses élites anglophones vers les pays du Commonwealth, puis des populations cinghalaises en direction du Moyen-Orient. Avec les conflits internes qui ont ravagé Sri Lanka depuis les années quatre-vingt, l’émigration s’est densifiée. Elle concerne surtout la minorité tamoule.

La participation des Tamouls à la vie politique française Entretien avec Stéphane Gatignon, maire de Sevran et conseiller régional de l’Ile-de-France
Réalisé par Anthony Goreau-Ponceaud

L’immigration sri lankaise en France
Trajectoires, contours et perspectives
Par Anthony Goreau-Ponceaud
La présence des Sri Lankais en France a pour toile de fond la guerre civile qui a opposé, de 1983 à 2009, le gouvernement sri lankais aux Tigres tamouls. Dans l’Hexagone, les Tamouls sri lankais se sont surtout installés en Île-de-France. Leur chaîne migratoire s’appuie sur un vaste réseau de solidarité communautaire dont l’un des maillons centraux est le quartier de La Chapelle dans le nord de Paris.

Les récits de vie des demandeurs d’asile tamouls
Vers une mémoire collective ?
Par Giacomo Mantovan
La demande du statut de réfugié nécessite d’être fortement motivée. Les demandeurs d’asile doivent faire état de menaces réelles qui les poussent à quitter leur pays d’origine. La procédure bureaucratique contraint les requérants à se construire dans la figure de la victime individuelle et met à mal le sentiment d’un destin commun.

Interactions entre les institutions judiciaires françaises et les communautés sri lankaises
Des affaires familiales en cour d’assises en région parisienne
Par Véronique Bouillier

Des tribunaux d’instance aux cours d’assises, la justice française a souvent affaire aux migrants originaires d’Asie du Sud. Entre le personnel de justice et les justiciables tamouls originaires du Sri Lanka, la compréhension est souvent difficile. Problèmes de communication, manque de connaissances sur le contexte de leur arrivée en France, la justice ne dispose pas toujours des informations suffisantes pour bien appréhender les comportements des Sri Lankais.

Les mineurs et les jeunes majeurs isolés venus de Sri Lanka
Le traumatisme de l’exil
Par Brigitte Tison

L’expérience de l’exil, l’épreuve de la solitude, les chocs dus à la proximité de la guerre avant leur départ peuvent provoquer chez les migrants sri lankais de profonds traumatismes. Les adolescents et les jeunes majeurs sont davantage soumis à cette perte de repères familiaux et culturels, à un âge où ceux-ci sont essentiels à la construction de leur identité.

L’histoire de Sri Lanka vue par les associations nationalistes
tamoules en France 72
Par Gaëlle Dequirez

Le conflit à Sri Lanka a révélé dans le sang le choc des nationalismes cinghalais et tamoul. Derrière la guerre civile se profile une concurrence des récits historiques. Les Tamouls,qui revendiquent la création d’un État indépendant, l’Eelam tamoul, trouvent sa justification dans l’histoire même de l’île. Cette volonté de produire un récit alternatif va de pair avec une posture de défense face aux discriminations et aux violences subies.

Les Tamouls de La Chapelle
Entre solidarité et dépendance
Par Philippe Gazagne
Le quartier de La Chapelle est un élément clé de la dynamique commerciale et des réseaux sociaux des migrants tamouls vivant en France. Situées en haut du Xe arrondissement de Paris, ces quelques rues où foisonnent restaurants et entreprises “ethniques” sont au coeur des échanges “communautaires”.

Making home(s)
Repères générationnels et nationalisme comme instruments de making home(s), « faire son chez-soi » chez les activistes politiques de la diaspora tamoule de Norvège
Par Stine Bruland Sørensen
La diaspora tamoule sri lankaise en Norvège s’efforce de “faire son chez-soi”, making home, dans un espace transnational entre Norvège et Sri Lanka. Le “chez-soi” est à penser comme un ensemble d’appartenances abstraites ou imaginaires et de relations sociales.

Les Tamouls en Suisse
L’émergence d’une communauté post-asilaire ?
Par Christopher McDowell

En Suisse, la communauté tamoule peine à trouver son unité. Les vagues successives de migrants qui la composent, les différences de positionnement politique et de niveau social entre ses membres brouillent son homogénéité.

Le temple et les défunts
Religion et reconstruction identitaire chez les Tamouls hindous d’origine sri lankaise à Montréal
Par Mark Bradley et Pierre-Yves Trouillet
La construction de lieux de culte par des migrants témoigne d’une installation durable dans leur pays d’accueil. C’est le cas des Tamouls d’origine sri lankaise au Canada. L’édification d’un grand temple à Montréal a mobilisé autour de ce territoire symbolique les réseaux de la diaspora tamoule. L’hindouisme çivaïte tamoul constitue pour eux un solide lien identitaire.

La diaspora tamoule sri lankaise en Malaisie
Migrations plurielles et développement de deux identités distinctes
Par Delon Madavan
La Malaisie compte une minorité tamoule solidement implantée depuis plusieurs générations. Aux Tamouls venus d’Inde du Sud s’ajoutent ceux de Ceylan dont la migration est, jusqu’à l’indépendance de la Malaisie, le 31 août 1957, encouragée par le colonisateur britannique à la recherche de cadres anglophones pour son administration. La domination économique des Tamouls sri lankais a contribué à séparer ces deux groupes.

Diasporas Sri Lankaises entre guerre et paix
Hommes & Migrations n° 1291 – Dès juillet 2011

Revue française sur les dynamiques migratoires
En librairie et à la la Cité nationale de l’histoire de l’immigration
293 avenue Daumesnil – 75012 Paris
www.hommes-et-migrations.fr

Exposition de peinture : Bon Voyage II par V.P. Vasuhan

Le peintre sri lankais Poopalasingham Vasuhan expose ses tableaux du 5 juin au 7 juillet 2012 dans le cadre de l’exposition « Bon Voyage II » qui se déroule à L’espace Couleurs et Blancs au 41 rue Blanche à Paris (75009).

L’établissement est ouvert du mardi au samedi de 14h30 à 19h30.

Vous pourrez retrouver différents travaux de cet artiste sur sa page facebook:

https://www.facebook.com/photo.php?

Qui sont les Tamouls de France?/ émission de radio Liberté sur Parole sur Radio Aligre FM

Retrouvez l’émission de radio Liberté sur Parole, animée par Eugénie Barbezat, sur Radio Aligre FM du 5 septembre 2011 consacrée à la diaspora tamoule sri lankaise

A l’occasion de la parution d’un dossier de la revue Hommes et Migrations sur les diasporas sri-lankaises en Europe (N°1291, mai-juin 2011), avec Marie Poinsot, la rédactrice en chef de la revue, Cédric Mayers, chef cuisinier tamoul arrivé en France il y a 12 ans, Anthony Goreau-Ponceaud, géographe et maître de conférences à l’université de Bordeaux IV, coordinateur du dossier de la revue, Delon Madavan, doctorant en géographie à l’université de Paris 4, qui évoquera ces diasporas tamoules au-delà de l’Europe, et le photographe Vasantha Yogananthanqui a réalisé plusieurs reportages sur cette population en Ile-de-France, nous abordons la question de la présence tamoule en France, une immigration peu connue mais qui gagne en visibilité sur Paris dans le quartier de La Chapelle, rebaptisé “Little Jaffna”, et lors de la fête de Ganesh, célébrée dimanche 28 août dernier, avec son lot de cérémonies religieuses et son cortège dans les rues du 18 eme arrondissement parisien. Dans quel contexte les Tamouls sont-ils arrivés en France dans les années 80 et pourquoi ont-ils décidé de ne plus migrer vers la Grande-Bretagne ? Quelles sont les particularités sociales et culturelles de cette diaspora et inversement, de quelle manière les Tamouls perçoivent-ils la France ?