ICES is hiring an Executive Director for the Colombo office

The International Center for Ethnic Studies (ICES), Sri Lanka, is looking for an Executive Director to lead its operations with effect from September/October, 2012.

Established in 1982, with offices in Colombo and Kandy, ICES is a leading social science research center in Asia focusing on ethnicity, identity politics, conflict resolution, peace-building, and post-war reconstruction, democracy and governance, development and gender. ICES engages in academic research, advocacy, and social interventions on key policy matters and it endeavors to foster values of democracy, pluralism and tolerance. For three decades, the ICES has striven to evolve a tradition of historically sensitive theoretical and empirical research, publications and debate on key socio-political issues in the global South. The ICES also provides a vibrant and dynamic intellectual environment for academic and policy dialogues, discussions, seminars, and socially-engaged literature, art and cinema.

The duties of the Executive Director include:

1. Planning, supervision, and leading the implementation of research, advocacy, publications, and social interventions undertaken by the institution with support from the research staff and guidance from the Board of Directors;

2. Supervision of the administration/finances of the ICES;

3. Active engagement in drafting research and funding proposals, and fundraising;

4. Networking with relevant stakeholders, nationally and internationally;

5. Representing the ICES at important public events relevant to the institutions mandate and the work programme;

Applicants must possess the following:

1. A proven track record of commitment to the values of pluralism, multiculturalism and human rights;

2. A PhD in Social Sciences or Humanities from a recognized university;

3. Demonstrated experience in conducting research, proposal writing and supervision of research projects;

4. Networking abilities – the ability to reach out to various constituencies in the related fields in South Asia and beyond;

5. Experience in raising funds regionally and internationally;

6. Previous experience in teaching at university level or in managing research, as well as a background in administration and management;

An attractive remuneration package, negotiable depending on qualifications and experience, with fringe benefits will be available to the successful candidate. The contract will initially be for a period of two years, and is renewable. There will be a six-month probationary period.

Candidates applying for the post should submit their cover letter and detailed curriculum vitae with names and contact details of two non-related referees on or before August 15th, 2012. Only shortlisted candidates will be called for an interview.

Candidates between the age limits of 35-60 will be given priority but candidates above sixty are not excluded.

Cover letter: The cover letter should explain why the candidate’s motivation for applying for this post and should describe how her/his experience will be relevant to the job and how she/he would add value to the work of the ICES. The candidate should also elaborate on her/his previous track record, ability and experience in raising funds regionally and internationally. The cover letter should be 500 words in length.

Applications can be sent by post, fax or email to:

The Chairperson,
International Center for Ethnic Studies [ICES],
2, Kynsey Terrace, Colombo 8, Sri Lanka.
Fax  + 94 11 2688929 E-mail admin@ices.lk

Website: www.ices.lk

source: https://www.h-net.org/jobs/job_display.php?id=44783

HISTOIRE: Vie et mort du Premier ministre cinghalais Ehelepola à Maurice/Gona Soopramanien (Le Mauricien.com)

Au début du 19 ème siècle, un Premier ministre cinghalais (du Ceylan devenu par la suite Sri-Lanka) avec succès, collabora avec les colonisateurs anglais et aida à détrôner son propre roi. Comme récompense, les Britanniques… l’emprisonna et l’envoya en exil à Maurice. Il ne devait jamais retourner dans son pays natal et mourut à Maurice, à Pamplemousses, de dysenterie.

Ce Premier ministre, dénommé Ehelepola, fut accusé dans son pays d’avoir comploté… contre l’empire britannique. Le 3 mars 1818, Ehelepola fut arrêté avec plusieurs chefs cinghalais et emprisonné à Colombo jusqu’à 1825 avant d’être tous transférés à Maurice. Selon Lady Bartham, qui l’avait connu à Maurice, Ehelepola, était « un être gentil et simple, de teint cuivré, n’avait absolument pas la physionomie de quelqu’un qui pouvait comploter en vue de provoquer des troubles politiques ». Lady Bartham le décrivit comme une personne inoffensive et aimant les enfants. Il était, en fait, un prisonnier très spécial, Il était libre de ses mouvements et résidait au Moulin-à-Poudre, aux Pamplemousses, dans un magnifique cottage où il jouissait d’une vie de prince.
Ehelepola naquit en 1773 dans le royaume de Kandy, une monarchie indépendante et importante du Sri-Lanka située dans la partie centrale et orientale de l’île. Au début du 19ème siècle, le roi tyrannique Sri Vikrama Rajasinha, qui régnait sur ce territoire, avait droit de vie et de mort sur ses sujets. D’une cruauté sans pareille, ce roi n’était que trop conscient que ses propres sujets pouvaient à n’importe quel moment le renverser. Et pour se protéger, il eut soin de s’entourer de mercenaires malais et telegous.
Sporadiquement Sri Vikrama Rajasinha combattait les Anglais. En 1811, il nomma Ehelepola « Premier Adigar », l’équivalent d’un Premier ministre. Cette nomination déplut énormément au second « Adigar », du nom de Molligoda. Ce dernier fit tout pour obtenir la chute de notre « prince », qui alors gouvernait le district de Sabarangamuwa, de la province de Kandy.
Des allégations de malversations dans l’administration parvinrent aux oreilles du roi. Certains historiens cinghalais affirment que c’est Molligoda, jaloux d’Ehelepola, qui manoevra contre ce dernier, l’accusant de dilapider les fonds publics. Le roi somma Ehelepola de se présenter devant lui à Kandy, la capitale, pour donner sa version des faits. Craignant de tomber dans un piège, le Premier ministre envoya à sa place… sa femme, ses deux fils et sa propre sœur pour plaider sa cause croyant pouvoir par ainsi apaiser la colère royale. Le roi en fut rendu furieux et avec la barbarie dont il était capable, le cruel Rajasinha fit décapiter les deux enfants devant les deux femmes. Ensuite, il ordonna à la mère de broyer les têtes des deux enfants dans un mortier. Pour s’y prendre, il fit attacher les mains de la femme au pilon, et un homme prenant chaque main fit le mouvement de haut et en bas, jusqu’à la fin de cette horrible besogne. Puis le roi sanguinaire fit noyer les deux malheureuses.
Cette atrocité bouleversa la population, qui se souleva contre le roi. Le 14 février 1815, Ehelepola aida les Anglais à en finir avec le roi Rajasinha, Capturé, celui-ci ainsi que tous les dignitaires de sa dynastie furent exilés au fort Vellore, dans le sud de l’Inde. Ehelepola croyait fermement, lui, que les colonisateurs allaient le placer sur le trône vacant. C’était très mal connaître la perfidie british, dont les premiers collabos sont toujours les premiers à souffrir !

Récompensé par la prison et l’exil !

Le 2 mars de la même année, le Ceylan et la Grande-Bretagne signèrent la convention de Kandyen. Selon le document, l’empire britannique ne pouvait avoir qu’un seul roi. Et c’est ainsi que, par la force et par cupidité, George III d’Angleterre succéda au dernier roi kandyen. Trois ans plus tard, presque jour pour jour, les autorités anglaises retournèrent leurs canons contre Ehelepola. Arrêté – avec plusieurs chefs locaux -, il fut emprisonné à Colombo jusqu’à 1825 et ils furent tous envoyés à Maurice ensuite. De toute la bande, seul Ehelepola était libre de se déplacer à son gré.
Lady Bartham, de qui on tient le témoignage historique de l’aventure d’Ehelepola dans notre île, à elle-même vécu six années à Maurice. Elle raconte donc que l’ancien Premier Adigar jouissait d’une vie agréable. L’officier britannique, le chef-surintendant des Kandyens, faisait de son mieux pour rendre plus heureuse la vie de ce vieux chef en exil. La fin tragique de sa famille avait suscité beaucoup de respect et de sympathie à Ehelepola de la part des Européens. A Maurice, il devint l’ami de beaucoup de familles anglaises et françaises. Selon Mrs Bartham, « il était reconnaissable à la ronde avec son chapeau plat couvert de mousseline blanche parfois orné d’or. Ses cheveux blanc s’enroulaient à l’arrière du cou donnant l’impression d’une boule de neige. Il portait la plupart du temps des habits en mousseline blanche. Au cou, il portait un collier fait de gros morceaux d’or de la taille d’un petit oeuf. Sa bague, en or, était sertie d’une grosse émeraude ».

Les dernières volontés du « Prince »
Ehelepola fut connu à Maurice sous le sobriquet du « Prince ». Comme il ne parlait pas anglais, le gouvernement colonial lui avait procuré un interprète en la personne d’un jeune homme dénommé Don Sebastien. Ce dernier « portait un veston style britannique en soie verte ou bleue, orné de dentelles d’or. A la hanche, il s’enveloppait d’un châle jusqu’aux genoux complété par des bas et des souliers à l’anglaise. Avec ses longs cheveux retenus par un peigne qui lui donnaient un visage efféminé, Don Sebastien, quand il se promenait en ville, se faisait taquiner par les Noirs qui le surnommèrent : « mi-homme mi-femme », lit-on dans l’ouvrage de Mrs Bartham.
Les familles anglaises de la colonie invitèrent souvent chez eux le vieux « prince aristocrate ». En retour, ce dernier les recevait chez lui « in the English style » sous la supervision de Don Sebastian.
L’ancien Premier Adigar de Kandy mourut à sa résidence de Moulin-à-Poudre, le 4 avril 1829, à 57 ans, un âge considéré avancé à l’époque. Souffrant de dysenterie, le médecin anglais Barry ne put rien faire pour le sauver. Le lendemain, selon les rites cinghalais, il fut incinéré dans le village de St.André. Il eut, néanmoins, le temps d’exprimer ses dernières volontés. D’abord que toutes les dépenses encourues pour ses funérailles fussent déduites de ses fonds. Il légua, ensuite, tout ses biens (terres, argent et bijoux) à ses serviteurs, une partie à Don Sebastian, une autre aux deux chefs kandyens qui étaient restés à son chevet et sa bague au Dr Barry.
Un monument commémoratif de son passage à Maurice fut érigé au Jardin national de Pamplemousses (aujourd’hui SSR National Garden). Son pays natal, le Ceylan, n’aura un autre Premier ministre que… 115 ans plus tard, après son indépendance en 1948. Ce fut le docteur Juluis Bandaranaiké, un militant dont la politique anti-coloniale ne fit pas non plus très plaisir aux Anglais. Mais, ça c’est une autre histoire…

Gona Soopramanien

Source utilisée : « Six years in Mauritius », par Lady Bartham

Référence: http://www.lemauricien.com/article/histoire-vie-et-mort-du-premier-ministre-cinghalais-ehelepola-maurice

PNQ at 75th Anniversary celebration of the Tamil League/Krish Ponnusamy C.S.K (Le Mauricien.com)

Born on the 27th Feb 1937 in Port-Louis, the Tamil League celebrated its 75th years of existence in its magnificent building at Martindale, Reduit on Saturday 17th March 2012.
The event was attended by the Prime Minister, the Leader of the Opposition, Ministers, the Indian High Commissioner, M.Ps and other dignitaries, members and staunch supporters of the League.
The President of the League Mr Naden Vydelingum recalled the route followed by the League from its early days in Port-Louis and its numerous achievements for community development. The values taught by our elders have stood the test of time. As one of the oldest Tamil socio-cultural institutions, the League has contributed marvellously to nation building. The glorious past should inspire the Youth and the Ladies Wings to redouble their efforts to take the League to greater heights, especially as the League is set on an international course, establishing working links with the Tamil Diaspora in many countries.
It is interesting to mention that thanks to Mr Armoogum Parsuramen, former Minister of Education, a memorandum of understanding was signed during the same week between the Tamil League and the Dubai Tamil Sangham, opening new vistas of cooperation and joint ventures.
All the speakers slated in the program warmly congratulated the League for its multifarious activities and realisations. Rolling the ball, the Indian High Commissioner, H.E. Mr T. P. Seetharam, made a brilliant speech on the enormous contribution of Tamil Culture to humanity and underlined the vibrancy of Tamil Language, one of the oldest on the planet. For his part, Minister Pillay Chedumbrum dwelled lengthily on the achievements of his Ministry in the field of Information and Communication Technology and the growing importance of ICT for our economy.
With his usual poise, the Leader of the Opposition, Hon P. R. Berenger evoked historical facts concerning the contribution of various past Tamil political leaders to the political and economic development of Mauritius. He specifically mentioned the names of Renganaden Seeneevassen, Sir Veerasamy Ringadoo. He also paid tribute to Anjalay and Permal Soobrayen.
However, he did not miss the opportunity to refer to the sad plight of our Tamil brothers and sisters in Sri Lanka in the aftermath of the civil war. He drew attention to the meeting of the UN Human Rights Council scheduled in Geneva on 23rd of March 2012. As the Prime Minister was present, he asked to be informed of the intentions of the Mauritius Government on the resolution spearheaded by the US,               severely condemning the Government of Sri Lanka for gross human rights abuses and also whether our representative in Geneva would take the floor during the debates. Interestingly, the request for information for the Leader of the Opposition, took the form of a PNQ.
Fortunately, the Speaker of the National Assembly was not among the guests as he would have disallowed the PNQ!
As a good democrat, the Prime Minister in his speech reassured the Leader of the Opposition and the whole gathering that he had instructed our mission in Geneva to vote in favour of the resolution. He could not say offhand whether our representative would make a speech. He then went through greater length, as if he was answering a PNQ in Parliament, on the role that he himself had played at a previous CHOGM meeting to deny Sri Lanka the opportunity of hosting the ensuring CHOGM meeting which was in fact held in Australia. The PNQ at the Tamil League will be considered as a memorable anniversary gift, especially as the resolution was passed, with India voting against Sri Lanka.
After the launching of a DVD on the Tamil League, a commemorative magazine, a book on past Tamil personalities and the award of medals to major sponsors, a cordial reception united the 400 guests in a mood of great satisfaction and pride.
Long Live the Tamil League.

source: http://www.lemauricien.com/article/pnq-75th-anniversary-celebration-tamil-league

L’île Maurice soutient les droits des minorités (Mauricien.com)

Article paru dans Le Mauricien | 27 March, 2012 – 02:00

 Le ministre des Affaires étrangères a affirmé qu’il faut s’assurer de l’exemple de Maurice comme mini Nations unies vers les pays, où les droits des minorités ne font pas partie de la Constitution. C’était jeudi à l’ouverture de la troisième édition du Mahatma Gandhi Institute–Model United Nations à Moka. Arvin Boolell s’est appesanti sur le rôle des délégués et la nécessité de se regrouper pour mieux faire entendre leur voix. Maurice, a-t-il ajouté, soutient fortement les minorités et la mise en place des propositions du rapport Learned Lessons and Reconciliation Commission de Sri Lanka.

« Mauritius is going to be fully supportive of the motion », affirme Arvin Boolell en référence à l’adoption des recommandations du rapport Learned Lessons and Reconciliation Commission de Sri Lanka. Le ministre des Affaires étrangères souligne que Maurice s’est déclarée dans ce sens aux Nations unies. La question, précise-t-il, a été soulevée à l’Assemblée des Nations unies et au conseil de sécurité et à celui des droits humains.
Le ministre des Affaires étrangères indique que l’Inde et les pays de l’Amérique latine soutiennent aussi la motion. Arvin Boolell affirme que c’est par respect aux droits de l’Homme que Maurice est venue de l’avant avec l’Equal Opportunities Act. Il a rappelé que la Constitution du pays protège les droits de tout un chacun, indépendamment de sa couleur de peau, de son appartenance ethnique ou religieuse.
Arvin Boolell a aussi évoqué les défis qui attendent les jeunes du Mahatma Gandhi Institute–Model United Nations en tant que délégués, dont la recherche continue du maintien de la paix, les solutions aux crises du pétrole, de la sécurité alimentaire, de l’élimination de la pauvreté… Le ministre des Affaires étrangères a souligné que Maurice fait notamment partie de la force responsable pour le maintien de la paix en Haïti.
Selon le ministre, les jeunes doivent lutter pour les droits des femmes et des enfants qui sont souvent bafoués et s’assurer que les traités dans ce sens sont respectés. En tant que petits pays insulaires, a poursuivi Arvin Boolell, il est important de se regrouper. Il a souligné la nécessité que le message atteigne les organisations régionales et les pays, et ce indépendamment des résolutions votées à l’Assemblée générale des Nations unies et que les pays respectifs votent des lois pour faire respecter ce qui est décidé.
« Qui dit diplomatie dit aussi compromis », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, soulignant que de nombreuses négociations se font dans les couloirs. Outre les aptitudes à pouvoir négocier, a ajouté Arvin Boolell, il convient d’être humble et ferme pour réussir. Il a rappelé que le Premier ministre Navin Ramgoolam avait parlé de l’importance de la réforme des organisations l’année dernière à l’Assemblée nationale des Nations unies. Le ministre a noté que l’Afrique l’aide pour avoir deux sièges permanents au Conseil de sécurité et cinq non permanents dans l’objectif d’une représentation juste des nations. « Mauritius supports India’s aspiration and Latin America’s quest for permanent representation in a reform security council. »
Arvin Boolell a aussi parlé du Sommet de Rio, où Maurice présentera sa stratégie de développement durable. Dans ce sillage et rappelant que la Journée internationale de l’eau est observée le 22 mars, il a affirmé que c’est une question qu’évoqueront certainement les jeunes.
Un des problèmes majeurs auquel font face les Petits états insulaires est la bonne gestion de l’eau. Le ministre des Affaires étrangères a loué le travail des jeunes délégués qui sont en Form I à IV. Ils ont été soutenus et formés par les plus âgés, dont la secrétaire générale Jehane Ackburally. Cette ancienne élève du collège MGI et son équipe ont tout organisé pour le bon déroulement de la conférence. Ils ont aussi participé à la formation des participants et à la levée des fonds pour concrétiser le projet.

source: http://www.lemauricien.com/article/droits-humains-maurice-soutient-les-droits-des-minorites

Jayasena and Rajakulendran: Heroes of a Lesser God/ Channa Wickremesekera (Groundviews)

Nous souhaitons signaler à nos lecteurs un article de Channa Wickremesekera publié par Groundviews.

Alors que les soldats sri lankais sont célébrés comme des héros depuis leur victoire finale sur les séparatistes du LTTE, l’auteur de l’article nous invite à nous interroger sur la notion d’héroisme et la célébration des faits d’armes des belligérants comme tel depuis 1987. Channa Wickremesekera préfère quant à elle mettre en lumière les actes de courage de simples citoyens comme Jayasena and Rajakulendran qui ont payé de leur vie le refus de la barbarie.

Le premier, Kuda Devage Jayasena, conducteur de bus cingalais a été abattu par les militaires sri lankais en 1984 à Mannar. Il a été tué pour s’être opposé à leur volonté d’exécuter les passagers tamouls en représailles aux attaques perpétrés par les séparatistes tamouls. Le second, Rajakulendran, est abattu entre Akkaraipattu and Potuvil lors de l’attaque d’un bus par le LTTE en 1992. Ce Tamoul refusa par solidarité avec les autres passagers (12 Musulmans et un Cingalais), de descendre du bus. Dans les deux cas, ce sont des actes de deux simples citoyens qui refusèrent la haine de l’autre et l’injustice. Tous deux périr pour leur conviction.

En rappelant ces deux histoires, l’auteur de l’article tient à rappeler le courage, la solidarité et l’humanité dont ont fait preuve de nombreux Sri lankais (aussi bien Tamouls, Cingalais, Musulmans) en tentant autant que possible de sauver leurs concitoyens sans tenir compte des origines ethniques. C’est la mémoire de ces « Héros » que Channa Wickremesekera demande de célébrer.

Voici le lien pour consulter l’article de Channa Wickremesekera

http://groundviews.org/2012/07/28/jayasena-and-rajakulendran-heroes-of-a-lesser-god/

 

L’histoire du cinéma sri lankais par Vilasnee Tampoe-Hautin en 2 volumes (L’Harmattan)

CINÉMA ET COLONIALISME : LA GENÈSE DU SEPTIÈME ART AU SRI LANKA (1896-1928)

Débutant par une analyse de sa période primitive et croisant les liens entre colonisation britannique, ethnicité et développement de « l’aventure cinématographique », cette étude invite à découvrir la naissance et l’évolution du cinéma au Sri Lanka de 1896 à 1966. Ce premier volume couvre la période de 1896 à 1928, interrogeant le rôle de la Grande-Bretagne et de l’Inde dans la mise en place de l’infrastructure cinématographique sri-lankaise, ainsi que les sources d’inspiration de ce cinéma

Réference: Vilasnee Tampoe-Hautin, 2011, Cinéma et colonialisme : naissance et développement du septième art au Sri Lanka: (1896-1928), Paris, L’Harmattan,

 

CINÉMA ET CONFLITS ETHNIQUES AU SRI LANKA : VERS UN CINÉMA CINGHALAIS « INDIGÈNE » (1928 à nos jours)

Ce second volume appréhende l’ethnicité sri-lankaise à travers le prisme du cinéma. Ayant été vécue comme une véritable domination, la participation des étrangers à la naissance du cinéma sri lankais devait inévitablement conduire à la revendication d’un cinéma « indigène ». Armé d’une grammaire novatrice puisée dans le néo-réalisme italien et le genre documentaire, le cinéma cinghalais naît au moment de l’indépendance politique du pays, en 1948.

Réference: Vilasnee Tampoe-Hautin, 2011, Cinéma et conflits ethniques au Sri Lanka : vers un cinéma cinghalais « indigène » (1928 à nos jours), Paris, L’Harmattan,

Sciences Po-CERI: ESA-« Midterm Conference of the Research Network 35 ‘Sociology of Migration » »

Les 3 et 4 septembre 2012, se tiendra au CERI à Paris  la « Midterm Conference » du réseau de recherche « Sociologie des Migrations » créé en 2010 au sein de l’Association européenne de Sociologie (ESA).
Plus de quarante papiers ont été sélectionnés pour être présentés sous la forme de 11 ateliers par des doctorants, post-doctorants, et jeunes chercheurs de 45 Universités qui traiteront du thème suivant :

« Gérer les migrations dans un monde de crise économique avec de nouveaux profils de migrants ».
Responsable scientifique : Catherine Wihtol de Wenden (CNRS/CERI-Sciences-Po), avec le concours d’Hélène Thiollet (Sciences-Po, associée au CERI)

Voir ESA Midterm conference of the research network 35 « Sociology of Migration »

Contact : mirjam.stroehle@univie..ac.at pour le programme complet

Lieu : CERI – 56 rue Jacob, 75006 Paris

14th Conference of the International Association for Studies in Forced Migration to be held in Kolkata

The 14th Conference of the International Association for Studies in Forced Migration (IASFM) will take place in Kolkata, India 6 – 9 January 2013 and will be hosted by the Mahanirban Calcutta Research Group. This is the first time that the conference is being hosted in South Asia. The topic of the conference is ”Contested Spaces and Cartographic Challenges”, and particular focus will be on – Borders and Displacement; – Geography and economies of Displacement; – Rights, Ethics, and Institutions. Alongside traditional panel presentations, the conference will include plenaries, round-table discussions, public dialogues, film shows and cultural events. While academic contributions will be at the heart of the conference, there will also be a strong presence of policy-makers and activists since the conference seeks to influence the relevant policy discussions and civil society interventions. Abstracts are to be submitted by 15 June 2012. Some financial assistance may be available to assist those who might be otherwise unable to attend the conference. Priority will be given to graduate students and individuals from the Global South. Read the full announcement.

Colombo conference on ICT for Emerging Regions

An International Conference on Advances in ICT for Emerging Regions (ICTer) will be held in Colombo, Sri Lanka, 12–15 December 2012. ICTer is the successor to the seminal International Information Technology Conference held in Sri Lanka since 1998, the IITC. It provides a platform where research done in ICT is presented by both local and foreign computer scientists and IT professionals. In order to get wider international participation and to promote computing research in the fast emerging regions of the world especially in Asia-Pacific, it was decided to broadbase the conference and links it with the related International Journal ICTer. The proceedings of ICTer2012 will be published in both book and online versions with an ISBN number and also in IEEE Explorer; Google Scholar. Selected papers will be invited for publication in the ICTer Journal. Papers and tutorial proposals are invited in the following five broad categories, but not limited to: Technology, Applications, Human Computer Interaction, Development Processes and Social, Legal and Ethical Issues.

source: http://www.icter.org/conference/

Umeå University co-organise workshop on Global Health in Colombo

The Department of Epidemiology and Global Health, Umeå University, Umeå Centre for Global Health Research, Sweden, and the International Center for Research and Development (ICRD), Sri Lanka, jointly organise an International Conference on Global Public Health (GPH 2012) in Colombo 3–4 December 2012. Scientists and experts in the field are invited to participate. The keynote speakers are Professor Peter Byass, Director of the Umeå Centre for Global Health Research, and Dr. Ananda P. Dasanayake, Professor of Epidemiology and Health Promotion, New York University College of Dentistry and School of Nursing. Deadline for submitting abstracts is 15th July. More information.

Singapore conference on Religion, Disaster Relief, and Reconstruction in Asia

A conference on ”Salvage and Salvation: Religion, Disaster Relief, and Reconstruction in Asia” will be held in Singapore 22–23 November 2012. It is organised by the Asia Research Institute, National University of Singapore, and focuses on the dynamics in play at the intersection of religion and disaster relief in Asia? Over the past few years, Asia has witnessed frequent massive and high profile disasters, notably the Indian Ocean tsunami (2004), the Kashmir earthquake (2005) – photo, Cyclone Nargis in Myanmar (2008), the Pakistan floods of 2010, and most recently the 2011 earthquake, tsunami, and nuclear disasters in northeast Japan. In the wake of these tragedies – and the numerous smaller-scale disasters that also afflict the region – religious organizations have played pivotal roles in disaster response initiatives. Millions of relief workers and billions of dollars in aid have been mobilized through their networks.
Abstracts should be submitted before 15 May 2012. More information.

International Research Conference on Humanities and Social Sciences at Sri Jayewardenapura University

The University of Sri Jayewardenepura in Nugegoda, Sri Lanka, organises its First International Research Conference on Humanities and Social Sciences (IRCHS) on 8–9 November 2012. The main theme is “Honouring the Past, Treasuring the Present, Navigating the Future: Making Knowledge to Deliver”. This is intended to be a premier forum for academics and professionals to share their research on various perspectives of Humanities and Social Sciences. The conference tries to identify the multiple dimensions associated with the advancement of humanities and social science related disciplines through past to present and to the future so that a proper appreciation of the past, evaluation of the present, and envisaging the future can be readily acknowledged. The proposed tracks/themes are a doorway to establish this vital link in order to survey the related disciplines with an open mind.
The conference is chaired by Professor Sunethra Thennakoon. Deadline for submitting abstracts is 30 April 2012.
More information.

Conference on « Textile Trades and Consumption in the Indian Ocean World, from Early Times to the Present” in Montreal

An International conference on ”Textile Trades and Consumption in the Indian Ocean World, from Early Times to the Present” will be held in Montreal, Canada, 2–4 November 2012. It is organised by the Indian Ocean World Centre (IOWC) at McGill University. This multi-disciplinary international conference aims to bring together scholars from across the humanities and social sciences to share findings, methodologies and theoretical perspectives on cloth’s critical role in driving exchanges in the Indian Ocean World from early times to the present day. More information.

Kolkata symposium on South Asian Cities under Siege

The Centre for Built Environment (CBE) in Kolkata, India, organises an International Symposium on ”Cities under Change” on 17–19 October 2012. The focus will be on South Asian Cities and/or a comparative presentation of European Cities. Separate sessions will also be held on Global Cities Forum, Urban Research Forum and Youth Urban Forum. The symposium is convened by Mr. Partha Ranjan Das, CBE Vice President, and coordinated by Ms. Sonia Gupta, CBE Secretary General. More information about CBE in a 2005 SASNET report.
Full information about the October 2012 symposium.

Lund University Development Research Day 2012 at LUCSUS

Lund University Development Research Day 2012 will be held on Tuesday 16 October 2012. The theme will be ”Development and Climate”. The Development Research Day is an annual event intended to bring together those interested in development issues from a wide variety of disciplines. This year it is hosted by LUCSUS (Lund University Centre for Sustainability Studies). Senior researchers, post-docs, PhD students, and graduate students are all encouraged to present their research that does not need to be climate specific; anyone working with development issues is welcome. Twenty minutes in total will be devoted to each participant for presentation, discussion, and feedback.
It is a full day programme with a morning of keynote speakers focusing on the Development and Climate theme.  The afternoon will highlight the variety of development research at Lund University through parallel sessions with short presentations and a poster exhibition. If you would like to participate email LUCSUS at drd2012@lucsus.lu.se, informing about the title of your research and whether you would like to do a presentation or a poster.
More information and the programme will be sent out and available in late August.