41st Annual Madison Conference on South Asia

The 41st Annual Madison Conference on South Asia will be held 11–14 October 2012. The conference, that is sponsored by the Center for South Asia at the University of Wisconsin-Madison, attracts over 650 scholars and specialists on South Asia, who travel from countries all over the world and much of the United States. It is a great venue for intellectual, professional, and social exchange. Panels, roundtables, and individual papers on all topics pertaining to South Asian studies are welcome. Registration and proposal submission forms (single papers, panels, roundtables, preconferences) are available on line. Registration as a non-presenting participant at the Conference is open to the general public. The conference features nearly 100 academic panels and roundtables, as well as association meetings and special events ranging from performances to film screenings. This year a plenary session will be organized around the theme of ”Corruption and Culture.” Panels that similarly address questions of corruption and its cultural manifestations and understandings from a variety of disciplinary and evidentiary perspectives are especially welcome. Venue: Madison Concourse Hotel, 1 West Dayton St., Madison, Wisconsin, USA. More information.

Singapore workshop on South Asian Diaspora Engagement in South Asia

An international workshop on ”Diaspora and development – South Asian Diaspora Engagement in South Asia” will be held in Singapore 25–26 September 2012. It is being organised by the Institute of South Asian Studies (ISAS), part of the National University of Singapore. The workshop will explore the various forms and fields of diaspora engagement that include entrepreneurship, philanthropy, international relations, portfolio investment, remittances, advocacy, peacebuilding, trade such as in ethnic goods, political engagement, socio-cultural linkages and religious or spiritual movements, amongst many other categories  that all have potential for advancing growth in South Asia. Some of the specific questions that the workshop will adress are – what is the relationship between diaspora engagement and development; what is the structure of diaspora engagement in South Asia?; – What are the existing diaspora engagement policies in South Asian countries individually and how could they be regionally integrated?, and more. The workshop targets empirically based papers involving South Asian countries (i.e. Afghanistan, Bangladesh, Bhutan, India, Maldives, Nepal, Pakistan and Sri Lanka) and South Asian diaspora members/communities/groups living and working across the globe. Deadline to submit abstracts was 15 February 2012, while full papers should be submitted by 1 August 2012. Full information.

Dallas conference on Muslim Cultures of South Asia

The South Asia Research and Information Institute (SARII) in Dallas, Texas, USA, organizes a one-day conference on ”Cities, Courts, and Saints: Muslim Cultures of South Asia” on Saturday 22 September 2012, 09.00–17.00. The conference is co-organised by the The Asian Studies Program at Southern Methodist University, also in Dallas. Venue for the  conference: McCord Auditorium, Dallas Hall, Southern Methodist University. his conference brings together the leading historians of South Asia and specialists of Indo-Muslim cultures, and presents new research on the way Islam spread across and became part of the Indian subcontinent. Since the arrival of Islam in South Asia, Muslim communities thrived in cities, giving them a unique shape with new forms of courtly and spiritual life. A key aspect of Indo-Muslim culture was, and remains, the popularity of Sufi saints and their shrines. The papers presented by for example Richard M Eaton and Barbara Metcalfe focus on the entire range of Indo-Muslim history, from the medieval era to modern times, to shed new light on forms of social etiquette, literature, music, and architecture. More information.

4th Annual Copenhagen South Asia Workshop

The 4th Annual Copenhagen South Asia Workshop (CSAW) will be held at the University of Copenhagen on Monday 17 September 2012, 09.30–17.30. The theme for the 2012 CSAW workshop will be ”Worlds of South Asia”. Papers are now invited. The aim is to showcase the wide variety of worlds – social, political, cultural, financial, developmental, historical, mythical, regional and/or global assemblages – that make the idea of South Asia. The workshop welcomes ongoing scholarly projects on any South Asian locality – both within the region as well as in transnational sites – and themes pertaining to the region’s history, culture, society and politics.
The workshop will have two speakers Thomas Blom Hansen, Stanford University and Faisal Devji, University of Oxford who will give keynote lectures on their most recent works. The workshop is jointly organised by the Centre of Global South Asian Studies, the Department of Cross-cultural and Regional Studies, and the Asian Dynamics Initiative, University of Copenhagen. The workshop does not offer any travel grants. Deadline for paper proposals was 5 June 2012.

Ananda Coomaraswamy Memorial Conference on Asian Art and Culture

The Centre for Asian Studies at University of Kelaniya, Sri Lanka, organises the Ananda Coomaraswamy Memorial Conference on Asian Art and Culture on 8–10 September 2012. The conference coincides with the 135th birth anniversary and 65th death anniversary of Ananda Coomaraswamy, renowned Ceylonese philosopher and metaphysician, as well as a pioneering historian and philosopher of Indian art (particularly art history and symbolism). He was an early interpreter of Indian culture to the West.
Deadline for submitting abstracts is 15 June 2012. In addition to the conference proceedings, the organisers plan to launch a commemoration volume on Ananda Coomaraswamy. Particiants interested in having their papers published in this volume, should announce this by 15 July 2012.

Full information about the conference.

SAARC conference on Archaeology of Buddhism in South Asia

The SAARC International Seminar on ‘Archaeology of Buddhism: Recent Discoveries in South Asia‘ will be held in Colombo, Sri Lanka, 22–24 August 2012. It is supposed to focus on Buddhist sites and remains that have been worked up during the last six decades or so. It would include both kinds of papers – straightforward ones that just report archaeological finds; but will also have a second part to it that interrogates the methodological/ theoretical frameworks within which archaeological work is carried out. Venue: Buddhist Cultural Centre, Colombo.
The SAARC Cultural Centre invites all the Member States to send a minimum of four nominations (maximum 10 persons can be nominated by a member State) from amongst the experts and academicians of their country. The SAARC Cultural Centre would also accept the participation of other experts from the region (other than the nominees of the respective SAARC Member States) as well as from those residing outside the SAARC Region provided they are able to meet their travel and accommodation expenses to attend the Conference. The last date for sending the nominations was 10 June 2012.

Ninth International workshop on Tamil Epigraphy in Puducherry

The ninth International workshop on Tamil Epigraphy will be held 6–17 August 2012. Please note that the workshop will be held in Pondicherry and in Tanjavur in Tamil Nadu, India. It is coordinated by Dr. Appasamy Murugaiyan from the research group Iranian and Indian Worlds at Ecole Pratique des Hautes Études (EPHE), University of Paris 3 (Sorbonne Nouvelle); and Dr. K. Rajan, Pondicherry University, India. No registration fees are required, but each participant has to bear the cost of practical works and travelling to different sites. The workshop will be held from Monday till Friday, morning 9.30 a.m. to 12.30 p.m. (lunch break) afternoon 2.00 to 4.00 p.m. The participants have to arrange themselves their travel. This special program, part of the regular seminar, is organised as requested by many researchers on humanities working on Tamil in different countries.

L’invention du vêtement national au Sri Lanka: habiller le corps colonisé, par Nira Wickramasinghe

Présentation de l’éditeur

L’habillement est un produit social. Si dans toutes les cultures, hommes et femmes montrent une immense créativité à parer leur corps de vêtements et de bijoux, cela est encore plus vrai pour les cultures non occidentales. Le corps devient ainsi le porteur de signes culturels. La parure est un mode de communication non verbale, un système de significations. Dans cet ouvrage, l’auteur, Nira Wickramasinghe, étudie tout particulièrement les significations politiques, économiques et populaires assignées à l’habillement et aux vêtements dans les contextes coloniaux. Si elle prend comme étude de cas l’invention du vêtement national à Ceylan pendant la colonisation anglaise, au XIXe et au XXe siècle, elle étend son analyse à ce qui a eu lieu en Inde ainsi qu’en Afrique, à la même période. Elle montre comment se sont construites l'” identité ” et l'” authenticité ” avec la création des costumes officiels par le gouvernement colonial. Convaincue que le corps colonisé est à son summum de revendication au moment de l’indépendance, elle examine les liens existant entre cette période au Sri Lanka et le passé colonial, ainsi que la signification des commémorations qui se sont exprimées au Jour de l’indépendance. Elle étudie les changements au niveau matériel dans la production et la consommation du vêtement, avec, notamment, l’invention et l’introduction de la machine à coudre. Enfin, elle recrée la vie d’un homme, à travers trois photographies saisies à trois périodes différentes de sa carrière, et ce que les vêtements qu’ils portent révèlent de son histoire et de sa société.

Biographie de l’auteur

Nira Wickramasinghe est professeur d’histoire à l’Université de Colombo. Elle a grandi à Paris, étudié à la Sorbonne, puis à Oxford où elle a obtenu un doctorat d’histoire. Elle a poursuivi ses recherches à l’Ecole des hautes études de Paris, à la Banque mondiale et à l’Université de New York. Actuellement, elle travaille sur les rebellions du XVIIIe siècle au Sri Lanka. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages sur les politiques de l’identité à la fin de la colonisation britannique, le nationalisme et le transnationalisme. Son dernier ouvrage est intitulé Sri Lanka in the Modern Age. A history of contested identities, Londres, Hurst et University of Hawaii Press, 2006.

 

Référence: Wickramasinghe N., 2006, L’invention du vêtement national au Sri Lanka: habiller le corps colonisé, Paris, Karthala/ Collection Histoire des Sud, p.138

Appel à contribution pour le sixième numéro des Carnets de géographes: APPROCHES SPATIALES DES FAITS RELIGIEUX

APPROCHES SPATIALES DES FAITS RELIGIEUX

«Ainsi la Géographie humaine (…) doit rendre compte de la part de ce labeur qui est marquée du signe religieux; il y a donc nécessairement une section de la Géographie humaine qui s’appellera Géographie des Religions. » (Pierrre Deffontaines, 1948, Géographie et religions, Paris, Gallimard, p. 8)

 

Ce sixième numéro des Carnets de Géographes propose d’interroger les dimensions spatiales des faits religieux contemporains. Si l’intérêt de la géographie pour les manifestations de la vie religieuse est ancien (Deffontaines, 1948; de Planhol, 1957), la recherche récente, notamment en France, ne s’y est intéressée que ponctuellement, à l’occasion du festival de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges en 2002, dans de trop rares dossiers de revues (Annales de Géographie, Nº 588, 1996; Géographie et Cultures, Nº 42, 2002; Hérodote, Nº 119, 2005), ou encore dans des recherches isolées. Le constat de ce désintérêt contraste avec l’ampleur des débats médiatiques passionnels suscités par les phénomènes religieux.

Ce numéro des Carnets souhaite ainsi explorer les dimensions spatiales des faits religieux, à des échelles multiples, à l’instar du nombre croissant de travaux de recherche conduits dans le monde anglophone (Kong, 2010). Nous préférerons parler d’ « approches spatiales » plutôt que de « géographie des faits religieux » dans la mesure où les sciences connexes de la géographie – en particulier la sociologie et l’anthropologie – proposent régulièrement des travaux originaux, enrichissant considérablement la réflexion des géographes. Par ailleurs, si Pierre Deffontaines, qui privilégiait une approche du religieux par le biais des grandes institutions, pouvait parler de « géographie des religions », la pulvérisation et l’émiettement du marché des biens du salut (Bastian, 2007), de même que l’affirmation de « religiosités séculières » (Piette, 1993) invite à parler de « faits religieux » afin de tenir compte de toute la complexité et de la diversité du paysage religieux. Une telle expression permet « d’entrer dans l’intelligibilité des phénomènes religieux en étant attentif aussi bien à leurs dimensions de faits collectifs et matériels qu’à leurs dimensions de faits symboliques et sensibles » (Willaime, 2010 : 367).

Ce dossier devra être l’occasion de faire état des nouvelles approches spatiales des faits religieux, de l’appropriation possible des travaux d’expression non-française, ainsi que de l’émergence de nouveaux objets dont les approches spatiales peuvent se saisir. Les travaux sur les dimensions spatiales des faits religieux se déploient dans des directions multiples et il paraît difficile de faire état de l’ensemble des thématiques.
Nous proposons cependant trois axes structurants qui sont autant de jalons pour de potentiels articles :

Le rôle des faits religieux dans l’aménagement et la morphologie de l’espace. Cet axe valorise une approche culturelle et sociale qui montre comment la puissance normative des contenus religieux se traduit par des ordonnancements spécifiques des lieux et des temporalités des sociétés. Ces ordonnancements sont susceptibles de fonctionner à des échelles multiples, de l’international au micro-local.

Les relations dialectiques entretenues entre le processus de mondialisation et les faits religieux. Nous parlons de relations dialectiques au sens où des institutions religieuses ont favorisé la mise en place d’un « système-monde » – le Catholicisme en constitue l’exemple idéal-typique – et plusieurs aspects de la mondialisation – les nouvelles technologies de l’information et de la communication et les migrations internationales notamment – favorisent la diffusion, la circulation, les échanges et les mélanges des contenus religieux, formant des communautés religieuses transnationales. Ce couple mondialisation/faits religieux doit donc s’appréhender aux échelles aussi bien globale (logique de diffusion, de transnationalisation, effets de répartition, confrontations géopolitiques) que locale (logique par laquelle des recompositions locales sont le fait de dynamiques mondiales). On pourra s’interroger sur la place de la nation dans cette articulation du local au global : si cette échelle est souvent évacuée, il semble pourtant que les appartenances nationales puissent jouer un rôle dans la transnationalisation des pratiques religieuses, et restent présentes dans les représentations qu’ont les acteurs de ces pratiques (Bava et Capone, 2010). On s’intéressera enfin à l’émergence de « logiques duales » qui accompagnent le processus de mondialisation (homogénéisation vs fragmentation des systèmes religieux et des pratiques, transnationalisme vs particularisme local…) ainsi qu’aux formes hybrides qui se développent au sein de certaines religions transnationales (Bava et Capone, 2010; Beyer, 2005; Mary, 2001).

Les nouvelles spatialités des faits religieux et leurs enjeux sociaux dans les villes du Nord et du Sud. Ce troisième axe doit permettre de rendre compte des situations de cohabitation des systèmes religieux dans des espaces communs et des nouvelles spatialités des faits religieux dans un contexte de diversification de l’offre religieuse et de sécularisation des sociétés (Wilford, 2010). Dans certains pays du Nord, on assiste à une remise en cause de la légitimité des signes religieux dans les espaces urbains, qu’ils s’agissent de lieux ou de vêtements, par des débats intenses sur la « juste place » accordée aux groupes religieux minoritaires (Hancock, 2009), ainsi que par des phénomènes de recompositions au sein des institutions religieuses établies (Bonneville, 2001). Dans les villes du Nord comme du Sud, les dynamiques religieuses viennent témoigner du rôle de la religion dans l’insertion des nouveaux arrivants et des fonctions nouvelles qu’elle occupe dans la vie urbaine (Fancello, 2009, Fath 2010).
Les textes, rédigés en français ou en anglais, peuvent être proposés dans plusieurs rubriques de la Revue :

Carnets de recherches : les articles (30 à 50 000 signes) porteront sur des recherches réalisées ou en cours qui enrichissent les approches spatiales des faits religieux sur les plans théorique et empirique.

Carnets de terrain : les contributions, plus courtes (5 000 à 20 000 signes), seront l’occasion de revenir sur un thème classique des sciences sociales des religions, celui du rapport au terrain et des conditions de possibilité d’une approche scientifique des faits religieux (Barker, 1995). L’accent pourra être mis sur les difficultés de la recherche et les stratégies déployées pour les pallier.

Carnets de lectures : des textes courts (10 000 signes) qui éclaireront aussi bien des travaux pionniers et fondateurs que des approches contemporaines dans les approches spatiales des faits religieux. Les textes pourront porter sur des travaux relevant de la discipline géographique ainsi que de disciplines connexes comme la sociologie, l’anthropologie ou l’histoire.

Par ailleurs, ce numéro pourra comporter, dans chacune des rubriques, un certain nombre d’articles dans la ligne éditoriale de la revue hors du thème de cet appel à contribution.

Mise en page de la bibliographie

 

Pour les articles du dossier thématique comme pour les articles varia, les auteurs se référeront au modèle de mise en page bibliographique proposé ci-dessous :
Pour les articles scientifiques :
Levy J. (2008) « La géographie culturelle a-t-elle un sens ? », Annales de géographie, 2008/2, pp. 27-46

Pour les ouvrages :
Lussault M. (2007) L’homme spatial, Paris, Editions du Seuil, 364p.

Les extraits d’ouvrages :
Harvey D. (1995) « The Environment of Justice », in Merrifield A., Swyngedouw E. The Urbanization of Injustice, London, Lawrence & Wishart, pp. 65-99

 

Coordinateurs du numéro

Frédéric Dejean, CEETUM – Université de Montréal
Lucine Endelstein, CNRS, LISST, Université Toulouse 2

 

Processus d’évaluation et calendrier

Les articles, accompagnés d’une présentation succincte de l’auteur (mentionnant l’institution de rattachement, le statut, ainsi que les publications et/ou communications récentes) sont attendus pour le 15 novembres 2012 et doivent être envoyés à l’adresse suivante: lescarnetsdegéographes@gmail.com

La publication du numéro est prévue en mai 2013. Les articles seront relus par deux évaluateurs anonymes, qui sont membres des comités des Carnets de géographes ou extérieurs. Les articles doivent respecter les formats de la revue, consultables à l’adresse suivante:

http://www.carnetsdegeographes.org/soumettre_article.php
Bibliographie
BARKER Eieleen, 1995, « The Scientific Study of Religion? You must be joking! », Journal for the Scientific Study of Religion, Vol. 34, Num. 3, p. 287-310.
BASTIAN Jean-Pierre (éd.), 2007, Pluralisation Religieuse et Logique de Marché, Bern, Peter Lang.
BAVA Sophie et CAPONE Stefania, 2010, « Religions transnationales et migrations : regards croisés sur un champ en mouvement». Autrepart, Num. 56, p. 3-16.
BEYER Peter, 2005, « Au croisement de l’identité et de la différence: les syncrétismes culturo-religieux dans le contexte de la mondialisation ». Social Compass, Num. 52(4), p. 417-429.
BONNEVILLE Marc, 2001, « Les paroisses entre ancienne et nouvelle figures de la proximité », Les Annales de la recherche urbaine, Num. 90, p. 190-198.
DEFFONTAINES Pierre, 1948, Géographie et religions, Paris : Gallimard.
FANCELLO Sandra, 2009, « du village au temple : les assemblées pentecôtistes comme espaces de sociabilité urbaine en Afrique, in Lieux de sociabilité urbaine en Afrique, FOURCHARD Laurent, Odile GOERG et Muriel GOMEZ-PEREZ, Paris: L’Harmattan, p. 357-380.
FATH Sebastien, 2010, « La gestion du stigmate, entre local et global : trois mega-churches afro-caribéennes à Paris. » in ENDELSTEIN Lucine, FATH Sébastien et MATHIEU Séverine, Dieu change en ville. Religion, Espace et immigration, Paris : L’Harmattan, p. 115-135.
HANCOCK Claire, 2009, « La justice au risque de la différence: faire une ´juste place à l’Autre », Annales de géographie, Num. 665-666, Vo. 1-2, p. 61-75.
KONG Lily, 2010, « Global shifts, theoretical shifts: changing geographies of religion», Progress in Human Geography, Vol. 34, Num. 6, p. 755-776.
MARY André, 2001, «Globalisation des pentecôtismes et hybridité du Christianisme africain», in BASTIAN Jean-Pierre, CHAMPION Françoise et ROUSSELET Kathy, La globalisation du religieux, Paris : L’Harmattan, p. 153-168.
PIETTE Albert, 1993, Les religiosités séculières, Paris : Presses Universitaires de France. de Planhol Xavier, 1957, Le monde islamique, essai de géographie religieuse, Paris : Presses Universitaires de France.
WILFORD, Justin, 2010, « Sacred archipelagos: geographies of secularization», Progress in Human Geography, Vol. 34, Num. 3, p. 329-348.
WILLAIME Jean-Paul, 2010, « faits religieux », in AZRIA Régine et Danièle Hervieu-Léger, Dictionnaire des faits religieux, Paris : Presses Universitaires de France, p. 361-367.

call for peer reviewers from the International and Foreign Language Office of the US Department of Education

The International and Foreign Language Education office (IFLE) of the U.S. Department of Education administers a variety of international education programs. IFLE continually seeks qualified individuals, in particular language and area studies specialists, to serve as readers for grant competitions.

 Readers participate in a panel review of applications, and are provided with modest compensation. Most reviews are conducted electronically, via the Department’s G5 system, and travel will not be necessary. In cases where travel is necessary, readers are provided with roundtrip travel, hotel room, and meal allowances. The review process involves orientation, reading of applications, and regularly scheduled discussions with other panelists. Scores are based on pre-determined selection criteria for each program. Panel reviews normally last one to two weeks.

If you are interested in being considered for this opportunity, and feel that you have the appropriate qualifications, please submit an online application at http://opeweb.ed.gov/frs/index.cfm and click on the link for the FRS Registration Page.

Once online, you will be asked to submit your application, including your resume/CV and provide background information outlining your expertise and background. You will also be able to indicate which IFLE programs you are interested in being considered for. Your application to become a field reader will be reviewed by OPE staff to determine whether you have the subject area expertise and appropriate background needed for upcoming competitions.

 

Programs include:

            Fulbright-Hays Programs:

Doctoral Dissertation Research Abroad (DDRA)

Faculty Research Abroad (FRA)

Group Projects Abroad (GPA)

Seminars Abroad (SA)

 

Title VI of the Higher Education Act Programs:

-American Overseas Research Centers (AORC)

Business and International Education (BIE)

Centers for International Business Education (CIBE)

Foreign Language and Area Studies Fellowships (FLAS)

Institute for International Public Policy (IIPP)

International Research and Studies (IRS)

-Language Resource Centers (LRC)

National Resource Centers (NRC)

Technological Innovation and Cooperation for Foreign Information Access (TICFIA)

Undergraduate International Studies and Foreign Language (UISFL)

 

To learn more about IFLE Programs, please visit our web site at www.ed.gov/ope/iegps

Danse bharata natyam par Rama Vaidyanathan, Vendredi 16 et samedi 17 septembre à 20h30 à l’auditorium du musée Guimet

Rama Vaidyanathan fera une représentation de danse bharata natyam le vendredi 16 et samedi 17 septembre à 20h30 à l’auditorium du musée Guimet. Elle sera accompagnée par K. Sivakumar (nattuvangam), Indu Nair (chant), Arun Kumar (mridangam) et Viju Sivanand (violon)

Nous republions ici la présentation de l’évènement faite par le site Namhao (http://namhao.com/default.aspx)

Formée par la danseuse classique Yamini Krishnamurty et par l’éminent gourou Saroja Vaidyanathan, Rama Vaidyanathan est devenue une des danseuses classiques les plus talentueuses et les plus célèbres en Inde.
Ceux qui l’ont vu danser ont été frappés par son approche unique et novatrice de la danse. Rama sait allier traditions et principes fondamentaux du bharata natyam à son propre style moderne, engagé et imprégné de spiritualité.
En 20 ans de carrière, Rama a en effet insufflé une très grande dimension spirituelle à ses chorégraphies et son interprétation, empreinte de dévotion, ne laisse jamais indifférents les spectateurs.
Pour Rama Vaidyanathan, danser est plus qu’un métier. C’est à la fois une recherche intérieure, un moyen de trouver une certaine vérité mais aussi de soulever de vraies questions, celles qui préoccupent l’humanité. Rama, à travers le bharata natyam, est artiste, citoyenne et militante pour une paix mondiale.

“Le grand peintre Maharaja Ravi Varma a dû avoir en tête quelqu’un ressemblant à Rama Vaidyanathan quand il a peint le portrait de Shakuntala. Je n’exagère pas… Elle est une artiste créative, sans cesse explorant de nouvelles vues dans la chorégraphie.” The Statesman, Shri P.V. Subramaniam (Subudu)

“Rama doit être classée parmi les cinq talents les plus notables de la fin du siècle. Son intensité foudroie littéralement le spectateur.” The Hindustan Times, Shanta Serbjeet Singh

Lieu

auditorium du musée Guimet
6 place d’Iéna 75116
Paris (Paris, France)

Prix des places
: 17 et 12 €

Renseignements-réservations :
auditorium@guimet.fr
01 40 73 88 18

“Kaffirs: the Sri Lankan African descendants” by Delon Madavan

The Kaffirs,  Sri Lankan African descendants, were brought to Sri Lanka by the Portuguese, Dutch and British, as a part of the naval force and for domestic work. Portuguese seafarers carried the first kaffirs to what was then Ceylon in the 1500s, most likely from Mozambique. Later, British colonists brought others to fight against Ceylonese armies in “kaffir regiments.”

Kaffirs are very similar to the African populations in Iraq, Iran and Kuwait, and known in Pakistan as Sheedis and India as Siddis. The Siddis, Sheedis and Kaffirs don’t know about each other, and only a few of their educated countrymen know who they are or where they came from. But even in a part of the world where most people have dark skin, these South Asian Africans stand out.

In addition to physical features — some Sri Lankan kaffirs wear braids or Afro hairstyles and have retained remnants of their African heritage in dance, music  & speech. In Sri Lanka, the several hundred kaffirs live among the palm trees around Puttalam on the northwest coast and near the eastern city of Batticaloa. Most of them are Catholics (“kaffir” is an Arabic word that denotes someone who is not a Muslim).

The Kaffirs are mainly chena cultivators but a few have found employment in the Puttalam Salt Pans, the Puttalam hospital and in local government offices as peons and labourers. Although they have withstood cultural pressures from the other ethnic groups for a long period, they are now blending into multiethnic Sri Lanka due to cross-cultural marriages. Not surprisingly, there was intermarriage between the Portuguese Burghers and Kaffirs who belonged to the same culture set ; they spoke Sri Lanka Portuguese Creole and were Roman Catholics.

There seems to be only a few thousand of these Kaffirs in Sri Lanka but they represent the descendants of enslaved Africans brought to the island within the past several hundred years. These Blacks have distinct recollections of Africa.

An insightful video ‘Kaffir culture, written and produced by Kannan Arunasalam, portraits one of such community of Kaffirs and their struggle to keep their culture alive in the face of falling numbers.

http://vimeo.com/7234191

 

source: http://www.lankalibrary.com/cul/kaffirs.htm and

Interview de Chandrika Bandaranaike Kumaratunga accordée au site en ligne Groundviews

Vous trouverez ci joint le lien pour écouter l’interview de l’ancienne Présidente de Sri Lanka Chandrika Bandaranaike Kumaratunga accordée  à Groundviews le 26 juillet 2012 à Colombo. L’ancienne chef de l’État évoque notamment les problèmes politiques et de gouvernance que connait le pays. De nombreux sujets comme les réformes constitutionnelles, la question du sort de la minorité tamoule dans le contexte d’après guerre ou encore celle des accusations de crimes de guerre auxquels fait fasse l’actuel Président Rajapaksa… 

http://groundviews.org/2012/07/26/interview-with-chandrika-bandaranaike-kumaratunga-governance-and-politics-today-future-plans-and-prospects/ 

Politique et religions en Asie du Sud : Le sécularisme dans tous ses états ?, Christophe Jaffrelot & Aminah Mohammad Arif (eds.)

Rares sont les ouvrages dévolus au lien entre le politique et le religieux qui comparent les différentes communautés religieuses et les différents pays d’Asie du Sud. Historiens, sociologues, anthropologues et politologues comblent ce fossé en étudiant l’importante sécularisation des institutions.
Ce numéro de « Purushartha » s’attache à comparer les relations qu’entretiennent politique et religion(s) en Asie du Sud . Le sujet, tel qu’ il est abordé, revêt un intérêt particulier pour trois raisons principales. Premièrement, il traite d’une région où le processus de sécularisation n’a pas eu la même ampleur qu’en Occident.
Deuxièmement, la zone abrite toutes les grandes religions du monde et permet donc de tester la part des variations revenant à la culture. L’islam domine dans trois pays (Pakistan, Bangladesh et Afghanistan), l’hindouisme dans deux autres (Inde et Népal) tandis que le bouddhisme joue un rôle prépondérant à Sri Lanka et important au Népal et en Inde. Quant à la minorité chrétienne, elle est présente presque partout.
Enfin, la diversité des trajectoires suivies par les régimes sud-asiatiques dans leur rapport à la religion offre une large palette à la comparaison.
Pour plus d’information nous vous invitons à lire la revu de l’ouvrage faite par Tirthankar Chanda sur le site de RFI
Référence: Christophe Jaffrelot, Aminah Mohammad-Arif (dir.), Politique et religions en Asie du Sud. Le sécularisme dans tous ses états ?, Paris, EHESS, coll. « Purusartha », 2012, 381 p., ISBN : 978-2-7132-2323-5.

Sumitra Peries : Sri Lankan Filmmaker, Poetess of Sinhala Cinema, écrit par Mme Vilasnee Tampoe-Hautin

Cet ouvrage retrace la carrière de Sumitra Gunawardena-Peries, première réalisatrice sri lankaise de renommée nationale et internationale à avoir également occupé les fonctions d’Ambassadeur de Sri Lanka en France de 1995 à 1998.

La biographie de Mme Peries souligne les liens entre son travail et les mouvements socio-économiques, politiques et culturels qui ont marqué les années 1950 à 1970, de la période de formation du cinéma cinghalais jusqu’à l’émergence d’une industrie cinématographique sri lankaise qu’elle a assurément influencé.

Ce livre représente une formidable opportunité pour les étudiants, spécialistes et pour tout lecteur curieux de découvrir un important chapitre de l’histoire du cinéma cinghalais à travers la carrière de celle qui, après une formation cinématographique au sein de prestigieuses écoles de France et de Grande-Bretagne, a largement contribué au développement du cinéma, tant à Sri Lanka qu’à l’étranger. Les films de Sumitra Peries, primés en de nombreuses occasions aux festivals de Carthage, Cannes, Londres, Acapulco, New Delhi et Fukuoka font désormais partie des grands classiques du cinéma cinghalais.

L’auteur, Mme Vilasnee Tampoe-Hautin, est Maître de Conférences à l’Université de La Réunion, où elle a obtenu son doctorat portant sur le cinéma sri lankais. Son intérêt pour la discipline lui vient de son père, Robin Tampoe et de son grand-père, W.M.S. Tampoe, tous deux pionniers du cinéma cinghalais. Mme Tampoe-Hautin est également l’auteur de Last of the Big Ones, une biographie de son père publiée en 2008, et a par ailleurs écrit de nombreux articles publiés en France et aux Etats-Unis sur le cinéma cinghalais.

Reference: V.Tampoe-Hautin, Sumitra Peries: Sri Lankan Filmmaker, Poetess of Sinhala Cinema, Aitken Spence : Colombo, 2011, 250p, 72 illust, ISBN : 978-955-51177-2-2. Hard cover/dust jacket/hand bound.