Clearing up inconvenient Hindus and laundrymen in Colombo (Groundviews)

A recent short-form video (in Sinhala) produced by Vikalpacaptured, for the first time, the voices of these laundrymen speaking about their lives, families, work, memories and experiences. Vikalpa‘s video and accompanying photos highlight the extreme hardship of lives so easily erased, trammelled and forgotten – now being moved en masse because, post-war, there are too many SUV’s coming to see Sri Lanka’s President.

Via http://groundviews.org/2013/07/02/clearing-up-inconvenient-hindus-and-laundrymen-in-colombo/

sources: Groundviews and youtube

« Oral History in South Asia: practices, uses and possibilities », International Workshop at Royal Holloway, University of London, 5th and 6th July 2013.

This workshop brings together scholars and oral history activists from Pakistan, Nepal, India and the UK to debate the future of oral history in South Asia. We are broadly interested in four questions:

1) What can oral history contribute to historical research in South Asia and how does it fit in with documentary evidence?

2) Does the South Asian context require a particular oral history methodology, and if so, how can it be developed further and how can it be taught?

3) What are the political uses of oral history in the South Asian context? How do they contribute to community empowerment, to participation in – or challenge to – established nationalist paradigms?

4) How can oral history practice be effectively shared across South Asia and between the UK and South Asia? How can research material be made accessible and archived?

This workshop is part of a British Academy Mobility Grant linking Royal Holloway, University of London, and Government College University, Lahore. It is our long-term aim to institutionalize this collaboration and to widen it to include additional partners across the region.

For further information please contact

Dr. Markus Daechsel, Senior Lecturer in Muslim Societies
Royal Holloway, University of London,
markus.daechsel@rhul.ac.uk.

« Dictionnaire insolite de Sri Lanka » par A. Goreau-Ponceaud et D. Madavan

COUV SRI LANKA

 « Située à proximité du Paradis sur de nombreuses mappemondes médiévales, sujet de nombreux récits au sein de l’ensemble des civilisations, Sri Lanka a su les confronter pour en faire le secret de son attraction qui réside dans la marquetterie complexe de ses paysages : plantation de thé, plages ourlées de cocotiers, jardins d’épices, jungles rutilantes, rizières et temples bouddhiques.En raison de son statut dans l’imaginaire occidental, par son histoire, la diversité culturelle de ses habitants et son insularité, Sri Lanka est un pays à part dans le monde indien. Longtemps terre d’immigration, ce qui est à l’origine de l’hétérogénéité de sa population, Sri Lanka a manqué le tournant de la décolonisation. La dégradation des relations intercommunautaires après l’indépendance de l’île a conduit dans les années 1980 à l’éclatement d’une guerre opposant le gouvernement, contrôlé par la majorité cinghalaise, aux séparatistes tamouls du nord de l’île. Ce conflit qui s’est terminé en mai 2009 avec la victoire finale de l’armée sri-lankaise, a eu de nombreux effets sociaux. L’un des plus dramatiques a été certainement une émigration des populations sri-lankaises qui a donné naissance à une importante diaspora dans le monde occidental.Du fait de cette émigration, certains traits culturels et particulièrement la cuisine sri lankaises sont devenus familiers. Néanmoins, tout un chacun connaît surtout le produit qui fait la renommée de l’île : le thé. Les clichés ne sont jamais loin quand on évoque le bouddhisme, les royaumes de Kandy, Anuradhapura et les grottes de Dambulla, les plages. Sri Lanka semble ainsi très connu. D’ailleurs, l’île à l’instar de son gigantesque voisin, est pétrie d’images archétypales, et a été dès le Moyen Âge construite comme une terre d’exotisme et d’onirisme. À la lecture de ce dictionnaire insolite on apprendra que le franciscain Jean de Marignolli, dès le xive siècle, s’attachait à trouver dans les paysages de l’île – la topographie, les pierres précieuses, la flore et les plantes merveilleuses – les signes visibles du séjour d’Adam et Eve.

Sri Lanka, c’est également une grande diversité de langues (créole, portugais, malais, tamoul, cinghalais et surtout anglais), de religions, d’expressions artistiques et culturelles, du fait des multiples circulations, emprunts et échanges multiséculaires. En témoigne l’essor de la capitale Colombo qui rassemble la moitié de la population urbaine du pays. Seule une déchirure a su interrompre le trait saillant de l’île, le cosmopolitisme. Sri Lanka ne peut être le pays d’un seul voyage. »

Ce dictionnaire a été écrit à quatre mains. Anthony Goreau-Ponceaud est enseignant-chercheur à l’université de Bordeaux IV. Depuis 2004, il consacre ses recherches sur le Sri Lanka et les diasporas sri lankaises. Delon Madavan est doctorant en géographie à l’université Paris-Sorbonne. Il étudie l’intégration socio-spatiale de la minorité tamoule à Colombo, Kuala Lumpur et à Singapour.

Référence: GOREAU-PONCEAUD A. et D. MADAVAN, 2013, Dictionnaire insolite de Sri Lanka, Cosmopole, Paris, 159 p.