Review by H.L. Seneviratne of « Letters to our Presidents by Sri Lankan and US alumni of the US-Sri Lanka Fulbright Commission 1952-2012, commemorating 60 years of the Fulbright Programme. »

We are very happy to pass on this review by H.L. Seneviratne of « Letters to our Presidents by Sri Lankan and US alumni of the US-Sri Lanka Fulbright Commission 1952-2012, commemorating 60 years of the Fulbright Programme. »  The volume was edited by Tissa Jayatilaka and was published by the US-Sri Lanka Fulbright Commission.

The volume is a fitting tribute to the achievements of the Fulbright program in Sri Lanka generally and it also bears witness to the significance of the program for Sri Lankan studies in the United States, the significance of which all of us connected to AISLS are very, very aware in all of own individual and institutional work.

The review was published in « The Sunday Times »  on 13 October 2013:

http://www.sundaytimes.lk/131013/plus/fulbright-days-and-a-plea-to-leadership-65287.html

It can also be found in « The Colombo Telegraph: »

colombotelegraph.comhttps://www.colombotelegraph.com/index.php/fulbright-days-and-a-plea-to-leadership-2/

Source: American Institute for Sri Lankan Studies

appel à contribution: Valeurs indiennes : la diaspora au féminin pour le numéro 3 de la revue DESI.

Nous diffusons dessous  l’annonce de l’appel à contribution pour le numéro 3 de la revue DESI. La revue pluridisciplinaire à comité de lecture DESI (Diasporas: études des singularités indiennes) prépare un numéro thématique (n°3) consacré aux relations entre migration, genre et valeurs indiennes (parution prévue pour auto mne 2014). Toutes les contributions questionnant les valeurs indiennes (contenu, signification, évolution de ces valeurs en fonction des multiples dé- et re-placement), la place des femmes et l’évolution des rapports sociaux dans la migration et leurs effets sur la définition de ces valeurs seront les bienvenues. L’appel s’adresse aux chercheurs jeunes ou confirmés et issus de différentes disciplines.

La littérature et le cinéma indiens apparaissent comme des témoins privilégiés du champ de multiplicités qui se tisse de nos jours entre l’Inde et l’Occident. Si un des thèmes de prédilection de ces deux domaines artistiques de la diaspora reste la rencontre avec le monde occidental et la redéfinition identitaire qui en découle, force est de constater qu’aujourd’hui, les mutations de la société indienne contemporaine et les nouvelles formes d’immigration (mouvements de dé- et re-placement) ont provoqué d’importants changements dans la représentation du migrant indien.

Que cela soit dans ces deux domaines artistiques, ou encore dans des disciplines des humanités (géographie et anthropologie particulièrement), le migrant indien est généralement présenté comme acteur d’une migration qui s’envisage de moins en moins comme une rupture définitive avec son pays d’origine que comme une opportunité d’ascension sociale et d’accession à des biens de consommation (Percot, 2005). Ce qui a également changé, « c’est l’identité des producteurs d’exotisme : ils ne sont plus largement occidentaux, mais indiens eux-mêmes. Des Indiens hors de l’Inde, qui la reconstituent chaque jour à leur(s) façon(s), à l’étranger » (Béneï, 2005). Cet exotisme est largement le fait de NRI, principaux producteurs des imaginaires de la diaspora et de l’indianité. Songeons par exemple à la figure du NRI souvent incarnée au cinéma par Sharukh Khan – que cela soit dans Pardes dirigé par Subhash Ghai en 1997, ou encore dans Dilwale Dulhania Le jayenge dirigé par Aditya Chopra en 1995.

Ces films de Bollywood de la décennie 1990 dépeignent les NRI, comme des personnages à mentalité cosmopolite, parlant avec l’accent anglais ou américain, mais restés fidèles de coeur et d’esprit à tout ce qui est indien. En cela, ils participent souvent à la diffusion d’une image de l’Inde mythique, unie et essentiellement hindoue, dans laquelle les valeurs indiennes sont essentielles. Et il semblerait, qu’au sein de ces images, pour se réinventer un pays dans l’autre, les femmes constituent les « gardiennes des traditions », celles qui sont le plus à même de transmettre ces « valeurs indiennes ».

Dans plusieurs oeuvres de la littérature diasporique (par exemple dans celles de Jhumpa Lahiri, Chitra Banerjee Divakaruni ou encore chez l’écrivaine sri-lankaise Roma Tearne) les personnages féminins occupent une position particulièrement conflictuelle dans un champ de tensions où l’intégration des valeurs « non-indiennes » est généralement perçue par leurs communautés (contraintes du cadre de la famille élargie notamment), et parfois par elles-mêmes, comme une trahison de valeurs typiquement « indiennes » : le sens d’appartenance reste parfois conditionné à un cloisonnement culturel qui a pour effet de figer les traditions dans le temps et de rendre les rapports de genre plus rigides. Dans beaucoup de ces oeuvres littéraires, mais également dans ce qui est décrit par certains chercheurs l’installation dans un pays occidental est loin d’être un support d’émancipation et génère au contraire des situations de dépendances nouvelles du sujet féminin vis-à vis de son époux.

Ces situations sont sans nul doute à mettre en perspective avec le projet migratoire, généralement initié par les hommes, ou du moins construit en tant que tel. En effet, prenant le cas des Etats-Unis, la migration des femmes n’est souvent pas une « success story » comme le souligne Shivali Shah (2004). Les femmes anglophones indiennes hautement qualifiées venant aux Etats-Unis pour rejoindre leurs époux (après un mariage arrangé) disposant d’un visa H-1B également hautement qualifiés, ne sont pas autorisées à travailler en vertu des dispositions du visa H-4. Ces « H-4 wives » comme on les appelle sont particulièrement vulnérables, et deviennent parfois des victimes de violences domestiques. Ici, les politiques publiques, apparemment neutres, produisent des effets genrés et créent notamment des situations de dépendance.

Ainsi, si une migration massive des hommes conduit, dans certains cas, comme au Kerala, à une autonomie plus grande pour les épouses restées au pays (Gulati, 1993), il semblerait que la migration des femmes indiennes pour rejoindre leurs maris NRI est souvent source de tensions et parfois même de meurtrissures. A l’opposé, Marie Percot (2005), a montré que le projet migratoire des indiennes qualifiées (en l’occurrence les infirmières) initié par une volonté familiale d’ascension sociale et d’accès aux biens de consommation, aboutit à faire naître chez leurs filles et/ou belles-filles des aspirations à plus d’autonomie et plus d’individualisme qui aboutissent à une remise en cause, de fait, des valeurs sociales traditionnelles.

L’ambition de ce numéro est double. Il s’agit, d’une part, de questionner à travers les arts, le cinéma et la littérature indienne de diaspora les représentations du genre en migration ; et d’autre part, déterminer qu’est-ce qui en migration change dans les rapports de genre et de quelles manières ceux-ci s’éloignent-ils du modèle dominant en Inde.

Toutes les contributions questionnant les valeurs indiennes (contenu, signification, évolution de ces valeurs en fonction des multiples dé- et re-placement), la place des femmes et l’évolution des rapports sociaux dans la migration et leurs effets sur la définition de ces valeurs seront les bienvenues.

Bibliographie

  • Véronique Bénéï. « L’Inde à l’étranger. Imaginaire, diaspora et nationalités ». L’Homme, EHESS, 2005, n°173, pp. 177-185.
  • Christian Ghasarian, Honneur, chance et destin. La culture indienne à La Réunion. Paris, L’Harmattan, 1992.
  • Sissy Helff, Unreliable Truths: Transcultural Homeworlds in Indian Women’s Fiction of the Diaspora. Amsterdam : Rodopi, 2013.
  • Marie Percot. Les infirmières indiennes émigrées dans les pays du Golfe : de l’opportunité à la stratégie. REMI, vol 21, n°1, 2005, pp. 29-54.
  • Parvati Raghuram et Nirmal Puwar, South Asian Women in the Diaspora, Oxford : Berg Publishers, 200.
  • Shukla Sandhya. India Abroad. Diasporic cultures of postwar Amarica and England, Princeton, Princeton University Press, 2002.
  • Shivali Shah. “Trapped on a H-4”. The Hindu, 28 november, 2004. En ligne: http://www.hindu.com/mag/2004/11/28/stories/2004112800380300.htm
  • Sunaina Maira, Desis in the House: Indian American Youth Culture in New York City, Philadelphia, Temple University Press, 2002.

Conditions de soumission

Date limite d’envoi des propositions de contribution (250 mots avec court cv) :

1 décembre 2013

Date limite d’envoi des articles pour soumission à comité de lecture : 15 mars 2014

Publication du n°3 de Desi, La revue :novembre 2014

Responsabilité scientifique

Coordination du numéro :

  • Anthony Goreau-Ponceaud, Maître de conférences, Université de Bordeaux IV
  • Paul Veyret, Maître de conférences, Université de Bordeaux 3

Contact :

Anthony Goreau-Ponceaud : anthonygoreau@yahoo.fr

Paul Veyret : Paul.Veyret@u-bordeaux3.fr

source: http://calenda.org/262912

Buddhist « Nuns and Gendered Practice: In Search of the Female Renunciant » Nirmala S. Salgado

Based on extensive research in Sri Lanka and interviews with Theravada and Tibetan nuns from around the world, Salgado’s groundbreaking study urges a rethinking of female renunciation. How are scholarly accounts complicit in reinscribing imperialist stories about the subjectivity of Buddhist women? How do key Buddhist « concepts » such as dukkhasamsara, and sila ground female renunciant practice? Salgado’s provocative analysis questions the secular notion of the higher ordination of nuns as a political movement for freedom against patriarchal norms. Arguing that the lives of nuns defy translation into a politics of global sisterhood equal before law, she calls for more-nuanced readings of nuns’ everyday renunciant practices.

Le cinéaste Asoka Handagama à la rencontre du public, le 12 novembre prochain à Paris

De retour du Festival International du Film d’Amiens, qui lui rend hommage cette année, le cinéaste sri lankais Asoka Handagama présentera son dernier film INI AVAN – CELUI QUI REVIENT, le mardi 12 novembre, à 20h Au cinéma LA CLEF (34 rue Daubenton, Paris, 5e – M° Censier-Daubenton)

Après la projection, le cinéaste Asoka Handagama, accompagné de son directeur photo, Channa Deshapriya, s’entretiendra avec deux grands spécialistes de Sri Lanka : Eric Meyer, professeur émérite à l’INALCO, et Michel Lummaux, ancien ambassadeur de France à Colombo (2006-2009).

Documentation sur le cinéaste et ses films : www.asokahandagama.fr (français) / www.asokahandagama.com (anglais) Fil d’actualité : www.facebook.com/heliotropefilms (français) / www.facebook.com/iniavanfilm (anglais et cinghalais)

Programme de l’hommage du Festival International du Film d’Amiens (8 au 16 novembre 2013) :http://www.filmfestamiens.org/?-Asoka-Handagama-&lang=fr

Fil d’actualité : www.facebook.com/heliotropefilms  (français) / www.facebook.com/iniavanfilm (anglais et cinghalais)

Contact : Laurent Aléonard (HELIOTROPE FILMS) – Tél : 01 77 11 57 20 – Mail : lad-heliotrope@noos.fr

Projection gratuite du film de Deepa Mehta « EARTH » à UQAM

En collaboration avec l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM)

le Centre d’études et de recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CERIAS)

présente la

Projection gratuite du film de Deepa Mehta

 

EARTH

 

En version française

La projection sera suivie d’une discussion 
animée par Mathieu Boisvert, directeur du CERIAS

 

Quand  : Le mercredi 6 novembre 2013, 18h00
Où  : UQAM / Pavillon Thérèse-Casgrain / Local W-5215

 

Entrée gratuite.

Information  : bradley.mark@uqam.ca