Soutenance de thèse « Le rituel funéraire hindou en contexte diasporique : rite de passage et rite d’ancrage. La communauté tamoule d’origine sri-lankaise de Montréal et Toronto. » par Mark Bradley, Le vendredi 22 avril 2016 à 9h30, à l’UQAM, salle A-5020

Mark Bradley, doctorant et enseignant au département des sciences des religions de l’Université de Québec à Montréal et chercheur du Centre d’Etudes sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CEIAS) soutiendra sa thèse portant sur « le rituel funéraire hindou en contexte diasporique : rite de passage et rite d’ancrage. La communauté tamoule d’origine sri-lankaise de Montréal et Toronto » le vendredi 22 avril 2016. La soutenance se se déroulera à partir de 9h30 à l’UQAM en salle A-5020.

L’entrée est gratuite

South Asia’Hub #3 : Danses indiennes en France

10982653_1539756146289669_8285788731273735844_o

Le Podcast de la troisième émission South Asia’s Hub, qui est dédiée aux danses indiennes en France, est en ligne. Pour aborder ce sujet, nous avons invité les deux leaders du groupe Revelation Dance, Isaline Révélation Ragis Revelation.

Ce groupe, constitué de jeunes français d’origine sud-asiatique et basé en Seine-Saint-Denis, a été créé il y a à peine un an. Depuis, Revelation Dance a multiplié les représentations et gagné un concours européen de danse en Suisse, Isai Thullal, regroupant des danseurs issus de la diaspora tamoule. La victoire dans cette compétition a permis à Isaline et Ragis d’être sélectionnés pour participer à l’émission « Maanada Mayilada » de la chaîne de télévision indienne Kalaignar Tv. Cette émission, très populaire au Tamil Nadu et dans la diaspora tamoule, est un concours opposant dix jeunes couples de danseurs prometteurs.

L’émission, qui a été enregistré avant leur départ pour l’Inde, a été l’occasion d’aborder la pratique des danses indiennes en France, de l’influence des cinémas sud-asiatiques dans la pratique de la danse par les membres de la deuxième génération et de revenir sur la genèse et le parcours du groupe Revelation Dance

Au programme

Partie 1 : Présentation des danses indiennes en France
Partie 2 : Présentation du groupe Révélation
Partie 3 : Parcours du groupe Révélation
Partie 4 : Influence du cinéma Bollywood

http://www.newvoradio.fr/south-asias-hub-3/

Vous pouvez voir des vidéos des prestations de nos invités sur la page facebook de South Asia’s Hub et du groupe Revelation Dance.

« Australia asylum seekers find refuge in cricket » by Phil Mercer

« Ocean 12 are sporting warriors like no other. Padded up and steeled for action in a suburban league in Sydney, the team is made up of Tamil asylum seekers competing for a place in the finals of a global cricket competition. »

via: http://www.bbc.com/news/world-asia-27498287

source: www.bbc.com

Émissions sur la communauté québécoise tamoule hindoue originaire du Sri Lanka sur la chaine télé Art Tv les 11, 12 et 13 février 2014

La chaîne télé Art Tv diffuse ces jours-ci une émission sur la communauté québécoise tamoule hindoue originaire du Sri Lanka tournée à l’occasion de la fête annuelle du temple Thiru Murugan.

 La série s’intitule Voulez-vous fêter ? et l’émission a pour titre La fête du char.

La première a eu lieu hier soir et elle sera présentée en reprise à divers moments au cours des prochains jours : 

Mardi 11.02 à 19h00 / Mercredi 12.02 à 11h00 / et Jeudi 13.02 à 06h00 

 Voici le site web du producteur :  http://voulezvousfeter.artv.ca/episode-la-fete-du-char-5

 Et le site web de l’émission :  http://ici.artv.ca/emissions/voulez-vous-feter

« Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal » par Catherine St-Germain Lefebvre

Nous avons le plaisir de partager un lien pour télécharger le mémoire  de Catherine St-Germain Lefebvre qui porte sur “Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal”. Ce travail à été réalisé dans le cadre d’une maîtrise en sciences des religions à l’université du Québec à Montréal.

Résumé

Convaincue que les femmes, de par leur rôle dans les rapports sociaux de sexe, ont un rôle important à jouer dans la transmission de l’identité ethnique aux jeunes générations, nous avons voulu, dans ce mémoire, mettre à jour ce phénomène tel qu’il se déploie dans la communauté tamoule du Sri Lanka immigrée à Montréal. La perspective féministe en influence la trame de fond, contribuant à orienter le choix du sujet ainsi que son traitement. Ce mémoire est le fruit d’une recherche exploratoire de type qualitatif. Il repose sur un terrain de recherche mené au temple hindou Thiru Murugan situé à Dollard-des-Ormeaux, municipalité de l’ouest de l’île de Montréal. Il a pour objectif de définir la contribution spécifique de femmes de cette communauté à la « production de l’ethnicité » tamoule, au sens entendu par la sociologue des relations ethniques, Danielle Juteau. Ce mémoire s’appuie sur un cadre théorique contribuant à jeter les bases d’une définition sociologique de l’ethnicité, où non seulement le rôle des femmes dans sa production/reproduction est mise de l’avant, mais où se dégage également l’importance de la composante religieuse dans l’affirmation ethnique, particulièrement en contexte migratoire. Cette recherche analyse d’une part la perception du rôle des femmes dans les rapports de sexe tels qu’ils se déploient dans la communauté tamoule montréalaise et telle qu’elle a été exprimée par les personnes interrogées dans le cadre de cette étude. Il s’attarde d’autre part à l’implication des femmes de cette communauté dans la transmission de la langue, de la religion et de la culture. Ce mémoire démontre que les idéaux associés à la conception de la féminité influencent à· maints égards le rôle des femmes dans les rapports sociaux de sexe à l’oeuvre dans la communauté étudiée. Ce rôle amène celles-ci à s’impliquer activement dans la transmission de leur identité ethnique auprès des générations nées au Québec. De plus, la pratique religieuse jouant un rôle important dans la formation identitaire de nos répondant(e)s, la dimension religieuse est omniprésente dans le bagage ethnique transmis par les femmes aux jeunes générations. Par leur travail actif et conscient lié à la transmission de la langue, de la culture et de la religion aux jeunes de la communauté, ces femmes participent activement à reproduire les frontières ethniques de leur communauté et contribuent, par cela, à la « production de l’ethnicité » tamoule hindoue du Sri Lanka en contexte québécois.

lien pour télécharger le mémoire: http://www.archipel.uqam.ca/1168/1/M10512.pdf

Référence: St-Germain Lefebvre, C., (2008), « Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences des religions.

source: http://www.archipel.uqam.ca/1168/

« Against caste in Europe » by Parvathi Menon (Frontline.in)

« The ringing indictment of caste-based discrimination and prejudice contained in a strongly worded resolution that the European Parliament passed last month has put this particular form of human rights abuse firmly on the international agenda. Equally importantly, the resolution has served to drag this pernicious institution out of the shadows of the South Asian migrant experience in Europe where it has long remained hidden and into the public domain of legal and institutional scrutiny. »

via: http://www.frontline.in/world-affairs/against-caste-in-europe/article5383440.ece

source: www.frontline.in

« Une étude novatrice de Delon Madavan sur les minorités tamoules à Colombo, Singapour et Kuala Lumpur » par Éric Meyer

Delon Madavan a soutenu brillamment sa thèse de doctorat en géographie à l’Université de Paris-Sorbonne le 26 septembre 2013.

Le travail de Delon Madavan associe dans une même étude Asie du Sud-Est et du Sud. Cette démarche, trop rare dans l’univers cloisonné des études aréales, est particulièrement pertinente, s’agissant des minorités tamoules établies sur le pourtour du golfe du Bengale, aire de circulation « connectée » bien avant l’impact colonial britannique. La propension spécifique des populations tamoules à émigrer concerne un large spectre sociologique, allant des travailleurs manuels (les coolies) aux marchands et gens de mer, aux artisans, et plus récemment aux professionnels du secteur tertiaire maîtrisant la langue anglaise et les outils informatiques. Delon Madavan analyse parfaitement la complexité de ces populations, et pose d’emblée la question de la création et des limites d’une identité tamoule transcendant cette hétérogénéité. Il conclut à juste titre que « la communauté tamoule est avant tout une agrégation d’expériences individuelles »
Parmi les concepts utilisés, ceux d’appartenance ethnique et de diaspora retiennent l’attention. Delon Madavan, dans le premier chapitre puis dans la dernière partie de sa thèse, montre comment le sentiment d’appartenance se fonde sur l’usage et la célébration de la langue tamoule, sur la large diffusion d’un imaginaire commun par la production cinématographique de ‘Kollywood’, et plus récemment sur le culte de l’héroïsme et sur le rêve d’un État national développés par les militants séparatistes sri lankais. Il évoque aussi la place tenue par les stratégies d’alliance qui maintiennent la cohésion par des mariages croisés (sans toutefois surmonter les segmentations internes de caste en dépit des efforts des militants de la cause tamoule). Le terme de diaspora, tel qu’il est défini comme « applicable à toute communauté post-migratoire caractérisée par une dispersion dans plusieurs pays à partir d’un foyer d’origine », est utilisé à bon escient ; il gagnerait à être mis au pluriel, pour prendre en compte l’importance de la segmentation des communautés tamoules ; à cet égard, la diaspora issue de la ville de Jaffna, qui fonctionne en réseau de Colombo à Kuala Lumpur, Singapour, Londres, Toronto ou Paris, répond mieux à cette définition que les communautés de travailleurs tamouls des plantations de Sri Lanka et de Malaisie, qui ont pourtant des origines communes et des destins parallèles, mais n’ont pas conservé de liens.
L’étude est menée dans une perspective géographique, son objet étant d’analyser l’inscription dans l’espace urbain du fait ethnique. Les terrains choisis sont les quartiers tamouls de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour, cités qui ont en commun d’être des créations coloniales mais que distinguent leur composition ethnique et leur évolution politique depuis les indépendances. La méthode comparative est utilisée par Delon Madavan comme un procédé heuristique qui permet de prendre du recul pour mieux comprendre les situations particulières. Le plan qui juxtapose et combine dans des grandes parties thématiques le cas des trois cités permet de mener une véritable comparaison .
En ce qui concerne la ville de Colombo, le travail est totalement novateur, en dépit des difficultés considérables inhérentes à toute recherche sur Sri Lanka, et plus particulièrement sur les Tamouls sri lankais, dans un contexte politique marqué par la guerre opposant le gouvernement aux militants séparatistes des LTTE (Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul). Le choix de ne pas traiter de la période postérieure à la défaite militaire des séparatistes (mai 2009) est amplement justifié par l’exigence de sérieux qui distingue le temps du chercheur de celui du publiciste. Il n’existait jusqu’à cette thèse aucune étude sur les minorités tamoules de Colombo, ni même d’étude géographique ou sociologique de qualité scientifique concernant cette cité, sur laquelle l’auteur aurait pu s’appuyer, et les données statistiques au niveau local étaient difficiles d’accès. En outre, le climat de violence urbaine généralisée interdisait à Delon Madavan de mener une enquête ‘au fil des rues’ comme dans les autres capitales, d’autant que ses origines tamoules le rendaient potentiellement suspect aux yeux des autorités en dépit de sa nationalité française, et que sa posture de chercheur ne le mettait pas à l’abri des pressions des militants. L’auteur explicite les moyens qu’il a employés pour surmonter ces obstacles, et la thèse prouve à l’évidence qu’il est parvenu à relever le défi.
Les analyses qu’il propose, illustrées par une cartographie abondante et inédite d’excellente facture, donnent une image précise de ces communautés. Elle révèlent l’existence de deux espaces tamouls géographiquement et sociologiquement séparés, l’un au nord de la capitale (Kotahena) et l’autre au sud (Wellawatte, Dehiwela) ; et la genèse en deux temps de ces quartiers, d’abord à la période coloniale, Kotahena, situé à proximité du port, ayant accueilli les commerçants et les manœuvres indiens, et Wellawatte les fonctionnaires et membres des professons libérales anglophones venus de Jaffna ; puis à partir des années 1970, Kotahena servant de refuge aux ouvriers des plantations chassés par la politique de nationalisation (comme en Malaisie), et Wellawatte de refuge aux Jaffnais chassés du nord de l’île par le conflit. Il en résulte ce qu’on pourrait qualifier de paradoxe de Colombo : « malgré la guerre, Colombo devient [ou plutôt reste] le principal centre de convergence des flux migratoires qui transforment la géographie de la population dans la ville (…) La part des Tamouls y augmente considérablement alors que celle des Cingalais ne cesse de diminuer » – ce qui contribue à la tamoulophobie de la communauté majoritaire. Les interviews menées par l’auteur, dont des extraits bien choisis soutiennent la thèse, montrent que cette nouvelle migration est perçue comme temporaire (« ils sont à Colombo mais pas de Colombo »), que l’espace n’est pas approprié, que « le logement est perçu comme une adresse », et que l’arrivée des nouveaux migrants ne réinjecte pas de particularisme culturel.
Cette situation, qui distingue Colombo des deux autres cités étudiées, est sous-tendue par la politique discriminatoire du gouvernement sri lankais à l’égard des minorités tamoules. Les développements que l’auteur consacre à ce sujet témoignent d’une remarquable exigence d’objectivité scientifique et d’un détachement de tout discours victimaire, sans s’abstraire d’une empathie pour le destin tragique de ces communautés.
Les qualités de chercheur de Delon Madavan, son dynamisme et sa détermination, sont mises en évidence par cette étude, mais aussi par ses travaux antérieurs sur Jaffna, par l’organisation d’un colloque international sur les communautés tamoules et le conflit sri lankais en Sorbonne en février 2010, et par l’animation du présent carnet de recherche sur Sri Lanka et ses diasporas depuis mai 2012.
La nouveauté et la justesse des analyses, la qualité de l’écriture, de la cartographie et des illustrations, font de cette thèse une production scientifique de grande valeur qui mérite une large diffusion.

Eric Meyer, membre du jury de thèse, Professeur émérite, INALCO

PS: Cliquer pour lire le résumé de la thèse

La diaspora intellectuelle tamoule sri lankaise : un nouveau monde transterritorial (1983-2004) par Vilasnee Tampoe-Hautin

Nous remercions très chaleureusement Madame Vilasnee TAMPOE-HAUTIN, Maitre de conférence à l’université de La Réunion et membre du Centre des Recherches Littéraires et Historiques de l’Océan Indien (CRLHOI), de nous permettre de publier son article  sur « la diaspora intellectuelle tamoule sri lankaise : un nouveau monde territorial (1983-2004). Il convient de préciser que cet article est la suite d’une communication présentée à la Journée d’Études Discours Nomades organisée par le CRLHOI, en 2004, date originelle de rédaction. Par conséquent, certains points ne sont plus d’actualité. Par la même occasion, Madame Vilasnee TAMPOE-HAUTIN souhaiterait rendre hommage aux deux organisateurs de cette journée d’étude, Norbert Dodille et Nivelivesoa Galibert. disparus en 2010 et 2012. 

I) INTRODUCTION

Cette réflexion se consacre à examiner la question de l’errance des Tamouls sri lankais, peuple déraciné habitant les espaces anglo-américains ou européens, conséquence de la guerre ethnique sri lankaise (1983-2009). Le discours nomade qui nous occupe ici concerne la littérature émanant cette diaspora, résultat de conflits socio-politiques qui ont fait affronter la minorité tamoule et la majorité cinghalaise à partir de 1983. Ainsi, enseignants, artistes, écrivains, cinéastes, journalistes ou simple senior citizens tamouls sri lankais se sont emparés de cet espace de liberté – celui  de l’expression littéraire et artistique sur le net, – pour revendiquer une reconnaissance politique et culturelle que l’on leur aurait ôté. Une documentation abondante rassemble poésie, romans, essais, discours, réflexions et débats gravitant autour de la question des droits du peuple tamoul sri lankais. Cette littérature numérique construit l’imaginaire d’un peuple éclaté et se réfère à une culture fragilisée par les drames de l’exode. À cette fragilité s’ajoute un nouveau sentiment de vulnérabilité, car certains écrits rappellent la menace posée par le nouvel environnement et la culture de la terre d’accueil. Mêlant fiction et réalité, elle puise son énergie dans la colère et dans la crainte de voir disparaître la culture tamoule sri lankaise. Il s’agit d’une écriture d’errance et de rebellion, reprenant les thèmes de la non-reconnaissance, du rejet social et de la nostalgie. Outre les thématiques inspirées de la persécution et de la discrimination, ce discours qui transcende l’espace remet en question le rôle des frontières politiques et nationales comme élément de cohésion d’un groupe ethnique. Il suscite également une réflexion sur la fonction politique et sociale de la littérature. On ravive les flammes du nationalisme tamoul qui, comme on le sait, gravite autour des notions de territorialisme et de séparatisme. En agissant à partir d’une pluralité de motifs, le discours nomade tamoul donne une dimension fluide à la notion d’état-nation et crée une aire linguistique et culturelle à la fois fragmentée, et, du fait même de son éclatement, très soudée. Il s’agirait d’un état qui rejoint l’idée exprimée par Anderson Benedict que la nation est une communauté imaginée et dynamique dont les contours et les caractéristiques sont sujets aux changements.[1]

II) LES CAUSES DE LA DIASPORA TAMOULE

Les Tamouls sri lankais se trouvent nichés entre la mère patrie indienne et le Sri Lanka (autrefois Ceylan) où une majorité démographique d’origine cinghalaise bouddhiste se réclame d’être les véritables « fils du sol ». La répartition demo-géographique des deux groupes, nette et « clivée », a eu pour résultat un sens d’appartenance territorial, les Tamouls revendiquant la partition de l’île et l’indépendance de la partie septentrionale qui avoisine l’Inde. En ce qui concerne la genèse de ce conflit, rappelons ici qu’en dépit des avis mitigés, exprimés par les historiens, les Tamouls et les Cinghalais ont d’abord insisté sur les mythes originels qui les divisent, soulignant leurs origines dravidiennes pour les uns, aryennes pour les autres.[2] De même, la théorie de l’antériorité a souvent été utilisée dans les débats politiques, aboutissant à des heurts ethno-centrés et à l’aggravation d’un problème sans issue. K.M. De Silva, historien sri lankais, nuance en faveur d’une occupation cinghalaise qui précéderait celle des Dravidiens.[3] D’autres spécialistes proposent l’hypothèse d’une occupation simultanée et mettent en exergue la nature futile d’un tel argument qui n’a aucune importance aujourd’hui, sinon pour alimenter les idées nationalistes. L’amertume ressentie par les Tamouls est d’autant plus vive qu’ils revendiquent des origines qui remontent aussi loin que les Cinghalais.[4] Force est de constater que l’immigration tamoule vers des pays anglo-saxons ou anglophones, est le résultat de l’échec d’une lutte politique commencée en 1958, conséquence aussi d’un malaise social et politique qui remonte au 19e siècle. L’immigration tamoule vers d’autres pays est d’abord le résultat d’un malaise social et politique[5] Il a ses origines dans la répartition démographique de l’île: les Tamouls occupent traditionnellement la partie septentrionale, les Cinghalais habitent le sud et le centre.

Se rajoute à cette volonté d’indépendance territoriale d’autres facteurs d’ordre ethno-linguistique et religieux. A sans doute renforcé l’idéologie séparatiste des Tamouls la forme péninsulaire de cette partie de l’île, rattachée au reste de l’île par une mince étendue de terre, mais séparée à peine de l’Inde par le Détroit de Palk. Cette proximité géographique avec l’Inde à laquelle vient s’ajouter des affinités religieuses, linguistiques et culturelles devaient également rapprocher les Tamouls sri lankais des Tamouls de l’Inde du sud.  Entre 1983 et 2009, les deux communautés se sont confrontées dans leurs discours sur des questions de langue, religion, culture, territoire et ethnie, l’enjeu étant le refus ou l’acceptation d’une division de l’île en deux états séparés. D’autres causes de cet affrontement tiennent également à la manière dont l’île a été administrée par la Couronne Britannique : le départ des Anglais auxquels les communautés minoritaires, les Tamouls et les Burghers, devaient leur statut privilégié fut suivi par reprise du pouvoir par la majorité cinghalaise. Alors que les Britanniques avaientt favorisé la minorité tamoule durant le régime colonial, (une idée contestée par certains historiens), ce dernier a toujours nourri l’espoir de voir se créer une terre-patrie indépendante pour le peuple tamoul dans la région septentrionale de Jaffna, ancien siège des royaumes dravidiens. D’ailleurs, la population de Burghers, Sri Lankais d’origine cinghalo-hollandaise, autre diaspora sri lankaise dont on parle peu, diminue également au fur et à mesure que l’on observe leur expatriation vers les pays anglo-saxons.[6]

Les revendications tamoules pour un État indépendant ou autonome avaient été toujours refusées par la majorité cinghalaise. Le rejet également par les Cinghalais de reconnaître pleinement les minorités en tant qu’entités culturelle, religieuse et linguistique semble constituer la raison principale de cette migration ethnique tamoule qui nous préoccupe. Ainsi, suite à ces conflits d’ordre géographique, politique et culturel, une diaspora du peuple tamoul s’est produite dans les quatre coins de la terre, diminuant la population tamoule sri lankaise d’autant, dont le chiffre s’était stabilisé autour d’environ 20% de la population depuis les années 1980. Les statistiques les plus récentes remontent à 1981, mobilisées lors du dernier recensement, mais avant la guerre ethnique de 1983. La diaspora tamoule compte environ 4 millions de personnes, réparties principalement dans des pays anglo-saxons, mais non exclusivement. En effet, on note des regroupements de Tamouls en Norvège, en France et en Allemagne. 400 000 Tamouls au Canada, d’autres en Malaisie, à Singapour, en Inde, en Australie et en Nouvelle Zélande.[7] Bien que ces communautés fragmentées nourrissent l’espoir d’un retour au pays une fois que les conflits soient résolus, la crainte de se retrouver de nouveau dans une situation précaire ainsi que le confort acquis dans ces nouvelles terres d’accueil encourageront beaucoup de Tamouls à opter pour élire domicile en dehors de leur pays d’origine.[8] Toutefois, en 2012, devant la reprise de l’activité touristique de nombreux Sri Lankais expatriés, tamouls mais aussi cinghalais, reviennent au pays. Parmi les Tamouls sri lankais, l’on évoque de plus en plus l’idée d’un retour définitif à Jaffna, sans doute encouragés par les conditions de vie améliorées dans la péninsule dont l’accès a été grandement facilité par la construction d’une autoroute la reliant au sud. Dès le début des années 1980, le sentiment d’insécurité et de persécution incitera les Tamouls à partir en quête de reconnaissance politique et culturelle. Emanera à partir des terres d’asile, un discours nomade littéraire, poétique et philosophique et qui nourrit le nationalisme tamoul, dont le thème principal est celui du séparatisme territorial. Si les échanges intellectuels et épistolaires entre Tamouls habitant en dehors du territoire sri lankais, sont convoyés par les moyens de communication à la fois traditionnels et modernes, l’errance tamoule ainsi que les malaises pressentis par ce peuple semblent se traduire le mieux au travers de modes d’expression virtuels : la cohésion de la diaspora doit beaucoup à la révolution informatique et aux nouvelles technologies. Les Tamouls sri lankais ont tissé une nouvelle trame « nationaliste » à l’aide du Web, utilisant le cyber espace pour mettre en place un réseau culturel dynamique. [9]

III) THÉMATIQUES et PÔLES D’ACTIONS DE LA DIASPORA TAMOULE SRI LANKAISE

Alors que l’objectif principal de ces échanges est de nouer des liens, il s’agit, pour ces auteurs de renouer avec leur passé. Ce nationalisme, éclaté et virtuel, passe ainsi de plus en plus par des ondes et des pixels. Depuis les années 1990, les nouvelles technologies ont largement contribué à rallier les membres de cette diaspora autour de la question fondamentale de la patrie perdue (Tamil Homeland ). L’internet est devenu le moyen le plus utilisé par non seulement le grand public, les intellectuels et les artistes mais aussi par les groupes séparatistes. Les nombreux sites, qu’ils soient « officiels » ou non, sont les porte-paroles des droits du peuple tamoul sri lankais, véhicules des messages patriotiques de tous ordres : allant de la littérature de combat, aux échanges épistolaires en passant par des annonces matrimoniales. Des talents artistiques, intellectuelles et médiatiques ont été mis au service de ce peuple, qui parle à l’unisson d’une voix nomade. Les griefs politiques et sociaux sous-tendent la création littéraire tamoule, celle-ci devenant  un moyen de véhiculer la pensée politique : ainsi des double-rôles inhabituels sont tout à fait acceptables dans le monde de la diaspora tamoule où littérature et militantisme vont de pair. Velupillai Thangavelu, Président de l’association mondiale des écrivains tamouls (World Tamil Creative Writers Association) est également le porte parole des terroristes Tamil Tigers oeuvrant à la libération du peuple tamoul.[10]  Il existe un certain nombre de journaux, publiés et diffusés à partir du Canada Ulagath thamilar et « Namnaadhu et Muzhakkam dont les idéologies politiques sont centrées autour de la dichotomie aryano-dravidienne, source de conflit entre les communautés.[11]

Depuis 1983, une branche importante de littérature tamoule s’est créée, émanant des réfugiés qui habitent l’Europe et les pays scandinaves. Les thématiques portent inlassablement sur le thème du retour au pays natal. Certains écrivains, plus jeunes, intègrent des éléments occidentaux aux images traditionnelles, mêlant sapins et cocotiers,  mousson et chutes de neige, traduisant le dilemme de la double appartenance. Tant sur le plan de l’écriture, de l’iconographie que de l’image animée, qu’elles soient littéraires ou journalistiques, séculaires ou religieuses, les expressions de cette diaspora rappellent la frustration et la douleur du déni culturel. Cette littérature nous arrive sous forme papier, audio, visuelle ou encore virtuelle. On y oscille entre deux visions paradoxales : celle d’un peuple de pariahs opprimés par l’histoire ou celle un peuple militant, fier et valeureux. Alors que cette expression se nourrit principalement de la douleur de l’expropriation et  des vicissitudes de l’exil, elle exprime également sur des difficultés d’intégrer un paradis retrouvé. En effet, malgré la solidarité reconquise à travers le cyberespace, la prolifération des messages ethno centrés n’a pas empêché un nouvel isolement de la communauté tamoule, rejetée par les pays d’accueil.

Les thématiques qui nourrissent l’expression littéraire vont au-delà de la quête pour une patrie. D’une manière générale, face aux Cinghalais, les Tamouls fondent leur militantisme sur le discours Aryen-Dravidien : ils revendique l’identité dravidienne, s’oppose à  l’aryanisation du nord de l’île. Le discours tamoul s’inspire des exploits et prouesses militaires des rois Tamouls antiques, les Cholas, magnifient leur héroïsme et s’appuient sur la période d’or de ces conquérants pour glorifier le peuple tamoul. Il véhicule la fierté tamoule, ou le Maanam : la fierté de l’héritage tamoul, porteur de valeurs nobles. La recherche d’une patrie n’empêche pas la résurgence des clivages tribaux ou castéïques car certaines idéologies sont fondées aussi sur des différends de castes. Elle se décline autour de la religion et la langue – la littérature  hindoue-saiva-tamoule, la littérature chrétienne-tamoule, la littérature islamo-tamoule. Sur ce dernier point, il faut savoir que les Musulmans du Sri Lanka sont de langue maternelle tamoule. Il existe deux journaux tamouls, Murasoli et Vettrimurasu, publiés à Toronto, fondés sur la pensée d’Arumugam Navalar, philosophe tamoul, qui vécut au 19e siècle, et qui promût le tamilisme durant la période coloniale. Navalar invoquait la supériorité de la caste des « Vellalas » sur les autres castes tamoules de Jaffna.

Aujourd’hui, une partie de la diaspora tamoule s’identifie à Navalar alors que d’autres contestent son conservatisme comme la Youth Congress de Jaffna, regroupant des jeunes tamouls expatriés, qui revendique la suppression des castes et des inégalités sociales issues de cette pratique ancestrale et à leurs yeux dépassée.[12] De nombreux jeunes Tamouls auteurs, tels que M. Jeyapalan, I. Vijayendran, Aravinthan, développent des thèmes liés à la situation politique des Tamouls Sri Lankais. D’autres romanciers – Shyam Selvadurai, Karunakara Moorthy, Partipan, V.N. Giritharan[13]et S. Ganesalingan- qui habitent les pays anglo-saxons ou ceux du Commonwealth, ont connu un vif succès. M. Ganesalingan, dans un article électronique intitulé « Thoughts on Tamil Literature » réitère la cohésion du groupe tamoul. “For me there is no difference between writers from Tamilnadu or from Singapore or from Malaysia or from Sri Lanka. We all belong to one family: Tamil writers family.Tamil writers living in many different parts of the world should feel united”.[14]Dans le domaine universitaire, notons la présence d’un nombre important de professeurs tamouls rattachés à Harvard, au Massachusetts Institute of Technology, à Oxford et Cambridge. Ces intellectuels, tout en se consacrant à leur travail d’enseignement et de recherche, ont participé à une réflexion sur le sort des Tamouls sri lankais, et, au fil des années, se sont impliqués de près ou de loin dans le mouvement indépendantiste. Les intellectuels tamouls rattachés aux universités étrangères proposent des conférences et colloques, font la promotion des associations d’écrivains, de poètes, de musiciens, de peintres tamouls. On y découvre l’existence des centres de recherches et d’échanges (des journalistes et écrivains œuvrant pour la promotion de la langue tamoule dans la presse écrite internationale, l’Université virtuelle tamoule (Tamil Virtual University), site élaboré pour ceux qui s’intéressent à la langue, l’histoire, l’art tamouls.

Le monde du divertissement et des loisirs se référant à la communauté tamoule est également largement servi auquel vient s’ajouter des informations plus utilitaires contenues dans le Thamilar Mathiyil, ou l’annuaire et les pages jaunes en tamoule, crée en 1991[15]. Ce fonds proposent les coordonnées des magasins, restaurants, celles d’anciens élèves des écoles secondaires de Jaffna, les adresses de dentistes et médecins tamouls, des agences immobilières et autres commerces tenus par des Tamouls et enfin, des annonces matrimoniales et des rencontres. En ce qui concerne le cinéma, les Tamouls sri lankais n’ont pu disposer de moyens suffisants pour s’exprimer par le cinéma. Dans leur pays d’origine, les films de langue tamoule sont peu nombreux, en raison du monopole cinghalais de l’industrie. Alors que l’État sri lankais a toujours manifesté un mépris et une méfiance envers les films tamouls importés de l’Inde du sud par les hommes d’affaires tamouls au Sri Lanka, ces derniers ont paradoxalement négligé le film tamouls sri lankais, entravant involontairement l’épanouissement tamoul cinématographique. Enfin, la florissante industrie cinématographique de l’Inde, le célèbre « Bollywood », a posé une sérieuse entrave à la créativité cinématographique tamoule sri lankaise, restée dans l’ombre du géant indien.

En revanche, dans les zones d’immigration, notamment au Canada et aux Etats-Unis, la cohésion de groupe s’effectue autour des films d’origine indienne, en s’identifiant à l’autre mère patrie qui est l’Inde. Il existe de nombreuses salles de cinéma au Canada dont les propriétaires sont des Tamouls sri lankais. Au sein de la diaspora tamoule, aucune restriction ni de barrière à l’échange culturel n’est dressé, contrairement à la censure exercée sur tout produit filmique par le gouvernement sri lankais. Ainsi des milliers de films tamouls sous forme de cassettes vidéo ou de DVD en tamoul circulent librement à l’intérieur du cadre diasporique. La location et la vente des cassettes et des DVD sont aussi une source de fierté tamoule sans oublier les aspects pécuniaires[16]. La survivance des rites et rituels religieux constitue également un élément important unissant les membres de la diaspora, allant au delà de la simple commémoration de fêtes au rappel des dates importantes dans le calendrier tamouls des festivals traditionnels et religieux, ou l’emplacement des temples hindous et autres lieux de cultes. Ainsi, on remémore les drames qui ont touché la communauté: le massacre des tigres terroristes tamouls est célébré le 5 juillet (Black Tigers Day). On a consacré le 23 Octobre aux femmes engagées dans la lutte tamoule (Women’s Day of Tamil Eelam) et The Great Warriors Day rappelle ceux qui ont été les martyres de la cause tamoule, victimes de l’armée sri lankaise. Il va de soi que les médias sont devenus des organes de propagande utilisés de façon efficace par les membres de la diaspora : les radios furent les premiers moyens de communication à se développer durant les années 1980, puisque la presse écrite nécessitait une infrastructure plus sophistiquée. On dénombre une dizaine de radios au Canada, dont la radio 24h sur 24 en Tamoul à partir du Canadian Broadcasting Corporation. Par ailleurs, ce sont les immigrés de la première génération, les senior citizens tamouls, souvent des retraités qui ont largement contribué à rendre la radio populaire, dans le désir d’entretenir des contacts, et aussi nourrir la nostalgie pour leur pays natal.

Enfin, le désir d’une expansion dans le territoire d’adoption n’exclut pas l’hypothèse de rentrer au pays. Les Tamouls de cette diaspora, comme tout immigré, se confrontent aux dilemmes de la double allégeance et des crises identitaires. Les habitants de ce  pays,  à la fois virtuel et éclaté, sont unis par un vécu commun. Le nomadisme est produit du rejet social et ethnique, provoqué par des frontières politiques  dressées en dépit des démarcations linguistiques et culturelles. Les Tamouls aujourd’hui, occupent donc un nouvel espace soudé par des échanges intellectuels. Ainsi défient-ils les frontières géographiques, trouvant leur cohésion non dans un espace national, mais dans une idéologie qui transgresse les frontières réelles et aboutit à un nationalisme trans-territorial. Le discours nomade tamoul fait émerger une nouvelle patrie virtuelle qui permet à ses habitants de se réunir pour militer ou tout simplement….méditer.

 


[1] Benedict Anderson, Imagined Communities, London and New York: Verso, 1991

[2] Certains arguent que les distinctions aryano-dravidiennes d’ordre linguistique établies par les orientalistes au 19e siècles se sont vues élargies à la « race ». Voir E. Méyer, Sri Lanka entre particularismes et mondialisation, Paris: La Documentation Française, 2001, K.M.de Silva, in A History of Sri Lanka, Colombo: Vijitha Yapa Publications, 2003, p.13. et Arun Guneratne, « What’s in a Name, Aryans and Dravidians in the Making of Sri Lankan Identities » in The Hybrid Island, Neluka Silva, (éd.), Colombo: Social Scientists Association, 2002)

[3] « Thus, Sri Lanka has been from very early in its recorded history a multi-ethnic society in which a recognisable Dravidian componendtwas present but not sufficiently powerful to alter the basic Aryan or North Indian character of the population. The evidence available at present would tend strongly to support the conclusion that Aryan settlement and colonisation preceded the arrival of Dravidian settlers by a few centuries. ». K.M.de Silva, op.cit.,p.13.

[4] « Sri Lankan Tamils have always believed that they were among the earliest inhabitants of this island. ». Voir D. Nesiah, Tamil Nationalism, Marga Monograph series, vol. 6, Colombo: Marga Institute, 2001, p. 3

[5] R. Cheran, The Sixth Genre: Memory, History and the Tamil Diaspora Imagination vol. 7, Colombo: Margha Institute, 2001,p.10. Voir aussi les travaux de Nira Wickramasinghe, Sri Lanka in the Modern Age: A History of Contested Identities, Londres : C. Hurst & Co. 2006.

[6] Bien que cette présentation concerne les Tamouls, notons qu’une autre communauté sri lankaise, les Burghers croisement Métis cinghalo-hollandaise, a été, elle aussi, touchée par le phénomène diasporique. Nombreux sont ceux qui ont élu domicile en Australie et ont écrit, peint ou composé à partir de ce pays. Plusieurs exemples existent de Sri Lankais illustres dont Michael Ondaatjie installé au Canada. Auteur du Patient Anglais et le Phantom d’Anil, et Running in the Family, Michael Ondaatjie utilise le thème du rejet culturel et le nomadisme de sa communauté dans ses romans et sa poésie. Ondaatjie a consacré plusieurs romans à la question de l’exode burgher et du dilemme d’un peuple partagé entre trois cultures: le métissage cinghalo-hollandais et la culture anglaise. Le Patient Anglais  est une exception.

[7] Statistiques fournies par R. Cheran et Devenesan Nesiah, op.cit.

The Sixth Genre: Memory, History and the Tamil Diaspora Imagination

[8] Devenesan Nesiah, op. cit. p. 26.

[9] Le moteur de recherche pour des Tamouls – TOPTAMIL

[10] Walter Jayawardhana « We Jumped From Sri Lankan Frying Pan To Canadian Fire Says LTTE Front Organization President In Canada » article sur internet, Los Angeles, 2004.

[11] R. Cheran, op.cit.

[12] Devenesan Nesiah, Tamil Nationalism, Marga Monograph series éd., vol. 6, Colombo: Marga Institute, 2001, p. 9

[13] V. N. Giritharan’s Corner, site web.

[14] S. Ganesalingan – New Tamil Writer, site web.

[15] On trouve sur ces sites des paroles de chansons en MP3, des films et des vidéos, des chansons, des photos d’acteurs et actrices, des recettes de cuisine, descartes de vœux, des e-pals tamouls, du chatting en tamoul, de l’humour tamoul (Tamil Jokes), des associations de la jeunesse tamoule, des listes de noms pour des nouveaux-nés…

[16] R. Cheran, in The Sixth Genre, p. 14-15.

© V. Tampoe-Hautin, Université de La Réunion