« Tamil societies and visibility », 23 mai et « Tamil writers in Exile », 24 mai 2014 à la FMSH de Paris

Nous tenons à vous informer les dates suivantes ce mois-ci : « Tamil societies and visibility« , le 23 mai après-midi, et de « Tamil writers in Exile » le 24 mai après-midi.
En effet, le programme thématique Non-lieux de l’exil s’associe avec le programme Inde de la Fondation Maison des Sciences de l’homme, ainsi que le Centre of South Asian Studies de l’Université de Cambridge dans l’organisation d’un double panel, les 23 et 24 mai 2014. Ces panels se dérouleront au 190 avenue de France, 75013 Paris.
Le programme et toutes les informations se trouvent sur : http://nle.hypotheses.org/1900
Les intervenants :
Luxmy (Nagaluxmy Sivasamboo) was born in Sri Lanka and left for France in 1981. She obtained a degree in Civil engineering at the University of Moratuwa, Sri Lanka. She has been actively involved in the cultural politics of Tamil diaspora in Europe since 1990 and was one of the active members of the Tamil Literature Conference based in Exile from later part of eighties. Luxmy is one of the founding editors of ‘Uyirnizhal’ – a Tamil printed magazine for culture, fine arts and criticism from 2000 and she was one of the editors of the magazine ‘Exil’ (between 1995 to 1999). She has written many articles and critics, also translated numerous articles and short stories from English and French to Tamil.  Most of them appeared in Tamil diaspora journals and webzines. As a publisher (Exil Publication), she has published several anthologies of poetry from 1992.
Delon Madavan is Doctor of Geography at the University of Paris-Sorbonne. He is a researcher affiliated with the Centre for the Study and Research on India, South Asia and its diaspora (CERIAS-UQUAM). His thesis focuses on the socio-spatial integration of the Tamil minority in Colombo, Kuala Lumpur and Singapore. He studied this minority’s integration through an analysis of their citizenship, their citadinity and transnationality. Delon Madavan is also the author and co-author of several articles and books on Sri Lanka, and Jaffna town in particular. He also organized several conferences on the impact of the Sri Lankan conflict and is a co-director of the website Sri lanka & Diasporas.
Annamaria Motrescu-Mayes is an Affiliated Lecturer and a Research Associate at the Centre of South Asian Studies (CSAS), and a Research Fellow in Arts and Social Sciences at Clare Hall, University of Cambridge. Annamaria uses her research, publications and graduate teaching to contribute to the field of visual rhetoric and historical studies. She teaches a course on ‘Visual rhetoric and modern South Asian history’ at CSAS, and is currently designing new visual teaching and research resources in collaboration with the Indian National Council of Educational Research and Training. Annamaria is also the founder of the ‘Amateur Cinema Studies Network’ (http://amateurcinemastudies.org).
Pradeepan Raveendran was born in Sri Lanka in July 1981. He is a self-taught photographer and filmmaker. He has been living in Paris, France since 2004. Pradeepan’s first directorial debut was in 2009 with the short film ”A Mango Tree in the Front Yard”. This film was an official selection at the Berlin International Film Festival in 2009 and subsequently nominated for a Golden Bear. His second short film ”Shadows of Silence” was premiered at the ‘Director’s Fortnight’ in Cannes International Film Festival 2010. Both films screened at various film festivals.
Remo Reginold is a South Asian Scholar and Performance theorist. He is a doctoral candidate at Cardiff University, and an affiliated scholar with the Centre of South Asian Studies, University of Cambridge. From 2008 to 2011 he was a Junior Research Fellow with the Centre for Just Peace and Democracy (CJPD), Geneva. Since 2012 he is affiliated with the Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), Paris, collaborating on the Programme Asie du Sud and Programme Non-lieux de l’exil. Reginold’s areas of specialisation are Phenomenology, Semiotics, Art theories, Ethnographic Studies and Tamil Cultural Studies.
Sujit Sivasundaram is Lecturer in World and Imperial History since 1500 at the University of Cambridge and a Fellow of Gonville and Caius College. His most recent book is ‘Islanded: Britain, Sri Lanka and the Bounds of an Indian Ocean Colony’ (University of Chicago Press, 2013). In 2012 he won a Philip Leverhulme Prize for History, awarded to young scholars in the UK for contributions to research. He is a Visiting Professor at EHESS this academic year.
source: http://nle.hypotheses.org/1900

« Lankan Muslims in London and Political Myopia » by Raashid Riza

This is a significant error of judgement on the part of sections of the Lankan British Muslim community in London and I am both thankful and relieved by the political astuteness of the Sri Lankan Muslim civil society groups based in Sri Lanka who have swiftly distanced themselves from this sad manifestation of political myopia.

via: http://groundviews.org/2014/05/06/lankan-muslims-in-london-and-political-myopia/

source: Groundviews

« Financial networks supporting LTTE active: U.S. » by Meera Srinivasan

Activist Paikiasothy Saravanamuttu said collaboration between various international intelligence agencies on the issue of international terrorism did not throw a surprise.

“If there is any hard evidence of a sustained LTTE exercise abroad, I suppose the report is relevant, for the political objectives of those groups [among Tamil diaspora] are well within Sri Lanka,” said Mr. Saravanamuttu, executive director of the Centre for Policy Alternatives, a think tank based in Colombo.

Read full article via http://www.thehindu.com/news/international/world/financial-networks-supporting-ltte-active-us/article5970804.ece

 

Communiqué de presse du Conseil International de l’Eelam Tamoul (ICET) sur la Résolution prise par la Commission des Droits de l’Homme

Nous partageons pour information le communiqué de presse diffusé par le Conseil International de l’Eelam Tamoul (ICET), sur la position de la diaspora tamoule eelamiste, sur la sur la Résolution prise par la Commission des Droits de l’Homme.

ICET Communique de Press -Geneva Press Club- 21 March 2014-1 (1)-1

 

Source: Conseil International de l’Eelam Tamoul (ICET)

« The Encyclopedia of the Sri Lankan Diaspora » General editor Peter Reeves, Edited by Rajesh Rai and Hema Kiruppalini

AAA

Well over a million people of Sri Lankan origin live outside South Asia. The Encyclopedia of the Sri Lanka Diaspora is the first comprehensive study of the lives, culture, beliefs and attitudes of immigrants and refugees from this island. The volume is a joint publication between the Institute of South Asian Studies, NUS, and Editions Didier Millet. It focuses on the relationship between culture and economy in the Sri Lanka diaspora in the context of globalisation, increased transnational culture flows and new communication technologies. In addition to the geographic mapping of the Sri Lanka diaspora in the various continents, thematic chapters include topics on “long distance nationalism”, citizenship, Sinhala, Tamil and Burgher disapora identities, religion and the spread of Buddhism, as well as the Sri Lankan cultural impact on other nations.

For further information about the book and sales related matters, please visit this website:  http://www.edmbooks.com/Book/6880/The-Encyclopedia-of-the-Sri-Lankan-Diaspora.html

Reference: Reeves, Peter., Rai,  Rajesh and Kiruppalini, Hema (eds), 2013, The Encyclopedia of the Sri Lankan Diaspora, Singapore, Editions Didier Millet, p.200

« Sri Lanka: Postwar Tamil Activism in Canada » by Daniel Kitts

As part of this week’s online series on Sri Lanka, theagenda.tvo.org had a conversation with members of Canada’s Tamil community about Sri Lanka’s postwar present and future.

Canada’s Tamil community is large but its internal political debates and activism on the Sri Lanka issue is often poorly understood to anyone on the outside.

To better understand Canadian Tamil political activism and how it has evolved since Sri Lanka’s civil war ended in 2009, I spoke with Amarnath Amarasingam, a postdoctoral fellow at York University’s Centre for Refugee Studies, who has researched the issue of Tamil activism in Canada.

via: http://theagenda.tvo.org/blog/agenda-blogs/sri-lanka-postwar-tamil-activism-canada

source: theagenda.tvo.org

Some discussions on Sri Lanka, CHOGM, and the Canadian diaspora

The Agenda with Steve Paikin and producer Daniel Kitts have focused all week on discussing Sri Lanka’s efforts to emerge from decades of civil war in a series of online conversations. They are below.

Sri Lanka: Human Rights Update (http://bit.ly/1anNmjc)
Sri Lanka and Responsible Tourism (http://bit.ly/18s8WA2)
Sri Lanka: The Island Nation’s Muslims (http://bit.ly/18tiRoO)
Sri Lanka: Harper, Tamils and Canadian Immigration Policies (http://bit.ly/1auWC52)
Sri Lanka: Canada’s Sinhalese (http://bit.ly/1btkTGn)
Sri Lanka: Canada’s Tamils (http://bit.ly/1aviHR6)
Sri Lanka: Postwar Tamil Activism in Canada (http://bit.ly/1dAqFsL)

« Une étude novatrice de Delon Madavan sur les minorités tamoules à Colombo, Singapour et Kuala Lumpur » par Éric Meyer

Delon Madavan a soutenu brillamment sa thèse de doctorat en géographie à l’Université de Paris-Sorbonne le 26 septembre 2013.

Le travail de Delon Madavan associe dans une même étude Asie du Sud-Est et du Sud. Cette démarche, trop rare dans l’univers cloisonné des études aréales, est particulièrement pertinente, s’agissant des minorités tamoules établies sur le pourtour du golfe du Bengale, aire de circulation « connectée » bien avant l’impact colonial britannique. La propension spécifique des populations tamoules à émigrer concerne un large spectre sociologique, allant des travailleurs manuels (les coolies) aux marchands et gens de mer, aux artisans, et plus récemment aux professionnels du secteur tertiaire maîtrisant la langue anglaise et les outils informatiques. Delon Madavan analyse parfaitement la complexité de ces populations, et pose d’emblée la question de la création et des limites d’une identité tamoule transcendant cette hétérogénéité. Il conclut à juste titre que « la communauté tamoule est avant tout une agrégation d’expériences individuelles »
Parmi les concepts utilisés, ceux d’appartenance ethnique et de diaspora retiennent l’attention. Delon Madavan, dans le premier chapitre puis dans la dernière partie de sa thèse, montre comment le sentiment d’appartenance se fonde sur l’usage et la célébration de la langue tamoule, sur la large diffusion d’un imaginaire commun par la production cinématographique de ‘Kollywood’, et plus récemment sur le culte de l’héroïsme et sur le rêve d’un État national développés par les militants séparatistes sri lankais. Il évoque aussi la place tenue par les stratégies d’alliance qui maintiennent la cohésion par des mariages croisés (sans toutefois surmonter les segmentations internes de caste en dépit des efforts des militants de la cause tamoule). Le terme de diaspora, tel qu’il est défini comme « applicable à toute communauté post-migratoire caractérisée par une dispersion dans plusieurs pays à partir d’un foyer d’origine », est utilisé à bon escient ; il gagnerait à être mis au pluriel, pour prendre en compte l’importance de la segmentation des communautés tamoules ; à cet égard, la diaspora issue de la ville de Jaffna, qui fonctionne en réseau de Colombo à Kuala Lumpur, Singapour, Londres, Toronto ou Paris, répond mieux à cette définition que les communautés de travailleurs tamouls des plantations de Sri Lanka et de Malaisie, qui ont pourtant des origines communes et des destins parallèles, mais n’ont pas conservé de liens.
L’étude est menée dans une perspective géographique, son objet étant d’analyser l’inscription dans l’espace urbain du fait ethnique. Les terrains choisis sont les quartiers tamouls de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour, cités qui ont en commun d’être des créations coloniales mais que distinguent leur composition ethnique et leur évolution politique depuis les indépendances. La méthode comparative est utilisée par Delon Madavan comme un procédé heuristique qui permet de prendre du recul pour mieux comprendre les situations particulières. Le plan qui juxtapose et combine dans des grandes parties thématiques le cas des trois cités permet de mener une véritable comparaison .
En ce qui concerne la ville de Colombo, le travail est totalement novateur, en dépit des difficultés considérables inhérentes à toute recherche sur Sri Lanka, et plus particulièrement sur les Tamouls sri lankais, dans un contexte politique marqué par la guerre opposant le gouvernement aux militants séparatistes des LTTE (Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul). Le choix de ne pas traiter de la période postérieure à la défaite militaire des séparatistes (mai 2009) est amplement justifié par l’exigence de sérieux qui distingue le temps du chercheur de celui du publiciste. Il n’existait jusqu’à cette thèse aucune étude sur les minorités tamoules de Colombo, ni même d’étude géographique ou sociologique de qualité scientifique concernant cette cité, sur laquelle l’auteur aurait pu s’appuyer, et les données statistiques au niveau local étaient difficiles d’accès. En outre, le climat de violence urbaine généralisée interdisait à Delon Madavan de mener une enquête ‘au fil des rues’ comme dans les autres capitales, d’autant que ses origines tamoules le rendaient potentiellement suspect aux yeux des autorités en dépit de sa nationalité française, et que sa posture de chercheur ne le mettait pas à l’abri des pressions des militants. L’auteur explicite les moyens qu’il a employés pour surmonter ces obstacles, et la thèse prouve à l’évidence qu’il est parvenu à relever le défi.
Les analyses qu’il propose, illustrées par une cartographie abondante et inédite d’excellente facture, donnent une image précise de ces communautés. Elle révèlent l’existence de deux espaces tamouls géographiquement et sociologiquement séparés, l’un au nord de la capitale (Kotahena) et l’autre au sud (Wellawatte, Dehiwela) ; et la genèse en deux temps de ces quartiers, d’abord à la période coloniale, Kotahena, situé à proximité du port, ayant accueilli les commerçants et les manœuvres indiens, et Wellawatte les fonctionnaires et membres des professons libérales anglophones venus de Jaffna ; puis à partir des années 1970, Kotahena servant de refuge aux ouvriers des plantations chassés par la politique de nationalisation (comme en Malaisie), et Wellawatte de refuge aux Jaffnais chassés du nord de l’île par le conflit. Il en résulte ce qu’on pourrait qualifier de paradoxe de Colombo : « malgré la guerre, Colombo devient [ou plutôt reste] le principal centre de convergence des flux migratoires qui transforment la géographie de la population dans la ville (…) La part des Tamouls y augmente considérablement alors que celle des Cingalais ne cesse de diminuer » – ce qui contribue à la tamoulophobie de la communauté majoritaire. Les interviews menées par l’auteur, dont des extraits bien choisis soutiennent la thèse, montrent que cette nouvelle migration est perçue comme temporaire (« ils sont à Colombo mais pas de Colombo »), que l’espace n’est pas approprié, que « le logement est perçu comme une adresse », et que l’arrivée des nouveaux migrants ne réinjecte pas de particularisme culturel.
Cette situation, qui distingue Colombo des deux autres cités étudiées, est sous-tendue par la politique discriminatoire du gouvernement sri lankais à l’égard des minorités tamoules. Les développements que l’auteur consacre à ce sujet témoignent d’une remarquable exigence d’objectivité scientifique et d’un détachement de tout discours victimaire, sans s’abstraire d’une empathie pour le destin tragique de ces communautés.
Les qualités de chercheur de Delon Madavan, son dynamisme et sa détermination, sont mises en évidence par cette étude, mais aussi par ses travaux antérieurs sur Jaffna, par l’organisation d’un colloque international sur les communautés tamoules et le conflit sri lankais en Sorbonne en février 2010, et par l’animation du présent carnet de recherche sur Sri Lanka et ses diasporas depuis mai 2012.
La nouveauté et la justesse des analyses, la qualité de l’écriture, de la cartographie et des illustrations, font de cette thèse une production scientifique de grande valeur qui mérite une large diffusion.

Eric Meyer, membre du jury de thèse, Professeur émérite, INALCO

PS: Cliquer pour lire le résumé de la thèse

Résumé de thèse: « Les minorités tamoules à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour : Minorités, intégrations socio-spatiales et transnationalités » par Delon Madavan

Nous avons le plaisir de partager le résumé de la thèse de Delon Madavan sur « Les minorités tamoules à Colombo,  Kuala Lumpur et Singapour : Minorités, intégrations socio-spatiales et transnationalités ». Cette thèse, préparée sous la direction du Professeur Olivier Sevin à l’Université de Paris Sorbonne au sein du laboratoire Espaces, Nature et Culture (UMR 8185), a été soutenu le 26 septembre 2013.  Delon Madavan a obtenu pour son travail le titre de Docteur en géographie avec la mention très honorable et les félicitations à l’unanimité du jury.

Fig4bis

 

La comparaison de la situation de la minorité tamoule à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour permet d’étudier son intégration dans trois États multiculturels post-coloniaux aux contextes politiques nationaux très différents. Ainsi, la situation des Tamouls à Sri Lanka est celle d’une minorité discriminée et dont une faction a été en guerre ouverte contre l’État, alors qu’à l’inverse, à Singapour, la promotion par l’État d’un multiculturalisme reconnaissant quatre identités culturelles (Les Chinois, les Malais, les Indiens et les « Autres ») a empêché la résurgence de conflits inter-ethniques grâce à leur promotion égale. Ce pays semble réussir à concilier un haut niveau d’ethnicité, c’est-à-dire la reconnaissance de la singularité des communautés à travers certains marqueurs culturels comme la langue, la religion ou la région d’origine, avec une identité nationale forte. Les Tamouls de Malaisie évoluent pour leur part dans un contexte dans lequel les populations bumiputeras sont privilégiées. En effet, l’État y conduit une politique officielle de discrimination positive favorisant la population malaise au détriment des minorités chinoises et indiennes. Ces trois exemples différents et complémentaires présentent l’avantage d’apparaître comme emblématiques de la situation des minorités en général.

Définir comme terrain de recherche les seules capitales permet d’offrir une certaine unité qui facilite la comparaison, du fait que ces villes partagent des points communs. Ces capitales regroupent les membres des différentes communautés qui constituent la population de chacun des pays retenus. Les Tamouls y vivent dans trois sociétés plurielles dans lesquelles ils sont minoritaires et en situation de diaspora. On peut émettre l’hypothèse que cette communauté est plus sensible à la question de l’intégration à la Nation, du fait qu’elle évolue dans un contexte cosmopolite dans lequel elle est minoritaire. En effet, les décisions du pouvoir central y ont une incidence plus grande que dans le reste du pays. Colombo, Kuala Lumpur et Singapour sont trois études de cas, contrastés et emblématiques, légitimes pour contribuer à la réflexion générale sur les identités minoritaires en ville.

La problématique qui sous-tend l’ensemble de cette thèse peut être formulée par une question transversale : comment cette minorité diasporique réussit-elle ou non à maintenir la particularité de son identité ethnique et en même temps à être intégrée à la nation dans le cadre spatial des capitales ? L’interrogation sur l’intégration de la minorité tamoule dans ces milieux urbains place l’espace au centre d’une recherche qui s’inscrit dans une problématique géographique, bien qu’elle emprunte des méthodes et concepts à d’autres disciplines de sciences sociales. En effet, des notions sociologiques et anthropologiques comme l’identification, la visibilité ethnique ou l’intégration seront considérées en privilégiant l’approche spatiale. Nous pouvons justifier ce choix par le fait que la médiation des flux de population, de la société et de l’espace forme des lieux, des territoires, des paysages et des espaces de vie qui sont autant de formes spatiales de l’identité. Dès lors, l’identité spatiale est un moyen de mesurer et d’analyser la vie, les échanges et les représentations des hommes vivant dans cet espace. Ainsi, avec cette perspective dialectique (flux/société/espace), la démarche géographique vise à démontrer ce que l’espace apprend du maintien ou de l’évolution de l’identité et de l’intégration minoritaire dans la société.

En outre, le groupe étudié dans ces trois villes a un statut particulier du fait qu’il est à la fois une minorité ethnique au sein de son pays d’installation, une diaspora pour son foyer d’origine et un des éléments constituant la communauté transnationale tamoule dispersée à travers le monde. C’est pourquoi les échanges transnationaux qui peuvent exister entre Tamouls et les dynamiques migratoires internationales des Tamouls dans ces trois pays ont également été considérés afin de comprendre leurs conséquences sur l’identification et l’intégration de ceux de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour.

La démarche diachronique utilisée dans la première partie permet d’expliquer la complexité du profil socio-culturel de la minorité tamoule dans les trois villes et les contextes spécifiques dans lesquels elle évolue. L’étude des trajectoires migratoires des Tamouls au sein de ces trois terrains a permis d’avoir une meilleure compréhension de la pluralité de leurs identités dans ces territoires. Les Britanniques sont à l’origine de l’afflux de travailleurs tamouls au profil socio-économique et culturel très hétérogène. Dès l’époque coloniale, l’implantation de cette communauté à proximité de leur lieu de travail conduit à la constitution d’ethno-territoires. En outre, les politiques de la puissance coloniale, puis des trois États indépendants vis-à-vis de Tamouls, ont également pesé dans le processus de construction identitaire et dans l’intégration de cette minorité dans les villes étudiées. Le durcissement de la politique migratoire par la puissance coloniale et la perspective de l’indépendance marquent la fin du caractère transitoire de la présence tamoule, et soulève la question de la place à accorder à ces derniers dans les nations post-coloniales qui doivent être construites avec les indépendances.

L’analyse des politiques menées par les trois États post-coloniaux à l’égard des minorités a permis de mieux comprendre leurs impacts sur le sentiment d’intégration, l’identification des Tamouls à la nation et sur leur distribution dans l’espace urbain.

À Sri Lanka, la politique discriminatoire de l’État est perçue comme une menace pour la survie de la culture et l’identité tamoule dans l’île. La détérioration des relations entre Colombo et la principale minorité du pays a conduit certains groupes tamouls radicalisés à prendre les armes pour créer leur propre État indépendant. La guerre a notamment eu pour effet de transformer la géographie de la population de la capitale. Le poids démographique des Tamouls y augmente avec l’arrivée des déplacés de guerre qui fuient les fronts. Ces derniers s’établissent de préférence à Wellawatta et Kotahena ou dans des quartiers périphériques comme à Dehiwela. Le sentiment d’insécurité éprouvé par les Tamouls rend plus difficile leur identification et leur intégration à la nation sri lankaise.

En Malaisie, la politique de discrimination positive adoptée en faveur des Malais par l’État renforce la polarisation ethnique de la société. Dans ce contexte, l’éradication des quartiers spontanés de Kuala Lumpur est perçue par certains Tamouls comme un instrument de l’État afin de détruire les quartiers communautaires et le mode de vie de la minorité dans l’espace urbain de la capitale. En réaction, les Tamouls malaisiens réaffirment leurs différences culturelles et religieuses, tout en clamant leur attachement à leur pays.

À Singapour, l’État fait la promotion d’un multiculturalisme privilégiant la méritocratie et préservant les minorités culturelles du risque d’assimilation, afin de favoriser leur intégration. Pour conforter la coexistence intercommunautaire, l’État a réaménagé son territoire pour briser les enclaves ethniques de la période coloniale, afin de faire cohabiter les Singapouriens dans des immeubles et des quartiers dans lesquels le caractère multiethnique est imposé par des quotas à respecter. Le quartier de Serangoon road demeure le seul espace de l’île où la présence de l’identité indienne dans l’espace urbain est préservée avec le soutien des dirigeants du pays.

La connaissance de l’histoire sociale et politique des différents pays est donc indispensable pour comprendre l’évolution des logiques d’ancrage spatiale de la communauté tamoule dans le cadre urbain des capitales examinées. Les rapports qu’entretiennent les Tamouls avec l’État et la communauté ethnique majoritaire du pays conditionnent donc fortement la manière dont ils perçoivent leur intégration, la place de leur culture dans la société et leur identification à la nation.

Une enquête de terrain socio-anthropologique (questionnaires, enquêtes au fil de la rue et travail d’observation des espaces publics et domestiques) dans des quartiers présélectionnés a permis d’analyser la place de la culture tamoule et la façon dont les membres de cette communauté vivent et s’identifient. En outre, l’examen des fondements territoriaux de l’identité tamoule, à l’échelle locale,  dans ces trois villes a permis de voir ce que l’espace apprend du maintien ou de l’évolution de l’inscription urbaine de ce groupe minoritaire. Les pratiques citadines des Tamouls, notamment celles qui ont trait à la maison et à la fréquentation des lieux de sociabilité communautaires (les édifices religieux, les commerces et les associations), peuvent être à l’origine d’une territorialisation de l’identité tamoule dans ces villes. En effet, La maison est incontestablement le premier cadre d’expression de l’identité tamoule dans l’espace privé du foyer. La durée de la présence dans le logement, l’investissement personnel ou familial dans la construction du bâtiment, ou encore sa possession légale sont autant d’éléments créant l’ancrage territorial des individus et le sentiment d’appartenance à la ville.  Néanmoins, plusieurs facteurs (le fait que l’installation dans le logement ait été choisie ou non, la tenure, etc.) remettent en question l’attachement au logement et donc l’intégration de certains groupes de Tamouls (dernières vagues de déplacés Jaffnais, migrants économiques peu qualifiés venus des plantations à Colombo, ou Tamouls qui ont été relogés de force dans certains immeubles sociaux à Kuala Lumpur). Les équipements religieux, commerciaux et associatifs peuvent également concourir au processus de territorialisation de l’identité tamoule. Ces lieux de sociabilité sont surtout des milieux tamouls dont la plus ou moins forte concentration a des conséquences sur la visibilité tamoule, et sur le rôle du quartier dans la vie des Tamouls en tant que communauté. Selon l’importance de ces équipements sociaux dans les quartiers, les Tamouls les reconnaissent ou non comme étant tamouls.

En outre, les politiques urbaines (éradication des bidonvilles et promotion de Little India) adoptées par les deux États Sud-Est asiatiques ont des conséquences sur l’empreinte urbaine tamoule, sur le sentiment d’intégration des membres de cette minorité et leurs pratiques urbaines. La politique dite de nettoyage urbain à Kuala Lumpur et les opérations de relogement qui l’accompagnent, influencent la production sociale de l’espace, avec des processus simultanés de territorialisation et de déterritorialisation qui ne sont d’ailleurs pas toujours complets. Cette politique d’éradication des bidonvilles menée par les pouvoirs publics est perçue très différemment par les Tamouls. Les habitants tamouls de ces quartiers informels y voient le refus de l’État de reconnaître leur droit à la ville et sa volonté de faire disparaître leur empreinte urbaine de la capitale. À l’inverse, les classes tamoules les plus aisées perçoivent l’éradication des bidonvilles comme une opportunité d’améliorer l’image de la communauté, notamment grâce au processus de gentrification qui s’opère dans ces territoires. La remise en cause de l’ancrage territorial est donc un facteur qui peut nourrir chez certains Tamouls le sentiment de ne pas être considérés par l’État, et donc de ne pas être intégrés.

Par ailleurs, le réaménagement urbain a aussi entraîné une transformation de la citadinité tamoule. Leur pratique ethnique de la ville a en effet pris un caractère réticulaire dans lequel les quartiers vitrines s’imposent comme des centres aux fonctions vitales (culturelle, sociale, économique) pour la communauté et la rend visible dans l’espace urbain de la ville. Mais la pratique de la ville par les Tamouls est loin de se limiter à ces lieux ethniques et ce sont les espaces communs, où ils côtoient les membres des autres communautés, qu’ils fréquentent essentiellement dans leur vie de tous les jours. Cette réalité n’est pas sans conséquence sur la façon dont ils perçoivent leur identité et leur appartenance à la nation.

Enfin, les échanges transnationaux et les dynamiques migratoires internationales contemporaines des Tamouls dans les trois pays retenus ont également des conséquences sur l’identification et l’intégration de ceux de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour.

Les échanges transnationaux culturels (films, littérature, musique, médias) avec les foyers d’origines favorisent le maintien de l’identité culturelle tamoule, malgré le contexte d’extraterritorialité et minoritaire dans lequel se trouvent les Tamouls d’Asie du Sud-Est.

En outre, nous avons constaté que différents acteurs (HINDRAF[1], LTTE[2]) tentent de mobiliser les membres de la communauté tamoule mondiale (estimée à 75,4[3] millions d’individus en 2008) afin de défendre leurs revendications socio-politiques et d’internationaliser leur combat. Cette stratégie est lourde de conséquences dans le cadre des relations des différents groupes tamouls avec leurs États. Les mobilisations transnationales, pro-eelamiste[4] ou le lobbying de l’HINDRAF en Inde, soulèvent la question de la loyauté des Tamouls de Colombo, Kuala Lumpur et Singapour envers leurs pays. La propagande et les manifestations pro LTTE organisées à travers le monde constituent un frein à l’intégration de ceux qui vivent à Sri Lanka. À Singapour, les Tamouls évitent d’afficher trop ostensiblement leur soutien au mouvement séparatiste eelamiste, pour renforcer leur image de minorité modèle et loyale à Singapour. Par contre, en Malaisie, les Tamouls n’hésitent pas à se mobiliser pour soutenir le mouvement séparatiste LTTE, qui est considéré comme une véritable source d’inspiration dans la lutte pour la défense des droits des Tamouls. Les manifestations de solidarité tamoule transnationale sont ainsi un véritable sujet de préoccupation en matière de politique intérieure, mais également internationale pour les États d’installation et d’origine.

Enfin, l’arrivée de nouvelles vagues d’immigrants tamouls dans les deux pays Sud-Est asiatiques ou encore l’émigration de ceux de Sri Lanka ne sont pas sans conséquences sur l’identification et l’intégration des citoyens tamouls de ces trois pays. L’émigration, légale ou clandestine, des Tamouls originaires de la province Nord de Sri Lanka en Occident – pour rejoindre leurs proches de la diaspora – manifeste la volonté de ces derniers de s’émanciper définitivement de l’autorité de l’État sri lankais. Contrairement à Sri Lanka où l’émigration des Jaffnais contribue à freiner en quelque sorte leur identification à la nation, dans les deux pays Sud-Est asiatiques qui nous intéressent, l’arrivée de nouvelles vagues d’immigrants tamouls d’Asie du Sud tend au contraire à renforcer la prise de conscience de la part de l’ancienne diaspora tamoule de son particularisme culturel. Le contexte socio-politique national dans lequel évoluent les Tamouls singapouriens et malaisiens, ainsi que l’adoption par les deux États de politiques d’accueil très différentes des immigrants professionnels, participent à la plus ou moins bonne acceptation de la présence de la nouvelle diaspora tamoule par l’ancienne. Les intérêts souvent différents de ces deux communautés conduisent à une certaine distanciation et, dans le cas de Singapour, à des rivalités entre Tamouls locaux et immigrés. En outre, la naturalisation par la cité-État de certains étrangers est une autre source de tensions et pose la question de l’intégration la nouvelle diaspora dans la société singapourienne. Le manque d’échanges sociaux entre Singapouriens locaux et immigrants, associé à la peur de la concurrence étrangère est à l’origine, chez certains, du développement d’une xénophobie, qui existe également entre Tamouls, et qui renforce l’identification de l’ancienne diaspora tamoule à leur pays.

L’étude des Tamouls à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour démontre donc l’intérêt d’adopter une perspective comparative et multiscalaire pour saisir dans toute leur complexité les différents facteurs agissant sur l’identification et l’intégration socio-spatiale d’un groupe minoritaire. Dans le cas de minorités ethniques d’origine diasporique telle que celle des Tamouls, la politique d’intégration de l’État d’installation, l’inscription spatiale de leur identité, les pratiques au sein de l’environnement urbain, les liens officiels ou informels qui sont préservés avec le pays d’origine, et les solidarités ethnique infra et transnationales, participent à des degrés différents à la construction d’une identité communautaire qui peut, selon le contexte historique, économique et l’environnement socio politique, cohabiter ou concurrencer l’identité nationale.

 

Composition du jury de thèse

Monsieur Christian HUETZ DE LEMPS, Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne

Monsieur Frédéric LANDY, Professeur, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Monsieur Éric MEYER, Professeur émérite, INALCO

Monsieur Olivier SEVIN, Professeur, Université Paris-Sorbonne

Monsieur Chee WONG TAI, Professeur, Nanyang Technological University (Singapour)


[1]. L’Hindu Rights Action Force (HINDRAF) est une coalition de plusieurs ONG hindouistes et indo-malaisiennes. L’HINDRAF appelle la minorité hindouiste à protester contre la politique discriminatoire de l’État favorisant les Malais et contre les destructions de temples hindouistes à travers le pays.

[2]. Le Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE) : est un mouvement indépendantiste, fondé en 1976 par Velupillai Prabhakaran, dont le but affiché est de défendre les Tamouls de Sri Lanka. Pour cela, l’organisation demande le droit à l’autodétermination et la création d’un État, le Tamil Eelam, dans le Nord et l’Est de l’île. Pour obtenir leur indépendance, les Tigres (surnom donné aux militants LTTE) se sont engagés, jusqu’à leur défaite militaire du 17 mai 2009, dans une lutte armée contre le gouvernement central.

[3]. Source : Goreau-Ponceaud, 2008, « La diaspora tamoule : lieux et territoires en Île de France », dans L’espace Politique, N°4ê2008-1, pp.21-35

[4]. Les manisfestations pro eelamistes sont organisées par les militants tamouls favorables à la création d’un Tamil Eelam.

 

MADAVAN D., 2013, Les minorités tamoules à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour : minorités, intégrations socio-spatiales et citadinités, thèse de doctorat en géographie, Paris, Université Paris-IV Sorbonne.

Appel à contributions et volontaires : Projet « Roots of Diaspora »

Les racines de la diaspora : Les trajectoires migratoires comptent, elles nous forment.

rootsofdiasporabanner3

 

Racines de Diaspora (Roots of Diaspora) est un projet interactif sur la migration et l’asile politique qui vise à recueillir des histoires personnelles et familiales de la fuite et de l’émigration de Tamouls de Sri Lanka depuis l’indépendance de l’île en 1948. Le projet vise à tracer les itinéraires, les modes de déplacements, les rencontres et les expériences, de près d’un million de Tamouls qui ont quittés l’île de Sri Lanka pour chercher refuge à l’étranger. Le but de ce projet est de cartographier aussi bien les migrations d’avant la guerre, celles qui se sont développées pendant le conflit et enfin celles qui se poursuivent depuis la victoire finale de l’armée sri lankaise sur le LTTE. Ce travail cartographique nous permettra d’avoir une meilleure compréhension de l’impact des politiques discriminatoires et des violences ethniques qui ont affectées la principale minorité de l’île.

Avec ce projet, nous visons à défaire le statu quo diasporique et trouver des réponses à des questions en relation à ce qui s’est passé après le départ définitif de Sri Lanka. Où les Tamouls désiraient-ils émigrer ? Par quel(s) point(s) de transit(s) sont-ils passés ? Comment ont-ils passé les frontières et les obstacles naturels ? Comment s’est déroulé leur voyage ? Comment le contexte géopolitique des frontières et les politiques nationales d’accueil des migrants (et notamment des réfugiés) plus ou moins favorables dans les pays développés ont-ils influencé leurs parcours et le choix de la destination finale Ce sont quelques-unes des questions auquelles ce projet à l’intention de trouver des réponses.  L’objectif est donc de retracer, en replaçant dans leur context historique, les départs, les arrivées et surtout la période entre le départ et l’arrivée des migrants et des réfugiés tamouls.

En tant que communauté, nous avons fait peu d’effort pour collecter et archiver les récits de l’histoire migratoire des Tamouls, de leurs difficultés, de leurs souffrances et de la violence de ce processus auquel ils ont du faire face. Avec ce projet, nous espérons lutter contre le silence qui entoure les questions de migration au sein de la communauté tamoule et nous espérons encourager les conversations et les échanges entre les membres de diaspora tamoule dispersée à travers le monde et préserver ainsi nos souvenirs et nos identités.

Nous souhaitons vous inviter à nous rejoindre à ce projet et à contribuer à cette aventure collective.

Vous pouvez nous suivre sur Facebook : facebook.com/RootsofDiaspora et Twitter : twitter.com/rootsofdiaspora. Un site officiel sera bientôt lancé.

Pour les propositions et autres questions, contactez nous à l’adresse suivante : rootsofdiaspora@gmail.com.

 

Équipe, contributeurs et collaborateurs :

Sinthujan Varatharajah, fondateur de Roots of Diaspora, est le fils de réfugiés tamouls. Il est né et a été élevé en Allemagne. Il est écrivain, poète, photographe et “distortioniste” numérique. Sinthujan est actuellement doctorant en géographie politique à l’University College London et détient une Maîtrise en race, l’ethnicity et Postcolonial Studies de la London School of Economics and Political Science.

Amarnath Amarasingam est né à Mullaitivu (Sri Lanka) et s’est réfugié avec ses parents au Canada, à Toronto, alors qu’il n’avait que six ans. Il est actuellement chercheur post-doctoral au Centre for Refugee Studies de York University et enseigne également à l’University of Waterloo et à la Wilfrid Laurier University. Il est l’auteur de Pain, Pride, and Politics: Sri Lankan Tamil Activism in Canada, qui va prochainement être publié.

Abinaya Balasubramaniam est une Tamoule de la diaspora canadienne. Née à Jaffna, elle a grandi au Canada. Elle se définit comme un être diasporique, voyageuse et danseuse dont le parcours a influencé son intérêt pour l’activisme social et l’écriture. Elle est actuellement étudiante en Master à l’Université de Toronto. Elle suit un double cursus avec en majeur Equity Studies & Women and Gender Studies et en mineur Diaspora and Transnational Studies.

Delon Madavan est un Tamoul de la diaspora française. Il est né et a grandi à Paris. Docteur en géographie à l’Université de Paris-Sorbonne, ses premiers travaux de recherche portaient sur les conséquences du conflit intercommunautaire sri lankais pour la ville de Jaffna et ses habitants. Il a étudié dans sa thèse l’intégration socio spatial de la minorité tamoule à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour. Il est également un des co éditeurs du site en ligne Sri Lanka & Diasporas

Ahila Poolagaindran est la fille de réfugiés tamouls et a grandi au Canada. Elle s’intéresse aux questions liées aux migrations, à l’asile et l’immigration, les politiques publiques et la planification urbaine. Elle est actuellement inscrite en Public Policy and Refugee/Migration/Urban Studies à l’Université de Toronto et a obtenu sa Maîtrise en Development Studies à la McGill University de Montréal.

Jeyabharati Sivan est une Tamoule de la diaspora britannique. Née de parents réfugiés en Inde, elle a été élevée au Royaume-Uni. Elle s’intéresse aux questions liées au développement de projets artistiques, au marketing des arts et elle est impliquée dans la scène artistique sud asiatique londonienne. Elle travaille actuellement comme gestionnaire de licence pour le Financial Times et détient une Maîtrise en études commerciales de la London Metropolitan University.

Nayani Thiyagarajah appartient à la diaspora tamoule jaffnaise. Elle est née et à grandi à Toronto au Canada. Elle est écrivain, réalisatrice de film, artiste et suit une formation pour devenir accompagnante en périnatalité. Elle termine actuellement son Master en Interdisciplinary Studies (Diaspora/Performance/Women’s Studies) à la York University et détient une Maîtrise en journalisme de la Ryerson University  à Toronto.

Ram Sabaratnam appartient à la diaspora tamoule canadienne. Il est né et a été élevé à Toronto. Il s’intéresse à la théorie féministe et à la théorie démocratique et termine un MSc en théorie politique à la London School of Economics and Political Science. Il détient une Maîtrise en Science, Philosophy, and Women’s Studies de la McGill University de Montreal.

Nous sommes actuellement à la recherche de bénévoles pour aider à développer le projet. Si vous avez un intérêt pour les questions liées à la migration et la diaspora et que vous avez des compétences dans les médias sociaux, les relations publiques, la conception de sites Web, la photographie, les interviews, la recherche et l’édition, n’hésitez pas à nous contacter pour nous rejoindre à l’adresse suivante : rootsofdiaspora@gmail.com

Ce projet est géré de manière indépendante et n’est affilié à aucun parti politique, institution académique ou organisme de financement alternatif.

Call for contributions and volunteers: Project « Roots of Diaspora »

Roots of Diaspora: Journeys matter, journeys shape us.

rootsofdiasporabanner3

Roots of Diaspora is an interactive project on refugeehood and migration which aims to collect personal and family stories of flight and immigration of Tamils from Sri Lanka dating back as far as 1948, the year the postcolonial state was born. The project aims to trace the routes, modes of transportations, encounters and experiences of an estimated one million Tamil refugees and immigrants who left the island of Sri Lanka to reach sanctuaries abroad. The aim of this project is to map journeys of pre-war, war and post-war migration to provide visual understanding and context for the impact of racial violence and discriminatory policies on affected communities.

With this project we aim to undo the diasporic status quo and find answers to questions such as what happened following the final departure from Sri Lanka, where did Tamils desire to move to, which points of transit did they go through, how did they cross borders and natural boundaries, what did they experience throughout their journeys, what was the context of borders and geographies then, which policies aided/obstructed their decisions on their final pathways or where did they finally arrive at and how? These are just few of the questions this project intents to find answers to along this journey. The core idea behind this project is to historicise departures, arrivals and importantly the period in between departure and arrival of Tamil refugees and migrants.

As a community we have so far spent few efforts and resources on documenting the many stories of hardship, violence and displacement we have faced. With this project we hope to counter the profound silence surrounding questions of migration amongst the Tamil community and hope to incite meaningful conversations and exchanges between people across different oceans on our diasporic presence, identities and memories.

We want to invite you to join and contribute to this collective journey. Please do lend us your support and keep your ears and eyes open for more news to follow.

We can be found on Facebook: facebook.com/RootsofDiaspora and Twitter: twitter.com/rootsofdiaspora. An official website will be launched in due time.

For submissions, interests and other queries, please contact us under rootsofdiaspora@gmail.com.

Team, contributors and collaborators:

Sinthujan Varatharajah, founder of Roots of Diaspora, is the son of Tamil refugees, born and raised in Germany. He is a writer, poet, photographer, digital distortionist and collector of stories. Sinthujan is currently a PhD student in Political Geography at University College London and holds a MSc in Race, Ethnicity and Postcolonial Studies from the London School of Economics and Political Science.

Amarnath Amarasingam was born in Mullaitivu, Sri Lanka, and sought refuge in Canada with his parents, arriving in Toronto at the age of six. He is currently a post-doctoral fellow in the Centre for Refugee Studies at York University and also teaches at the University of Waterloo and Wilfrid Laurier University. He is the author of Pain, Pride, and Politics: Sri Lankan Tamil Activism in Canada, to be published in the near future.

Abinaya Balasubramaniam is a daughter of the Canadian Tamil diaspora, born in Jaffna and raised in Canada. She considers herself a diasporic body, traveller and dancer whose journeys have influenced her interest in social activism and narrative writing. She is currently doing a BA double major in Equity Studies & Women and Gender Studies, and a minor in Diaspora and Transnational Studies at University of Toronto.

Delon Madavan is a Tamil from the French diaspora, born and raised in à Paris. He holds a PhD in Geography from Université de Paris-Sorbonne. His early research focused on the consequences of the Sri Lankan interethnic conflict for the town of Jaffna and its inhabitants. He studied in his thesis the socio spatial integration of the Tamil minority in Colombo, Kuala Lumpur and Singapore. He is also one of the co editors of the online website Sri Lanka & Diasporas.

Ahila Poolagaindran is the daughter of Tamil refugees, raised in Canada. She has an interest in Migration, Asylum and Immigration, Public Policy and Urban Planning. She is currently studying Public Policy and Refugee/Migration/Urban Studies at the University of Toronto and has received her BA in Development Studies from McGill University, Montreal.

Jeyabharati Sivan is a daughter of the British Tamil diaspora, born to Tamil refugees in India and raised in the UK. She has an interest in developing arts projects, marketing the arts and is involved with the Southasian arts scene in London. She currently works as a Licence Manager for the Financial Times and holds a BA in Business Studies from London Metropolitan University.

Nayani Thiyagarajah is a daughter of the Yalpanam-Tamil diaspora, born and raised in Toronto, Canada. She is a writer, a performance artist, a filmmaker, and a doula in training. She is currently completing her MA in Interdisciplinary Studies (Diaspora/Performance/Women’s Studies) at York University and has a BA in Journalism from Ryerson University, Toronto.

Ram Sabaratnam is a son of the Canadian Tamil diaspora, born and raised in Toronto, Canada. He has an interest in Feminist Theory and Democratic Theory and is completing his MSc in Political Theory at the London School of Economics and Political Science. He holds a BA in Political Science, Philosophy, and Women’s Studies from McGill University, Montreal.

We are currently looking for volunteers to help the project grow. If you have an interest for migration and diaspora and have skills in social media, PR, webdesign, photography, interviews, research and editing, please contact us under rootsofdiaspora@gmail.com

The project is run independently and is not affiliated with any political body, academic institution or alternative funding body. 

« ‘Diaspora Diaries’: Exploring Connections and Interactions with Sri Lanka » by International Alert

The diaspora is diverse, and the complexities of the history and root causes of the conflict are often lost in media reporting. The plethora of experiences in diaspora communities, within and between ethnic groups, is also often unexplored. Diaspora individuals frequently have complex relationships with the land of their heritage, shaped by years of conflict both in Sri Lanka and within the diaspora itself. Viewpoints and political stances differ within communities, families and generations, not just between them.

Via http://groundviews.org/2013/10/24/diaspora-diaries-exploring-connections-and-interactions-with-sri-lanka/

source: Groundviews

« Diaspora Diaries: Reflections of the filmmaker » by Kannan Arunasalam

The Sinhalese felt the war is over and terrorism defeated, so what was there to talk about? The Tamils felt that by even taking part in my film they were implicitly agreeing with the government. That somehow all projects aiming at understanding the other were aligned with the Sri Lankan regime. Clearly, they saw little progress was being made to tackle the problems for Tamils in Sri Lanka and the question of accountability should trump any other efforts. I understand that. I didn’t agree with them, but I respect their right to hold these views and their decision not to take part. Clearly, they saw little progress was being made to tackle the problems for Tamils in Sri Lanka and the question of accountability should trump any other efforts. I understand that.

Perhaps at some point in the future both groups would be ready to talk to me and others whose approach to the conflict was different to theirs.

But I had also been moved by Ethir’s firm stance. Even if you agreed that reconciliation was the right approach, just talking about it wasn’t enough.

Via http://groundviews.org/2013/10/26/diaspora-diaries-reflections-of-the-filmmaker/

source: Groundviews

L’appel des Tamouls mauriciens pour obtenir le boycott par l’Île Maurice du sommet du Commonwealth organisé à Colombo (Lemauricien.com)

Nous partageons plusieurs liens d’articles publiés dans lemauricien.com qui évoquent les manifestations organisées par les Tamouls mauriciens appelant leur gouvernement à boycotter le sommet du Commonwealth qui doit se tenir cette année du 15 au 17 novembre à Colombo. Les organisateurs souhaitent prendre part à la mobilisation transnationale des Tamouls favorables à la création du Tamil Eelam afin de dénoncer les attentes aux droits de l’Hommes dont victimes ceux de Sri Lanka.

MAURICE AU SOMMET DU COMMONWEALTH : Le PM : « La décision mauricienne prise sur la base du principe » a révélé le PM  publié le 13/05/2013

SRI LANKA — MANIFESTATION DES ASSOCIATIONS TAMOULES: Le boycott du Sommet du Commonwealth réclamé publié le 18/05/2013

PMQT : Maurice maintient sa participation au Sommet du Commonwealth publié le 18/05/2013

Source: Lemauricien.com

 

« Angered by Oval Incident , British Tamil Activists Plan Huge Demonstration Against Sri Lanka in Cardiff on 20th During Match with India » by D.B.S.Jeyaraj

« Tamil political activists in Britain are preparing to conduct a massive protest demonstration on Thursday June 20th 2013 when Sri Lanka plays against India in the Champion Trophy cricket semi-final at the Welsh SWALEC Stadium also known Cardiff Wales Stadium. »

via: http://dbsjeyaraj.com/dbsj/archives/22073

Source: dbsjeyaraj.com