« Témoin des violences civiles survenues à Colombo à la fin du mois de juillet 1983 » par Vincent Faugère

Ces photos ont été prises à Colombo à la fin du mois de juillet 1983, dans le secteur de la gare ferroviaire. A cette époque, je voyageais, avec mon père, à Sri Lanka et dans le sud de l’Inde. J’avais 15 ans. Nous étions arrivés dans l’île le 2 juillet, par avion, en provenance de Paris. Au début de ce même mois, nous étions à Weligama quand nous avons été victimes du vol de nos papiers. Nous avons ainsi dû revenir à Colombo, et ce à plusieurs reprises, pour des raisons administratives.
Un journal de bord, tenu durant ce voyage, me permet de retracer en toute petite partie les événements dont nous avons été témoins pendant ces quelques jours. La situation était confuse et il ne m’en reste que de lointains souvenirs. Une chose est sûre : la ville était en proie à des violences. Un couvre-feu était décrété. Des Tamouls étaient tués et des trains bondés fuyaient la capitale.
Lundi 25 juillet. Nous arrivons en train dans la gare de Colombo-Fort envahie par la foule. Dehors, des incendies toujours en cours témoignent des violences commises à l’encontre des Tamouls. Tous les commerces sont fermés. Un couvre-feu est décrété et nous sommes contraints de rester et de dormir dans la gare, ce que nous ferons également les jours suivants.
Mardi 26 juillet. Toute la ville est déserte et silencieuse. On peut voir des échoppes et des bâtiments mis à sac, détruits, brûlés.
Mercredi 27 juillet. La vie reprend partiellement. Des queues se forment devant les quelques magasins ouverts. Il est très difficile de trouver de quoi se nourrir. Vers 15 heures, toutes les boutiques ferment et les rues se vident de nouveau. De même, la gare est presque déserte.
Jeudi 28 juillet. Dans la matinée, la gare est envahie par la foule. Aux alentours de 10 heures, sept Tamouls sont tués à coup de pierre par des civils et leurs corps sont mis à feu devant des milliers de spectateurs impassibles. L’Armée et la Marine interviennent et font évacuer la gare. Vers 15 heures, nous sommes interpellés par la police, ainsi qu’un groupe de touristes de six nationalités qui a, comme nous, trouvé refuge dans la gare. Les forces de l’ordre nous réclament les pellicules de nos appareils photos. Face à notre refus, nous sommes emmenés au poste de police. Nous réussissons à dissimuler une partie de nos pellicules. Nous sommes finalement transportés en camion, avec  quatre personnes tamoules, dans un camp de réfugiés. On nous sert un repas et nous repartons aussitôt. Nous roulons dans la ville déserte. Les quatre Tamouls sont déposés, pour la nuit, dans un collège catholique. Quant à nous, nous sommes conduits jusqu’à une auberge de jeunesse, dans le quartier de Bambalapitiya.
Vendredi 29 juillet. Nous sommes de retour à la gare de Colombo-Fort vers 7 heures. Dans la matinée, on assiste à d’importants mouvements de foule. Les gens courent dans les rues et fuient un danger qui reste invisible. On entend des coups de feu au loin. Des soldats et des policiers patrouillent devant la gare. Il se dit qu’un commando tamoul prépare une attaque. Mais aucun assaut n’a lieu. Nous quittons Colombo en train ce jour-là, en direction de Negombo.
Voilà ce que je peux dire aujourd’hui de ces quelques jours passés à Colombo lors de ce Juillet Noir. Nous avons poursuivi notre voyage dans l’île jusqu’à la fin du mois d’août, sans incident grave, en essayant d’éviter les zones de tension. A plusieurs reprises cependant, nous avons été arrêtés par des militaires et des policiers qui braquaient leurs armes sur nous. Dans les villes, le couvre-feu était souvent de rigueur. Durant ce séjour, nous nous sommes également rendus dans le Tamil Nadu indien, en avion depuis Colombo, les liaisons par mer depuis Talaimannar étant coupées.
Vincent Faugère
Copyright pour toutes les photographies : Vincent Faugère