« En Birmanie et au Sri Lanka, polémiques sur le rôle de Facebook » par Harold Thibault et Bruno Philip

Alors que des violences intercommunautaires se propageaient en mars dans le centre du Sri Lanka, des militants de ce pays ravagé par près de trois décennies de guerre civile alertaient Facebook au sujet de plusieurs messages haineux contre la minorité musulmane. L’un de ces posts appelait à « tuer tous les musulmans, sans épargner un seul enfant, parce que ce sont des putains de chiens ». Il fallut six jours pour que le réseau social leur réponde, dans ce pays où il n’a pas de bureau mais qui compte 6 millions d’usagers actifs… et conclut que ce texte n’enfreignait pas les « standards de la communauté ».

Conséquence, le gouvernement sri-lankais allait bloquer l’accès à Facebook durant plusieurs jours dans l’espoir d’endiguer la flambée de violence. Les responsables pour l’Asie du géant numérique se décidèrent aussitôt à se rendre à Colombo pour y rencontrer le gouvernement ainsi que des représentants de la société civile. Ces derniers tentaient depuis des années de les contacter.

Divinité numérique

Sur cette île, comme en Birmanie, où l’armée, appuyée par des extrémistes bouddhistes, a contraint plus de 650 000 membres de la minorité musulmane des Rohingya à fuir au Bangladesh voisin depuis août 2017, le réseau social est accusé d’avoir largement négligé le travail de modération. Il y a cependant urgence : depuis le début du processus de démocratisation du « Myanmar », il y a sept ans, Facebook est devenu une sorte de divinité numérique. Les utilisateurs birmans du réseau étaient environ 14 millions en 2017, dont une forte majorité dans la tranche d’âge 25-35 ans. « En Birmanie, on se réveille avec Facebook et on s’endort avec Facebook », relève Thurein Win, 42 ans, qui traduit (fort à propos) George Orwell en birman.

le reste de l’article est disponible sur le site en ligne du journal Le Monde