Soutenance de thèse « Le rituel funéraire hindou en contexte diasporique : rite de passage et rite d’ancrage. La communauté tamoule d’origine sri-lankaise de Montréal et Toronto. » par Mark Bradley, Le vendredi 22 avril 2016 à 9h30, à l’UQAM, salle A-5020

Mark Bradley, doctorant et enseignant au département des sciences des religions de l’Université de Québec à Montréal et chercheur du Centre d’Etudes sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora (CEIAS) soutiendra sa thèse portant sur « le rituel funéraire hindou en contexte diasporique : rite de passage et rite d’ancrage. La communauté tamoule d’origine sri-lankaise de Montréal et Toronto » le vendredi 22 avril 2016. La soutenance se se déroulera à partir de 9h30 à l’UQAM en salle A-5020.

L’entrée est gratuite

« La situation des minorités tamoule et musulmane à Sri Lanka depuis la fin de la guerre » par Delon Madavan

La victoire de l’armée sri-lankaise en mai 2009 a mis fin à plusieurs décennies de guerre opposant l’Etat central sri-lankais aux séparatistes du Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE). Si officiellement, la population civile tamoule a été libérée et l’unité nationale restaurée, il n’en reste pas moins que le traitement réservé aux civils tamouls a soulevé des questions.

via: http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud/sri-lanka/2014-12-19-pour-approfondir-la-situation-des-minorites-tamoule-et-musulmane-a-sri-lanka-depuis-la-fin-de-la-guerre

source: Eglises d’Asie

« Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal » par Catherine St-Germain Lefebvre

Nous avons le plaisir de partager un lien pour télécharger le mémoire  de Catherine St-Germain Lefebvre qui porte sur “Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal”. Ce travail à été réalisé dans le cadre d’une maîtrise en sciences des religions à l’université du Québec à Montréal.

Résumé

Convaincue que les femmes, de par leur rôle dans les rapports sociaux de sexe, ont un rôle important à jouer dans la transmission de l’identité ethnique aux jeunes générations, nous avons voulu, dans ce mémoire, mettre à jour ce phénomène tel qu’il se déploie dans la communauté tamoule du Sri Lanka immigrée à Montréal. La perspective féministe en influence la trame de fond, contribuant à orienter le choix du sujet ainsi que son traitement. Ce mémoire est le fruit d’une recherche exploratoire de type qualitatif. Il repose sur un terrain de recherche mené au temple hindou Thiru Murugan situé à Dollard-des-Ormeaux, municipalité de l’ouest de l’île de Montréal. Il a pour objectif de définir la contribution spécifique de femmes de cette communauté à la « production de l’ethnicité » tamoule, au sens entendu par la sociologue des relations ethniques, Danielle Juteau. Ce mémoire s’appuie sur un cadre théorique contribuant à jeter les bases d’une définition sociologique de l’ethnicité, où non seulement le rôle des femmes dans sa production/reproduction est mise de l’avant, mais où se dégage également l’importance de la composante religieuse dans l’affirmation ethnique, particulièrement en contexte migratoire. Cette recherche analyse d’une part la perception du rôle des femmes dans les rapports de sexe tels qu’ils se déploient dans la communauté tamoule montréalaise et telle qu’elle a été exprimée par les personnes interrogées dans le cadre de cette étude. Il s’attarde d’autre part à l’implication des femmes de cette communauté dans la transmission de la langue, de la religion et de la culture. Ce mémoire démontre que les idéaux associés à la conception de la féminité influencent à· maints égards le rôle des femmes dans les rapports sociaux de sexe à l’oeuvre dans la communauté étudiée. Ce rôle amène celles-ci à s’impliquer activement dans la transmission de leur identité ethnique auprès des générations nées au Québec. De plus, la pratique religieuse jouant un rôle important dans la formation identitaire de nos répondant(e)s, la dimension religieuse est omniprésente dans le bagage ethnique transmis par les femmes aux jeunes générations. Par leur travail actif et conscient lié à la transmission de la langue, de la culture et de la religion aux jeunes de la communauté, ces femmes participent activement à reproduire les frontières ethniques de leur communauté et contribuent, par cela, à la « production de l’ethnicité » tamoule hindoue du Sri Lanka en contexte québécois.

lien pour télécharger le mémoire: http://www.archipel.uqam.ca/1168/1/M10512.pdf

Référence: St-Germain Lefebvre, C., (2008), « Femmes, ethnicité et religion : la communauté tamoule hindoue du Sri Lanka à Montréal » Mémoire. Montréal (Québec, Canada), Université du Québec à Montréal, Maîtrise en sciences des religions.

source: http://www.archipel.uqam.ca/1168/

« Sri Lanka : de la lutte contre le terrorisme à la catastrophe humanitaire » par Delon Madavan (Echogéo)

Résumé

La volonté du gouvernement sri lankais d’en finir militairement avec le LTTE a abouti à une catastrophe humanitaire. L’armée et les Tigres se rendent coupables de crime de guerre et de crime contre l’humanité à l’encontre des civils tamouls, qui sont piégés dans la zone de combat ou enfermés dans des camps de détention. La perception différenciée de l’opération militaire selon les communautés nécessiterait la création d’un Tribunal Pénal International pour Sri Lanka.

Cet article est disponible en intégralité et gratuitement sur le site d’Echogéo :

Pour accéder directement à l’article veuillez cliquer sur ce lien : http://echogeo.revues.org/11130

Référence électronique

Delon Madavan, « Sri Lanka : de la lutte contre le terrorisme à la catastrophe humanitaire », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 24 avril 2009, consulté le 10 avril 2013. URL : http://echogeo.revues.org/11130 ; DOI : 10.4000/echogeo.11130

« Sri Lanka : un pays qui s’enfonce de nouveau dans la guerre » par Delon Madavan (Echogéo)

Résumé

Le retrait unilatéral de l’accord de cessez-le-feu par le Président Rajapakse marque le retour officiel à l’état de guerre à Sri Lanka. L’île est meurtrie par les affrontements opposant l’armée gouvernementale aux militants séparatistes tamouls. Les civils se retrouvent encore prisonniers du cynisme des belligérants, qui préfèrent ignorer les répercussions de leurs actes pour arriver à leur fin, quitte à mettre en danger l’harmonie intercommunautaire dans l’île.

Cet article est disponible en intégralité et gratuitement sur le site d’Echogéo :

Pour accéder directement à l’article veuillez cliquer sur ce lien : http://echogeo.revues.org/2543

Référence électronique

Delon Madavan, « Sri Lanka : un pays qui s’enfonce de nouveau dans la guerre »,EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 08 avril 2008, consulté le 11 avril 2013. URL : http://echogeo.revues.org/2543 ; DOI : 10.4000/echogeo.2543

« Déségrégation socio-religieuse d’une ville dans l’immédiat après guerre : Jaffna, Sri Lanka » par Delon Madavan (Carnets de géographes)

RÉSUMÉ
Le cessez-le-feu de 2002, entre l’Etat sri lankais et le mouvement séparatiste des Tigres de la Libération du Tamoul Eelam (LTTE), a été l’occasion d’analyser le rôle de la guerre et de l’arrêt des combats comme éventuel processus de transformation de la ségrégation à Jaffna dans le contexte d’immédiat après-guerre. En effet, le conflit armé (1987-2001), avec l’abolition du système de castes par le LTTE et les déplacements répétés des habitants, a constitué une rupture dans le mode de fonctionnement de la société jaffnaise. Le poids du système hiérarchique des castes et celui des communautés religieuses, qui conditionnent partiellement dans la ville d’avant-guerre la répartition de la population, le choix du conjoint, les réseaux sociaux des individus, les valeurs et les interdits de société, ont été remis en cause suite au conflit.

En effet, la ville de l’immédiat après-guerre a un modèle de structuration et de fonctionnalité différente de celle d’avant-guerre. La ségrégation identitaire, liée à l’appartenance à une caste, est ainsi en phase de disparition. Toutefois, la fin du système de caste (discriminations, interdépendance socio-économique) n’empêche pas la persistance de la réalité de castes (endogamie, liens de solidarité par caste). Dans le même temps, l’existence d’une importante diaspora est à l’origine d’un nouveau facteur de segmentation au sein de la société. Leur soutien jouant un rôle moteur dans la reconstruction, dans le développement économique de la ville et dans l’ascension sociale des habitants. Enfin, si les habitants vivent dans la grande majorité dans les quartiers occupés traditionnellement par leur caste, le processus de déségrégation spatiale semble engagé. .

Mots-clefs : Ségrégation urbaine, Caste, religion, Tamoul, Jaffna, Sri Lanka.

Pour lire l’article cliquez sur le lien: http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_02_04_Madavan.php

Pour citer cet article :

MADAVAN D., (2011), «Déségrégation socio-religieuse d’une ville dans l’immédiat après guerre : Jaffna, Sri Lanka» in Carnets de géographes, n°2, mars 2011, Rubrique Carnets de recherches http://www.carnetsdegeographes.org/carnets_recherches/rech_02_04_Madavan.php