“’Strong Women’: A book review” by Womens Action Network

The Ministry of Women’s and Children’s affairs is mandated to work towards women’s empowerment and equality. However once again it has failed to do so, instead exposing its ethnic, religious and class bias. The Ministry’s opinion that only women working in the field of politics and that too mostly in the ruling party, and government sector are to be considered ‘strong women’ is in line with the overall regressive attitude of the Sri Lankan government towards women and women’s rights.

Via http://groundviews.org/2014/03/07/strong-women-a-book-review/

source: Groundviews

“Censorship and threat of violence hang over Sri Lanka’s press” by James Crabtree

Sri Lanka’s bloody 25-year civil war earned the south Asian island a reputation as one of the world’s least safe places to be a journalist. Reporters faced extensive censorship and the threat of violence. Today, four years after the final defeat of the Tamil Tiger guerrillas, the government of charismatic, populist president Mahinda Rajapaksa argues that, with wartime restrictions lifted, the media are freer than at any time in a generation.

The reality is more complex. Threats and attacks on journalists continue, while organisations that monitor press freedoms, including the US civil liberties group Freedom House, say Sri Lanka now suffers from a subtler but no less extensive system of media control, marked by occasional violence, widespread intimidation and extensive self-censorship.

Via http://www.ft.com/cms/s/2/3012db08-4613-11e3-b495-00144feabdc0.html#axzz2k82Tii5D

source: www.ft.com

 

“Mohammed Irshad’s story and the banality of violence in the Rajapaksa regime” by Niranjala Ariyawansha

“Minister Mervin Silva destroyed our entire family. I had no intention to leave this country. But, I would never return to this country. This is the world’s worst country in regard of the political culture. I never expect justice from this country” he says sentimentally.

“I reveal this after three years since I want none will face a similar fate in future. If I did this earlier, the Army officer who was beaten by Minister’s son Malaka Silva may not have said what he said.”

How many other Irshad’s must be there in our country?

Via http://groundviews.org/2013/11/05/mohammed-irshads-story-and-the-banality-of-violence-in-the-rajapaksa-regime/

source: Groundviews

“Concern over increasing intolerance and escalating violence” by Batticaloa Peace Committee

“It is with deep concern that we note a climate of increasing intolerance and escalating violence towards religious minorities. In particular, attacks on places of worship, interference in the observance of religious practices and attacks on business establishments belonging to minorities, all indicate a worrying trend towards public demonstrations of antagonism and violence.

The Batticaloa Peace Committee (BPC), which evolved from The Council of Religions, continues from the time of its inception, to work together with all religious communities in promoting peaceful interactions and relationships between different communities. In the past BPC promoted dialogue between religious leaders of the Tamil and Muslim communities to defuse tensions at times of conflict. On another occasion the BPC facilitated leaders from different religious traditions in mediating a dispute among members of Christian denominations.

While the concerns and sensitivities that provoke conflict between communities must be addressed and recognized through a process of dialogue, the use of violent means to pursue one’s interests will only lead to further alienation and the breakdown of the civic trust so necessary for day to day life in a pluralistic country like ours.

The experience of difference can cause tensions between communities. However, these differences are also a fundamental resource for our shared life together. Therefore, the BPC wishes to reiterate and emphasize the urgent need to find effective non-violent means of communication with compassion and wisdom as its core values to resolve tensions between communities.

The BPC will stand in solidarity and work together with all those of whatever religious community or civic organization who strive towards this end.”

Batticaloa Peace Committee, May 20, 2013

The Batticaloa Peace Committee (BPC), which evolved from The Council of Religions, continues from the time of its inception, to work together with all religious communities in promoting peaceful interactions and relationships between different communities. In the past BPC promoted dialogue between religious leaders of the Tamil and Muslim communities to defuse tensions at times of conflict. On another occasion the BPC facilitated leaders from different religious traditions in mediating a dispute among members of Christian denominations.

source: http://f.cl.ly/items/2K2S1K0b1Q2b1l442j0b/BPC%20STATEMENT.pdf

“Croire après la bombe : les interactions entre violence, religion et développement au Sri Lanka” par Indika Bulankulame (Revue internationale de la politique de développement)

Résumé

Pendant les trente ans qu’a duré la guerre civile au Sri Lanka, de nombreux citoyens ont été touchés par des attentats à la bombe destinés à perturber la vie quotidienne, non seulement dans les zones de guerre mais aussi dans les quartiers urbains, particulièrement à Colombo, la capitale. Si beaucoup ont perdu la vie, d’autres ont survécu, mais restent profondément meurtris, handicapés et traumatisés. Le présent article explore la signification de la « survie » telle que l’ont éprouvée les personnes dotées du nouveau statut de « victimes d’attentats à la bombe ». Son auteur s’interroge sur la capacité des survivants à assumer leur rôle de soutien de famille et/ou à faire face aux graves bouleversements économiques consécutifs aux profonds changements survenus dans leur vie. L’article constate de manière générale qu’en raison de la perte de revenus et de l’incapacité de participer pleinement à l’économie de marché, les survivants sont relégués à la marge des grands débats sur le développement et des possibilités qui en découleraient. La fin des hostilités a marqué un tournant clair en faveur du développement du Sri Lanka et, dans cette période cruciale d’après-guerre, il importe de se pencher sur les différentes façons dont la religion peut répondre aux besoins des survivants. C’est pourquoi l’interaction dynamique entre religion, violence politique et développement est mise en relief. Dans l’examen des mécanismes d’adaptation et de survie, il est question des réponses qu’offre la religion à la mondialisation (néo)libérale tributaire du marché et à l’exposition à la terreur et à la violence, en atténuant l’expérience des traumatismes et en permettant aux survivants de se confronter à la réalité au quotidien.

L’article est consultable gratuitement sur le site de la Revue internationale de la politique de développement

source: http://poldev.revues.org/1328

Les fantômes du passé (suite) par Eric MEYER

La macabre découverte à la fin de l’année 2012 d’une fosse contenant plus de 140 corps dans l’enceinte de l’hôpital de Matale, tout près du poste de police de cette petite ville située au nord de Kandy, a suscité une émotion considérable et une quantité d’hypothèses contradictoires. Selon les enquêteurs, les squelettes portent des traces de torture, et l’inhumation remonte probablement à la fin des années 1980, lorsque les jeunes rebelles singhalais du JVP ont affronté les milices gouvernementales. Mais des politiciens locaux se sont empressés d’imaginer d’autres explications, comme pour faire retomber la chape de silence sur « les années de terreur » : la répression par les Britanniques de la rébellion anti-coloniale de 1848, les effets d’un glissement de terrain, ou d’une épidémie meurtrière comme la malaria de 1935, ont été évoqués. Inversement, un député du JVP (qui est rentré dans le jeu parlementaire) a rappelé les massacres perpétrés par les forces spéciales de la police et de l’armée dans divers camps en 1989, notamment à Suriyakanda, plus au sud. Un observateur averti de la politique sri lankaise, d’origine tamoule, a même évoqué prudemment l’hypothèse d’une implication de membres haut placés de l’appareil militaire dans le massacre de Matale, les rebelles singhalais ayant été victimes des mêmes pratiques utilisées ultérieurement contre la rébellion tamoule par les mêmes services (http://dbsjeyaraj.com/dbsj/archives/15975).
Quiconque a lu Le fantôme d’Anil (Anil’s Ghost), l’excellent roman de Michael Ondaatje, écrivain canadien d’origine sri lankaise, paru en 2000, ne peut manquer d’en rapprocher l’exhumation de Matale. Anil, médecin légiste née à Sri Lanka, envoyée par la Commission des Droits de l’Homme des Nations Unies pour enquêter sur les origines d’un massacre, à peine débarquée à l’aéroport, prend contact avec la terrible réalité de Sri Lanka (Le fantôme d’Anil, traduction de Michel Lederer, Paris, Editions de l’Olivier, 2000, page 17)
« Et pourtant, les plus sombres des tragédies grecques étaient bien innocentes comparées à celles qui se jouaient ici. Têtes empalées. Squelettes enfouis dans une fosse au milieu des fèves de cacao à Matale [l’original anglais est plus précis : ‘Skeletons dug out of a cocoa pit in Matale’] . Pendant ses études universitaires, Anil avait traduit des vers d’Archiloque : ‘Selon les lois de l’hospitalité de la guerre, nous leur avons laissé leurs morts pour qu’ils se souviennent de nous’. Ici, il n’y avait pas de gestes semblables à l’égard des familles des morts, pas même la mention de l’identité de l’ennemi »
A ce jour, seuls quelques écrivains, cinéastes et artistes sont véritablement parvenus à exprimer l’intensité de cette violence extrême qui a traumatisé la totalité de la société sri lankaise. Le public connaît mieux les films que les œuvres d’art, mais il nous faut signaler ici les œuvres du plasticien Jagath Weerasinghe, archéologue de profession, co-fondateur d’un collectif d’artistes contemporains (www.theertha.org)
L’exhumation du passé de Sri Lanka ne fait que commencer. L’histoire de la violence reste à écrire. Elle concerne tout autant les Singhalais que les Tamouls. Les implications politiques d’une telle recherche sont lourdes de conséquences. Un tel travail de mémoire demande du temps et du courage – les historiens de la France de l’Occupation, ou ceux de la partition de l’Inde en 1947, en font l’expérience. Mais les chercheurs ne peuvent s’y dérober. Sinon les fantômes du passé continueront de hanter l’île.
Eric MEYER

Un recueil de textes sur Sri Lanka soulève des questions fondamentales

Un chercheur américain vient de publier un recueil volumineux de documents et d’études, censé apporter au lecteur une connaissance encyclopédique de l’histoire, de la culture et de la politique de Sri Lanka:

John Clifford Holt: The Sri Lanka Reader: History, Culture, Politics. Durham and London: Duke University Press, 2011; pp 772 + index, illustrations, $34.95

Gananath Obeyesekere, professeur émérite d’anthropologie à l’Université de Princeton, a publié dans la revue indienne Economic and Political Weekly un compte-rendu très critique de cet ouvrage, dont nous vous conseillons la lecture, sous le titre: ‘Sri Lanka Reader plans to do much and therefore achieves too little’: on le trouve sur le site Transcurrents, qui reprend souvent des notes de lecture et des études importantes concernant Sri Lanka:
http://transcurrents.com/news-views/archives/7615

Nous aurons l’occasion de revenir ultérieurement sur cette publication et sur d’autres ouvrages récents portant sur l’histoire de Sri Lanka, mais nous encourageons dès à présent nos lecteurs à réagir à la lecture de ce compte-rendu qui soulève une série de questions fondamentales concernant les interprétations de l’histoire de la domination coloniale et de la place de la violence dans la société contemporaine